Combien épargner pour la retraite?


La planification financière de la retraite n’est pas un sujet à la mode. Selon un sondage réalisé par Question Retraite, la moitié des Québécois ne se sentent pas assez compétents en matière de finances personnelles pour planifier eux-mêmes leur retraite. Une majeure partie de la population ne connaît pas les diverses sources de revenus à la retraite. D’autres ne savent pas combien ils doivent épargner pour maintenir leur niveau de vie à la retraite.

Une autre statistique choquante (à mon avis) est que la moitié des Québécois ne se sente pas responsable de la planification de leur retraite. En effet, 39 % des Québécois pensent que c’est au gouvernement d’être responsable de leur sécurité financière à la retraite, tandis que 11 % pensent que c’est plutôt la responsabilité des employeurs. Ce n’est donc pas surprenant que la moitié des Québécois ne cotisent pas du tout au REER ni au CELI.

Dans cet article, je vais vous expliquer les lignes directrices pour savoir combien il faut épargner pour la retraite. Je vais aussi vous expliquer la règle du 70 % et la règle du 4 %.

Quel est le « chiffre magique »?

J’entends souvent des informations contradictoires à propos du montant à épargner pour la retraite. Voici quelques exemples :

Il faut au moins 1 million de dollars par personne pour pouvoir prendre sa retraite.

Il faut épargner 10 % de son salaire pour pouvoir prendre sa retraite.

Il faut épargner 18 % de son salaire pour pouvoir prendre sa retraite.

Il faut 70 % de ses revenus pour maintenir le même rythme de vie à la retraite.

C’est impossible de prendre sa retraite avant 65 ans.

Il faut épargner 25 fois la valeur de ses dépenses annuelles pour pouvoir prendre sa retraite.

Il faut avoir épargné 100 000 $ avant ses 30 ans pour être capable de prendre sa retraite à l’âge « normal ».

Laquelle de ces affirmations est vraie? Laquelle est fausse? En fait, il n’y a pas de réponse universelle. Il n’y a pas de « chiffre magique » à atteindre pour pouvoir prendre sa retraite. C’est du cas par cas.

Combien épargner pour la retraite?

Comme mentionné précédemment, il n’y a pas de réponse universelle à cette question. Le montant nécessaire à la retraite est propre à chacun. Pourquoi? Parce que les gens n’ont pas tous les mêmes intérêts, besoins, objectifs, etc.

Certaines personnes veulent faire le tour du monde. D’autres veulent aller vivre à l’étranger pendant l’hiver (je parle de vous les « snowbird »!). D’autres veulent acheter un chalet paisible au bord d’un lac. D’autres veulent pratiquer le golf ou le ski. D’autres veulent simplement passer le plus de temps possible en famille ou avec leurs amis, etc. Le montant nécessaire à épargner pour la retraite est donc différent pour chaque situation.

Cependant, il y a quelques lignes directrices. Par exemple, plus vous envisagez de prendre votre retraite tôt, plus vous devez épargner. Si vous envisagez de trouver un travail à temps partiel ou un travail occasionnel à la retraite, vous aurez besoin de moins d’épargne. Plus vous attendez avant d’épargner pour la retraite, plus le pourcentage de revenus à épargner sera élevé.

Donc, combien avez-vous (vous, par les autres!) besoin d’épargner pour la retraite? Tout d’abord, vous devez savoir quels sont vos revenus et dépenses annuels et quel est votre avoir net. Ces informations sont disponibles dans votre budget mensuel. Si vous  n’avez pas de budget mensuel ou ne connaissez pas votre avoir net, c’est maintenant une opportunité de le faire! Ces informations vous seront utiles autant pour la gestion de vos finances personnelles que pour votre planification de retraite.

Avec vos revenus et vos dépenses annuelles, vous serez en mesure de calculer combien vous avez besoin d’épargner pour la retraite, en utilisant les deux règles les plus connues : la règle du 70 % et la règle du 4 %.

La règle du 70 %

Selon Retraite Québec et la plupart des planificateurs financiers, il faut 70 % de ses revenus annuels bruts de la vie active pour maintenir le même niveau de vie à la retraite. D’où vient ce pourcentage? Pourquoi 70 % et non 50%? Les dépenses sont « généralement » moins élevées à la retraite que durant la vie active, ainsi 70 % sont « généralement » suffisants pour maintenir le même niveau de vie à la retraite.

La règle du 70 % est une « règle du pouce » (ou règle générale). Ce n’est pas la science infuse. Mais à mon avis, cette règle ne s’applique pas à beaucoup de personnes. Je vous explique…

Si vos revenus sont élevés durant votre carrière, mais que vous dépensez peu (c.-à-d. vous épargner beaucoup), vous avez besoin de moins de 70 % de votre revenu. De plus, vous pourrez prendre votre retraite plus tôt que ce que cette règle évoque. Par exemple, si votre revenu annuel brut est 100 000 $ et que vous dépensez 25 000 $, alors c’est certains que vous n’aurez pas besoin de 70 000 $ par année (100 000 $ x 70 % = 70 000 $) à votre retraite pour maintenir le même niveau de vie.

Si, à l’inverse, vous êtes une personne dépensière et que vous envisagiez de l’être encore à votre retraite, alors vous avez besoin de plus de 70 % de votre revenu. Par exemple, si votre revenu annuel brut est 100 000 $ et que vous dépensez 50 000 $ (le double de l’exemple précédent), alors vous aurez besoin de plus de 70 000 $ par année (100 000 $ x 70 % = 70 000 $) à votre retraite pour maintenir le même niveau de vie.

Si vos revenus sont peu élevés durant votre carrière, vous aurez possiblement besoin de plus de 70 %. Vous devrez aussi possiblement travailler plus longtemps. Mais encore une fois, c’est du cas par cas. C’est pour cela que je dis que la règle du 70 % ne s’applique pas à beaucoup de personnes.

La source du capital de retraite est aussi un aspect important. Les revenus de retraite provenant d’un régime à prestations déterminées, d’un REER ou d’un CELI n’ont pas le même impact fiscal.

Pourquoi donc calculer l’épargne nécessaire à la retraite en fonction des revenus bruts lors de sa vie active? Pourquoi ne pas calculer ce montant en fonction des dépenses? C’est sur cela que se base la règle du 4 %.

La règle du 4 %

La règle du 4 % est utilisée pour déterminer combien un retraité peut retirer de ses investissements chaque année tout en s’assurant de couvrir ses dépenses pour le reste de ses jours. Les experts considèrent que le taux de retrait sécuritaire est 4 %.

Cette règle est elle aussi une « règle du pouce ». Mais contrairement à la règle du 70 %, elle se base sur les dépenses au lieu de se baser sur les revenus.

Cette règle a été créée en utilisant les données historiques des marchés financiers sur une période de 50 ans (1926-1976). En utilisant différents portefeuilles de placements de retraite et différents taux de retraits, les experts ont voulu déterminer la probabilité qu’il reste des actifs dans le portefeuille après 30 ans en utilisant un taux de retrait constant au cours de la période. Avant les années 1990, les experts considéraient que le taux de retrait sécuritaire était 5 %.

Mais en 1994, le conseiller financier William Bengen a fait une étude pour déterminer si ce taux de retrait était viable. Il a basé son étude en se concentrant sur les crises économiques des années 1930 et 1970. Il a conclu que même durant ces moments difficiles, il n’y a pas eu de scénario dans lequel le taux de retrait annuel de 4 % a épuisé un portefeuille de placements en moins de 33 ans.

Une autre façon de comprendre cette règle est qu’il faut atteindre 25 fois la valeur de ses dépenses en placements pour pouvoir prendre sa retraite. Par exemple, si vos dépenses annuelles sont de 30 000 $, alors vous devez avoir un portefeuille de placements de 750 000 $ (30 000 $ x 25 = 750 000 $) pour pouvoir prendre votre retraite. Si vos dépenses annuelles sont de 45 000 $, alors vous devez avoir un portefeuille de placements de 1 125 000 $ (45 000 $ x 25 = 1 125 000 $). Vous comprenez donc que le contrôle des dépenses est la clé. Et croyez-moi, c’est beaucoup plus facile de réduire ses dépenses que d’augmenter ses revenus.

Cela dit, la règle du 4 % ne fonctionne pas pour tous les retraités. Par exemple, une personne dont le portefeuille contient des placements à risque élevé doit faire attention lorsqu’il retire des fonds. S’il y avait une correction majeure sur les marchés financiers, ses investissements pourraient s’épuiser beaucoup plus rapidement que s’il avait un portefeuille de placements moins à risque.

Cela dit, l’âge de la retraite et l’espérance de vie jouent un rôle important pour déterminer si ce taux de retrait est viable. Ceux qui envisagent de prendre leur retraite très jeune, par exemple avant 40 ans, sont un peu plus à risque. Ces derniers font généralement des calculs de façon plus pessimiste. Par exemple, au lieu d’utiliser un taux de retrait de 4 %, ils vont utiliser un taux de retrait de 3,25 % (ou 30 fois les dépenses).

Conclusion

Peu importe que vous utilisiez la règle du 70 % ou la règle du 4 %, ce qui est important est de ne pas attendre pour commencer à épargner et planifier sa retraite. C’est certain que c’est beaucoup plus intéressant de montrer votre nouvelle voiture à vos amis que de leur expliquer combien vous avez épargné dans votre REER l’année dernière (sarcasme).

Mais plus vous attendez avant d’épargner pour la retraite, plus le pourcentage de revenus à épargner sera élevé. N’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre conseiller financier pour élaborer un plan selon vos propres objectifs.

*****

Merci de vous abonner à ma page Facebook et de partager cet article avec vos amis.

Êtes-vous à la recherche d’un conseiller financier compétent? Voici un guide qui vous explique comment choisir un bon conseiller financier. De plus, vous pouvez remplir le formulaire à la fin de ce guide et je vous mettrai en contact avec un conseiller financier de mon réseau.

Abonnez-vous à mon blog pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Auteur : retraite101

Je suis un Québécois de 33 ans, et comme la plupart d'entre vous, je travaille de 8 h à 17 h, enfermé dans un « cubicule » comme un rat de laboratoire. Moi aussi, je fais partie de la « rat race »! Mais, j’ai comme objectif de prendre ma retraite à 42 ans (anciennement 45 ans). Je partage sur mon blogue mon plan pour atteindre l’indépendance financière. Je publie aussi des articles sur les saines habitudes en matière de finances personnelles, les informations cruciales concernant la retraite, la surconsommation et plus encore. Bref, ce blogue se veut un cours de « retraite 101 ».


9 réflexions sur « Combien épargner pour la retraite? »

  1. Salut Retraite101

    Très bon article, selon moi, la règle du 70% et celle du 4% s’appliquent à la masse. Celle qui consomme et dépense comme le système veut qu’ils le fassent, mais pour ceux qui pratique l’épargne intensive et prennent leur retraite tôt, ces règles ne s’appliquent plus. La preuve, si j’avais calculé ma retraite avec la règle du 70%, cela voudrait dire qu’il me faudrait plus de 400 000$ par années (en fait, je pense utilisé moins de 75 000$ par année pendant les 50 prochaines années de retraite prévue. Si je prends la règle du 4%, cela voudrait dire que j’ai déjà 2x trop d’argent de placé pour mes vieux jour…
    Dans mon cas, j’ai tout simplement calculé le montant prévu de dépense annuel (75 000$) x le nombre d’années d’espérance restant (95-45=50), pour le rendement au-dessus de l’inflation, c’est du bonus. Le plus dur, c’est de bien orchestrer le décaissement de tout cela pour maximiser le tout.

    C’est vraiment du cas par cas, il y a tellement de facteur en jeux, le montant du salaire au fil des ans, l’âge de la retraite, l’inflation, les taux d’intérêt et j’en passe… Le mieux est soit de s’éduquer sur le sujet et faire ses devoirs, soit de voir avec un conseiller financier, mais l’important dans les 2 cas selon moi, c’est de le faire régulièrement. Les variantes changent tellement souvent dans une vie.

    1. Salut retraitecie,

      Effectivement, c’est du cas par cas. Les règles mentionnées dans cet article sont des « règles du pouce » (ou règle générale). Comme les variables changent année après année, c’est important de revoir ses besoins, stratégies/investissements et conditions de marché et ensuite de réajuster. Cela dit, pour les gens qui n’ont pas beaucoup de connaissances en matière de finances personnelles, ils peuvent commencer avec ses règles du pouce puis appliquer une stratégie adaptée à leurs besoins par la suite. Un bon conseiller financier pourra effectivement être très utile pour ces derniers.

      Au plaisir de discuter avec toi.
      Retraite101

  2. Salut,

    Puisque tu parle souvent d’un « bon conseiller financier », est-ce que tu aurai quelqu’un à me référer (conseiller ou planificateur financier) ?
    Aucun de ceux que j’ai vu dans la passé ne m’a fait très fort impression. On dirait que dès qu’on sort des principes de base (oui je sais ce que sont les REER et CELI, merci !), ils n’en savent pas bien bien plus.
    J’ai créé un super gros fichier Excel (des heures de plaisir) pour faire des projections afin de déterminer si mon objectif de retraite dans 10 ans était réaliste et aussi prendre des décisions dès à présent qui auront un impact sur la fiscalité future. Bref, je me suis bien amusée (moi aussi j’aime les chiffres et Excel).

    Mais maintenant j’aimerai qu’un « spécialiste » puisse me dire si je n’ai rien oublié ou si il y a des petites info (positives ou négatives) auxquels je n’ai pas pensé.

    Bref….. une référence ? le jeuneretraité n’en avait pas pour moi 😛

    Merci !

    Julie

    1. Julie, j’ai deja fait des planifications de retraite dans le passé avec l’aide d’un planificateur pour me réviser… je peux te dire une chose, quand tu dis à quelqu’un de 45 ans avec 0$ d’épargne qu’il va devoir épargner au moins 17k$ par an jusqu’à ses 65 ans pour avoir une retraite durant laquelle il devra faire une croix sur ses plus grands rêves / idéaux de retraite qu’il t’a décrit avant que tu lui fasses des calculs… en général il ne te rappelle pas lol… surtout quand sa « capacite perçue » d’épargne est de genre 50$ par mois et qu’il pense arriver à queke chose avec ça. Alors c est pas un sujet souvent abordé ou traité par les pl fin a mon avis et c’est pas super vendeur de dire aux gens d epargner entre 35% et 75% de leur salaire lol

      De la la difficulté a en trouver un qui sait de quoi il parle…

      En general quand j’ai parle de retraite jeune avec des pl fin j’ai surtout recu des levés de sourcils ou des hmmm (dans sa tete ça disait… encore un autre épais…)

  3. La philosophie de dépenser moins pour prendre sa retraite plus tôt est très bonne et saine. Je le fais depuis longtemps.
    La seule chose qui m’agace un peu est que chaque fois qu’on parle de la règle du 4%, il y manque un détail important.

    Je te cite, mais je pourrais citer n’importe quel autre blogue sur ce thème.

    Citation du texte plus haut: « Une autre façon de comprendre cette règle est qu’il faut atteindre 25 fois la valeur de ses dépenses en placements pour pouvoir prendre sa retraite. Par exemple, si vos dépenses annuelles sont de 30 000 $, alors vous devez avoir un portefeuille de placements de 750 000 $ (30 000 $ x 25 = 750 000 $) pour pouvoir prendre votre retraite. »

    Il est important de dire que le montant des dépenses annuelles à considérer est BRUT (avant impôts) et non pas Net (après impôts). Car le montant que l’on retire de nos placements est lui aussi BRUT. C’est important ça,

    La seule chose que je trouve difficile, c’est d’évaluer cette dépense en BRUT puisque quand on fait notre budget, on dépense en argent NET.

    As-tu un truc pour m’aider à déterminer comment calculer le montant BRUT si je te dis que pour vivre, ça me coûte 40000$/an NET ?

    Merci

    1. Bonjour Marc,

      Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire.

      Vous apportez un excellent point. La plupart du temps, ce n’est pas clair si l’on parle d’argent « brut » ou « net ». Personnellement, je prends en considération les dépenses en argent « net » et je procède à différents calculs (taux d’épargne en phase d’épargne, taux de retrait à la retraite, etc.) en utilisant de l’argent net d’impôt et autres déductions.

      Je pense que c’est important de rappeler que la règle de 4 %, comme plusieurs autres règles d’ailleurs, est une « règle du pouce » (ou règle générale). C’est un outil parmi tant d’autres qui donne une bonne idée générale. Personnellement, je ne quitterais pas mon emploi demain matin même si j’avais 25 fois mes dépenses annuelles dans mon compte d’investissement aujourd’hui. Je prendrais le temps de faire des calculs spécifiques à ma situation ainsi qu’une planification fiscale, sans oublier la stratégie de décaissement.

      Les règles fiscales sont différentes d’un pays à l’autre et même d’une province (ou état) à l’autre. La règle du 4 % donne donc une idée générale. Par contre, il y a plusieurs « buffers » avec cette règle. Par exemple, la règle du 4 % dit qu’on peut retirer 4 % de son portefeuille avec un rendement de 7 %, en considérant un taux d’inflation de 3 %, et ce, sans épuiser son capital sur une période de 30+ années. Les rendements boursiers sont plutôt de l’ordre de 9-10 % en moyenne depuis les dernières décennies. Donc, on a ici un « buffet » de 2-3 %. De plus, l’inflation n’a pas été de 3 % depuis longtemps, mais plutôt de 1-2 %. On a encore une fois un petit « buffer ». Certaines personnes vont utiliser un taux de retrait de 3,0 % ou 3,5 %, au lieu de 4 %, dans le but de se laisser encore une fois un peu de « buffer ». Je considère personnellement que ces « buffers » sont suffisants pour prendre en compte les impôts à payer sur les retraits du REER. Bien entendu, tout dépend du taux d’imposition à la retraite…

      En règle générale, ceux qui visent l’indépendance financière et la retraite précoce n’ont pas de dépenses élevées, car ils adoptent la simplicité volontaire ou la frugalité, ils ne surconsomment pas, etc. Par exemple, le jeune retraité (jeuneretraite.ca) à un budget de 20 000 $ par année, tandis que Mr Jack (inficafe.com) a un budget d’environ 27 000 ou 28 000 $ (de mémoire). Le taux d’imposition est donc relativement faible, et surtout beaucoup plus faible que lors des cotisations dans le REER… Par contre, si l’objectif est d’avoir une retraite avec un budget de 70 000 $, c’est une histoire complètement différente. Mais, à 70 000 $ par année, je doute qu’on parle de retraite précoce. Avec vos dépenses de 40 000 $ par année, vous aurez certes plusieurs défis. Mais c’est possible.

      Un dernier point important est les rentes de l’état qui arriveront à environ 65 ans (RRQ et PSV). La plupart de ceux qui visent la retraite précoce ne prennent jamais en considération les revenus de l’État dans leurs calculs, car le but est d’être indépendant de l’État. Mais, ces rentes arriveront quand même un jour ou l’autre, donc c’est un autre « buffer » à considérer. Par contre, attention aux règles fiscales. Le REER a mieux d’avoir été décaissé avant de recevoir les rentes… et surtout avant l’âge de 71 ans, au moment où le REER doit être transféré en FERR et que l’État oblige des retraits minimums…

      Bref, vous apportez un point qui est important de comprendre, de discuter, de calculer, etc.

      Au plaisir d’échanger avec vous!
      R101

    2. Bonjour Marc,

      Je permet de vous proposer d’aller utiliser mon outil de calcul sur mon site http://planifretraite.ca. Retraite101 m’avait gentiment permis de présenter mon outil de calcul dans un précédent article (http://retraite101.com/devenez-votre-propre-planificateur-financier/).
      Ce calculateur prend en compte le revenu net (pour les dépenses) mais aussi l’impôt à payer lors de la phase de retraite (entre autres choses).

      Au plaisir,

      Julie

Laissez un commentaire...