Est-ce possible d’habiter en banlieue et d’avoir un seul véhicule?

Pour la plupart des ménages, les dépenses en logement, en transport et en alimentation représentent les trois plus importants postes de dépense dans leur budget. Avez-vous déjà analysé combien vous coûte réellement votre véhicule? Selon Statistique Canada, les dépenses moyennes des ménages canadiens en transport sont de 11 909 $ par année. Oui, presque douze mille dollars!

Nous avons tous une raison de posséder un ou plusieurs véhicules. Nous avons besoin d’un véhicule pour aller au travail. Nous habitions en banlieue et les commerces ne sont pas tous à proximité. La ville dans laquelle nous habitions n’a pas un bon service de transport en commun. Nous avons besoin d’un pick-up pour tirer notre bateau ou VR. Nous avons besoin d’une voiture sport décapotable pour aller se promener en campagne l’été. Nous avons besoin d’un 4×4 pour aller au chalet l’hiver. Nous avons tous une raison! J’ai quelques amis qui ont 3 véhicules…

Personnellement, nous habitons en banlieue de Montréal. Nous avons plusieurs parcs, épiceries et commerces locaux à proximité de notre maison. Mais, nous avons quand même besoin d’un véhicule pour aller à l’épicerie et rapporter les éléments lourds (exemple : bouteilles d’eau). Aussi, plusieurs des magasins que nous fréquentons sont situés dans les villes voisines. De plus, nos emplois sont loin de la maison.

Cela dit, avons-nous réellement besoin de deux véhicules?

Notre situation avant d’avoir commencé notre projet d’indépendance financière

Comme je l’ai mentionné à quelques reprises, lorsque j’ai terminé mes études universitaires et commencé ma carrière, j’ai voulu démontrer mon statut social avec mon apparence et mes possessions. Un des éléments pour démontrer son statut social est sans contredit sa voiture. J’ai donc acheté un coupé sport à 2 places. C’était une voiture très agréable à conduire, je ne m’en cache pas. Cela dit, elle m’amenait du point A au point B comme n’importe quelle autre voiture l’aurait fait. Lorsque venait le temps de partir pour une fin de semaine, le coffre n’était pas assez spacieux pour loger tous nos sacs. Alors, on finissait souvent par prendre la voiture de ma femme. De plus, elle perdait de la valeur (dépréciation) à mesure que je remboursais mon prêt automobile.

Après quelques années, j’ai vendu cette voiture pour en acheter une plus grosse et plus puissante. Encore une fois, c’était une voiture très agréable à conduire, et surtout, très performante. Mais elle aussi m’amenait du point A au point B comme n’importe quelle autre voiture l’aurait fait. Lorsqu’on voulait aller en voiture avec le chien, on décidait souvent de prendre la voiture de ma femme pour ne pas endommager le cuir de mes bancs. Lorsqu’on est allé passer une fin de semaine au chalet de mon ami, on prenait encore une fois la voiture de ma femme, pour ne pas endommager la peinture dans le chemin en « roches » (non asphalté).

À quoi bon servait ma voiture autre que pour démontrer mon statut social? Est-ce que j’avais réellement besoin d’une voiture si dispendieuse et si performante? Est-ce que j’avais besoin d’une voiture tout court? Y avait-il d’autres alternatives? Est-ce que nous avions réellement besoin de deux voitures?

Notre situation actuelle

Depuis un an, nous avons un seul véhicule pour la famille. Oui un seul! Et nous habitions en banlieue! Comment faisons-nous?

Premièrement, ma femme et moi avons chacun vendu nos véhicules. Nous en avons acheté un nouveau qui répond à tous nos besoins. C’est un véhicule usagé que nous avons acheté comptant. Pas de prêt-auto. Pas de paiement. Il est très spacieux. Il est pratique sur tous les aspects. Nous avons assez de place pour tout le monde incluant le chien, le siège de bébé et la poussette. Nous pouvons transporter beaucoup de choses lorsque nous quittons la maison pour une fin de semaine. Nous pouvons transporter des matériaux de construction. Nous pouvons tirer une remorque au besoin. Nous pouvons utiliser un support à vélo. Et ainsi de suite. Vous comprendrez que ce n’est pas un coupé sport à 2 places 🙂

Je laisse le véhicule à ma femme et moi je prends le transport en commun pour aller au travail. Nous avons décidé que ma femme restera à la maison jusqu’à ce que nos enfants commencent la maternelle (je publierai bientôt un article à ce sujet), alors le véhicule est souvent disponible pour des gens dans notre entourage qui en aurait besoin.

Nous séparons les frais d’immatriculation, les entretiens, les réparations et toutes autres dépenses reliées au véhicule. Les assurances nous coûtent beaucoup moins cher. On paie l’essence selon notre utilisation.

Ce changement nous a demandé quelques adaptations au début. Mais après quelques semaines à peine, nous étions déjà habitués. Ce changement nous permet d’avoir une plus grande marge de manœuvre pour épargner et ainsi de nous approcher de notre objectif d’indépendance financière pour enfin quitter la rat race. Cette marge de manœuvre nous permet aussi de « financer » d’autres projets.

On est loin de la moyenne canadienne des dépenses en transport de 11 909 $…

Le syndrome du voisin gonflable

Les gens se comparent souvent avec les gens de leur entourage. SI mon voisin a acheté une BMW, je peux en acheter une moi aussi. Si mon voisin s’est fait installer une piscine creusée, je peux moi aussi m’en faire installer une. De quoi aurai-je l’air sinon?

C’est ce qu’on appelle le « syndrome du voisin gonflable », ou le fait de se comparer aux autres et à leurs biens matériels. C’est une « forme de compétition malsaine qui peut créer chez certains un sentiment de dévalorisation, qui les pousse à acheter plus ou à dépenser des sommes importantes afin de posséder des articles plus luxueux que ceux de leur entourage ».

Pour plusieurs personnes, ces comparaisons poussent à faire des achats émotifs qui ont des impacts importants sur vos finances personnelles.  Plusieurs vont même jusqu’à s’endetter pour participer à cette « compétition ». C’est ridicule.

Je discutais récemment avec un collègue au bureau. Il me demandait la marque de voiture que j’avais. Je lui ai dit que nous avions un seul véhicule pour la famille et que je prenais le transport au commun pour venir au travail. Vous auriez dû voir sa réaction… Il me regardait comme si je venais d’une autre planète. Il m’a demandé combien me coûte ma passe d’autobus. Je lui ai répondu 160 $ par mois. Il a éclaté de rire et m’a dit qu’il n’y avait pas une grosse différence pour avoir le « luxe » de voyager en auto. Il m’a dit qu’il payait 250 $ par mois pour son paiement automobile.

J’en conviens que 250 $ par mois n’est pas si élevé que ça pour un paiement de voiture. Mais 250 $ pendant combien de temps? Quels sont les autres frais? Après quelques questions, j’ai compris qu’il payait 250 $ par mois pendant 7 ans. Il paie aussi une passe mensuelle de 180 $ pour le stationnement sous-terrain au bureau. Aussi, il pait environ 50 $ par semaine pour l’essence seulement pour aller travailler, sans compter l’utilisation de la fin de semaine. C’est 200 $ par mois. De plus, avec les hausses récentes du litre d’essence, il pense que ça pourrait lui coûter un 10 à 15 $ supplémentaire par semaine. Finalement, on est loin du 160 $ de ma passe d’autobus…

Combien coûte un véhicule?

On sous-estime souvent les coûts de possession d’un véhicule. Ce n’est pas surprenant considérant que beaucoup de gens n’ont pas de budget. Plusieurs personnes ne pensent qu’aux paiements mensuels (ou hebdomadaires, peu importe). Mais il y a aussi les intérêts de votre emprunt. De plus, il y a les frais d’immatriculation, le permis de conduire, la police d’assurance automobile, l’essence, les entretiens (ex. : changements d’huile, antirouille), les réparations, l’achat de pneus d’été et de pneus d’hiver, etc.

Quand on additionne tous ces montants, c’est beaucoup plus que ce qu’on peut penser.

De plus, tous ces paiements sont effectués sur un actif qui déprécie d’année en année. Votre véhicule acheté 25 000 $ aujourd’hui ne voudra que 15 000 $ dans 5 ans (exemple).

Il y a aussi les contraventions qui ont des impacts importants. Il y a d’abord le prix de la contravention lui-même. Mais si vous avez des points d’inaptitude, vous aurez une surprime lors du renouvellement de votre permis de conduire, de vos immatriculations et de vos assurances automobiles.

Combien coûte le transport en commun?

Le coût du transport en commun est le coût de la passe mensuel. C’est tout. C’est certain que je paie un montant récurrent et que je ne possède pas d’objet  en contrepartie. Mais je n’ai pas à payer pour les intérêts, l’immatriculation, les entretiens, les réparations, devoir acheter de nouveaux pneus d’hiver, etc. De plus, je ne subis pas les soubresauts du prix du litre d’essence (il est monté à 1,509$/litre cette semaine dans la région métropolitaine).

C’est certains que je ne peux pas partir de la maison ou du bureau quand je veux. Je dois « attendre » l’autobus. Je suis dépendant de l’horaire d’autobus. C’est un des rares points négatifs du transport en commun. Il y a maintenant plusieurs applications qui montrent l’emplacement des autobus en temps réel, donc ça peut aider à prévoir ses déplacements.

Une fois dans l’autobus, je peux me reposer (ou dormir pour certains!), je peux lire, etc. Je n’ai pas à subir la circulation, le trafic, les zones de construction. Croyez-moi, c’est un avantage considérable.

Conclusion

Ce changement nous a certes demandé quelques adaptations au début. Il est arrivé à quelques occasions que nous ayons eu besoin d’aller à un endroit différent en même temps ma femme et moi. On s’est adapté, on a trouvé un autre moyen. C’est tout à fait possible même en habitant en banlieue. Après un an, nous confirmons que nous adorons notre nouveau « style de vie ».

Je vous conseille de regarder dans votre budget combien vous coûte votre véhicule. Assurez-vous d’y inclure toutes les dépenses reliées à votre véhicule (immatriculation, permis de conduire, assurance, entretiens, réparations, etc.). Demandez-vous si vous avez réellement besoin d’une voiture sport. Demandez-vous si vous avez réellement besoin de deux voire trois véhicules. Vous pourriez économiser beaucoup d’argent et augmenter votre taux d’épargne!

Aussi, rappelez-vous que le statut social ne s’acquiert pas avec des biens matériels. Pensez-y avant de dépenser des sommes importantes afin de posséder des articles plus luxueux que ceux de votre entourage. Demandez-vous si ça vaut vraiment la peine. Demandez-vous si vous avez réellement l’argent nécessaire pour effectuer cette dépense impulsive.

Si vous avez des commentaires ou des questions, n’hésitez pas à utiliser le formulaire ci-dessous.

Je vous rappelle que j’ai maintenant une page Facebook. S.v.p., aimez et partagez ma page.

Au plaisir de discuter avec vous.

27 comments

  1. Vous avez la chance d’avoir du transport en commun dans votre banlieue 🙂 Nous habitons un peu plus en campagne, à la porte des cantons-de-l’est… mais mon mari travaille quand même à Montréal. Il prend sa voiture jusqu’au stationnement chevrier près du dix30 puis l’autobus jusqu’au centre-ville. Alors dans notre cas 2 voitures est encore nécessaire. Par contre, nos 2 voitures sont entièrement payées et on tente de les garder le plus longtemps possible. Mon copain a une mazda 3 2010 et moi une dodge grand caravan 2012. Dans 2 ans, nous aimerions remplacer la mazda par une Volkswagen ID Crozz, donc une voiture 100% électrique qui nous fera épargner sur l’essence de plus que où nous sommes nous avons des ristournes sur nos achats d’électricité!

    1. Bonjour Maryse,

      Merci d’avoir commenté cet article. Effectivement ce n’est pas toujours possible d’avoir un seul véhicule. C’est beaucoup plus facile pour ceux qui habitent dans une métropole (par exemple, Montréal) ou en banlieue (par exemple, Laval et Longueuil) que pour ceux qui habite en région ou en campagne. Je comprends cela. Aussi, je peux comprend que le transport collectif n’est pas pratique pour tous les types de métiers (par exemple, représentant ou vendeur sur la route).

      Cela dit, je pense que vous faites tous les efforts possibles pour réduire ce poste de dépense dans votre budget. Vous n’avez pas de véhicules qui sont au-delà de vos moyens. Vous n’avez pas de véhicules financés sur 8 ans.

      Avez-vous calculé combien vous allez épargner par année avec votre « futur » véhicule électrique? En inclus tous les frais…

      Au plaisir,
      Retraite101

      1. Nous n’avons pas comme tel calculé les économies car pour nous c’est aussi de faire un exemple pour l’environnement ce qui n’est pas vraiment évaluable monétairement. Par contre, je sais que nous payons annuellement environ 4000$ en essence.

        1. Bonjour,

          Vous avez raison, ce n’est pas seulement une question d’argent, mais aussi une question d’environnement. La question initiale est « Est-ce possible d’avoir un seul véhicule? », mais on pourrait continuer avec des questions comme « Avez-vous vraiment besoin d’un pick-up? »… Est-ce moi ou 4000 $ en essence est beaucoup? À moins que j’aie mal compris, ce 4000 $ n’inclue pas les frais d’entretiens, réparations, immatriculation, assurances, etc. Quoi que je suis peut-être dans le champ… (nous utilisons très peu notre véhicule maintenant)

          Au plaisir,
          Retraite101

          1. C’est effectivement juste de l’essence. Nous habitons aux portes des cantons-de-l’est et mon conjoint prend sa voiture tous les jours afin de se rendre au Dix30 pour y prendre le bus vers Montréal. Aussi la fin de semaine, notre fille suit des cours d’équitation à 1h de route aller, 1h retour… nous allons souper une fois semaine chez les beaux-parents à 30 min de route… cours de violon qui sont à 15 min de route l’hiver et 45 min l’été… nous hébergeons des étudiants étrangers et il y a souvent des réunions pour cela à 1h de route aussi. Souvent l’été on fait au moins un petit voyage en voiture que ce soit aller à Manic ou à NY. 3 enfants ça génère bcp de déplacement, surtout quand on habite en campagne.

  2. Une connaissance n’a pas de voiture, ils sont une famille de quatre, dont deux enfants (8-10 ans), et ils vivent en banlieue. Pas la banlieue profonde, mais quand même. Ils prennent Communauto quand ils ont vraiment besoin d’un véhicule. Sinon, vélo, marche, transports en commun, taxis, Uber. Il m’a dit que ses différents modes de transport lui coûtent environ 3000$ par an.

    Nous on a toujours eu une seule voiture (ma conjointe ne conduit pas et elle travaille) et on a déjà habité dans le bois, à 10 km du premier dépanneur, évidemment sans transport en commun, et 30km de notre travail. On était pas toujours sur les mêmes horaires, donc il nous arrivait souvent de de partir le matin à 7h am et qu’on revienne ensemble le soir à 21h. On a fait ça un bon 5-6 ans.

    1. Bonjour Mr Jack,

      Wow, c’est vraiment impressionnant de ne pas avoir de véhicule du tout en habitant en banlieue avec 2 enfants. Je ne vois pas comment ce serait possible pour nous de faire de même. Chapeau!

      Mais, c’est tout aussi impressionnant pour vous deux d’avoir eu un seul véhicule et d’habiter loin de la ville, sans transport en commun et avec des horaires de travail différents.

      Maintenant que tu es retraité du 9@5, comment fait ta femme pour aller travailler si elle ne conduit pas? Je pense qu’elle a pris une année sabbatique… Mais comment fera-t-elle lorsqu’elle retournera au travail?

      Au plaisir,
      Retraite101

      1. On habite maintenant proche du travail de ma conjointe, c’est à 20-25 minutes à pied. Donc elle marche quand il fait beau, et prend l’autobus sinon (ou je vais la porter quand il fait très mauvais).

  3. J’ai tenté l’aventure de vivre à un seul véhicule avec mon conjoint. On s’en est sorti mais on a préféré retourner à 2 véhicules pour le moment. Si on avait un horaire un peu moins apocalyptique (les deux pouvant être jour/soir/nuit), peut-être serions nous restés à un seul véhicule.

    Ce que je trouve dommage, c’est que le transport en commun est peu développé en banlieue dans certaines villes. Sur la rive-nord de Montréal, je me débrouillais bien. Mais sur la rive-sud, ça fait dur. Mon boulot est à 10 minutes de la maison, ça m’en prend une heure à une heure et demie y aller (donc 2h minimum de voyagement par jour vs 20 minutes). J’ai donc une poubelle roulante pour le travail, payée cash et qui me coûte pas trop cher par mois à conduire. Le seul luxe de notre ménage est la voiture électrique à mon conjoint, qu’on aime bien au prix de l’essence en ce moment.

    1. Bonjour sorcière frugale,

      Oui c’est vrai. Vous avez eu un seul véhicule pendant quelques mois un peu plus tôt cette année. Dans votre cas, vous avez tellement des horaires différents (jour/soir/nuit). Je comprends que ça doit être très difficile d’avoir un seul véhicule. Mais, comme je disais à Maryse (Blog le Haut côté), tu n’as pas un véhicule au-dessus de tes moyens, tu n’as pas de véhicule financé sur 8 ans, etc.

      Concernant le transport en commun sur la rive-sud de Montréal, je ne sais pas exactement où tu habites (près ou loin de Montréal), mais je suis surpris d’entendre que le service développé. J’habite sur la rive-sud à environ 30 minutes de Montréal et je trouve que le service de jour est excellent dans notre ville. C’est certain que le service n’est idéal pour une personne qui travaille les soirs et/ou fins de semaine.

      Je comprends que ce n’est pas motivant de faire 2 heures de transport en commun au lieu de 20 minutes en voiture.

      As-tu déjà fait les calculs pour savoir si c’est plus avantageux (financièrement parlant) de prendre un taxi/Uber au lieu d’avoir un deuxième véhicule?

      Au plaisir,
      Retraite101

  4. Effectivement, la culture de la voiture est très forte. Je n’ai pas de voiture et je m’en porte très bien. Je connais des mécaniciens qui ont des véhicules neufs, ce qui me semble vraiment paradoxal car ils peuvent se procurer une voiture usagée et l’entretenir eux-mêmes à très peu de frais et un peu d’huile de bras.

    Je vis dans un quartier de Québec où j’ai toutes les commodités aux alentours (banques, épiceries, pharmacie etc.). J’ai toujours beaucoup marché alors c’est même rare que je prends l’autobus. Pendant plusieurs années, j’ai marché pour aller à mon travail qui était à 4 kilomètres de chez moi, donc 8 kilomètres par jour aller et retour, et ce par tous les temps. Il suffit d’être équipé: imper, bottes et pantalons de pluie, manteau chaud, crampons pour les bottes, lunettes de ski pour les tempêtes (pas très sexy hors les pistes mais oh, combien confortables lors de fortes chutes de neige ou de grésil). J’ai évidemment toujours un sac à dos car c’est tellement pratique. J’ai des choses lourdes à rapporter du supermarché? Je me suis équipée (je l’ai trouvé près de chez moi près d’un conteneur à déchets ;o) de l’un de ces petits chariots à roulettes très pratiques. À ce sujet, j’ai eu droit à des commentaires comme quoi j’aurais l’air d’une « matante » ;o) L’image, encore l’image.

    J’ai même renoncé à mon permis de conduire il y a quatre ans car il m’était complètement inutile mais je le conservais « au cas où », jusqu’à ce que décide que j’en avais assez de payer dans le vide « au cas où ». Là aussi, la pression sociale est forte car il semble qu’on n’est plus personne lorsqu’on n’a plus de permis – c’est la principale pièce d’identité demandée un peu partout et les gens sont décontenancés lorsqu’on mentionne qu’on n’en a pas.

    Parfois, je dois me remuer les méninges pour trouver un moyen de me rendre quelque part où il n’y a pas de transport mais je finis toujours par trouver une solution, comme les innombrables pages FB de covoiturage. Je m’en suis beaucoup servi l’été dernier étant donné que j’habitais dans un petit village et ça fonctionne très bien. Sinon, j’utilise mon vélo usagé ;o) ou à l’extrême limite, je prends un taxi.

    Finalement, tu ne le mentionnes pas dans ton article mais n’y a-t-il pas un crédit d’impôt pour les usagers du transport en commun? Comme je n’achète pas de passe mensuelle, je ne suis pas trop au courant mais il me semble avoir vu ça.

    1. Bonjour Gabrielle,

      Oui, l’image! C’est tellement important l’image que nous projetons (sarcasme). Pourtant, c’est tellement pratique d’avoir un petit chariot ou un diable pour transporter des objets lourds (épiceries ou quincaillerie). J’ai l’air de quelqu’un qui ne veut pas se blesser au dos et non d’un « mononcle ». Même chose pour toi…

      Je comprends pour ton permis de conduire. Premièrement, c’est de plus en plus cher. Deuxièmement, c’est plate de payer dans le vide pour quelque chose que tu n’utilises plus depuis plusieurs années. Pourquoi continuer de payer dans ce cas? On en a souvent des « au cas où ». Je dois avouer que ça m’intrigue… Quels sont les commentaires que tu reçois quand tu mentionnes que tu n’as pas de permis de conduire?

      Concernant le crédit d’impôt fédéral pour le transport en commun, il a été aboli l’année dernière. C’était une mesure effective à partir du 1er juillet 2017. J’ai donc eu droit aux crédits pour les 6 premiers mois de 2017. C’est dommage, car j’avais droit à un remboursement d’environ 250 $…

      Au plaisir,
      Retraite101

      1. Dommage que ce crédit d’impôt soit aboli mais on peut comprendre que ça ne devait pas rapporter grand chose au gouvernement de l’accorder, sauf une belle image d’un état qui se soucie de l’environnement mais ça, ce n’est pas payant.

        Lorsque j’ai décidé de laisser tomber mon permis de conduire, des empêcheurs de danser en rond (;o) m’ont dit que ce n’était pas une bonne idée car si un jour, j’en ai encore besoin, je serai obligée de passer de nouveau mon cours de conduire, que c’est la principale pièce d’identité qu’on se fait demander, que je serai dépendante des autres pour me faire conduire, que si jamais je vais dans un chalet de pêche dans le fond du bois avec une autre personne et que celle-ci se blesse, je ne pourrai pas la ramener (eh oui, ça va jusque là ;o). Alors oui, j’ai douté mais finalement, mon permis de conduire ne me manque pas du tout. Quand je vois tous ces gens attendre dans le trafic, je préfère nettement marcher.

        Je trouve géniale l’idée de partager votre voiture avec votre entourage et d’en partager ainsi les coûts.

        1. Bonjour Gabrielle,

          Il y a certains commentaires que je peux comprendre, par exemple que tu seras obligée de passer de nouveau ton cours de conduire si tu veux ravoir ton permis de conduire. C’est vrai, mais est-ce vraiment un gros problème. Non!

          Mais sinon, c’est vrai que les commentaires vont loin… surtout celui que si jamais tu vas dans un chalet de pêche dans le fond du bois avec une autre personne, et que celle-ci se blesse, tu ne pourras pas la ramener… Wow! J’aurais ris à ta place…

          Au plaisir.
          Retraite101

  5. Ici, nous avons 2 autos présentement, payées au complet et que l’on entretient. J’ai une grand caravan pour tirer ma tente-roulotte. Mais je crois qu’à l’avenir, je prendrai une auto moins coûteuse en gaz et lorsque j’aurai besoin de tirer la tente-roulotte, je louerai un véhicule pour le faire: cela nous reviendra beaucoup moins cher. Nous allons également tenter l’expérience d’une seule voiture. Mon conjoint à perdu son travail à cause d’une blessure permanente et ne peut plus exercer son métier et a oublié de préparer sa retraite :-S. Pour le moment, il restaura à la maison avec nos enfants. Je peux prendre l’autobus lorsque je vais au site 1 de mon travail, mais pas au site 2. Je prendrais donc l’auto environ 30 jours par année, le restant: covoiturage ou autobus. De plus, j’ai la chance d’avoir plusieurs épiceries à côté de la maison. Je vais faire l’épicerie à vélo, avec un chariot pour trainer les enfants en arrière, qui me sert à rapporter l’épicerie. Ça loge beaucoup et tient en forme. J’arrive même à aller faire des commissions dans certaines autres villes au alentours, à vélo.

    J’aime prendre l’autobus: c’est à peine plus long dans le traffic que prendre l’auto et je peux lire ou me reposer pendant que le chauffeur m’amène à bon port. Oui, je suis aussi dépendante de l’horaire d’autobus, mais je voyage sur une ligne principale, donc +++ autobus à l’heure du traffic. De toute les façons, avec la perte de près de la moitié de notre revenu familial, il faut être créatif pour combler le déficit. J’aime mieux avoir moins accès à l’auto: de toute façon, une fois rendue au travail, à quoi me sert l’auto? Mon conjoint est blessé physiquement et peut difficilement reprendre un travail en ce moment, donc on se débrouille comme ont peut, pour se rendre compte que oui, ça coute cher la « liberté » d’avoir une auto. Ton collègue ne sait pas compter car 250+180+ 200 ça fait 630 par chez-nous, soit plus de 3 fois le prix de ta passe… Faut pas s’étonner que le monde soit endetter en comptant comme cela…

    1. Bonjour Kimber,

      Si j’étais à votre place, personnellement, ce sera un « no brainer » (une décision facile) d’avoir un seul véhicule pour la famille. Ton conjoint est à la maison et tu dois utiliser ton véhicule pour aller au travail (site 2) seulement 30 jours par année… Vous avez aussi accès aux autobus, covoiturage, vélo, etc. Ça vaut la peine d’essayer dans votre cas. Le pire qui peut arriver est que vous vous rendez compte que vous avez réellement besoin de deux véhicules et que vous devez donc racheter un deuxième véhicule.

      Moi aussi j’aime bien prendre l’autobus (et le métro aussi dans mon cas). Je peux me reposer, lire un livre, lire les nouvelles, etc. pendant que le chauffeur me ramène chez moi. Mon arrêt d’autobus est à une minute à pied de ma maison. Oui, on est dépendant de l’horaire d’autobus, mais il y a tellement de service durant l’heure de pointe que je n’ai pas à attendre. En bonus, il y a beaucoup de voies réservées pour les autobus dans mon coin, car il y a beaucoup de trafic. Si je prenais mon véhicule, je serais pris dans le trafic matin et soir… Ah que je suis heureux dans mon autobus!

      Merci d’avoir commenté. Au plaisir.
      Retraite101

  6. Bon article, l’angle me fait un peu penser à celui que j’ai écris sur le blogue Fais Comme les Riches  » Le monde des apparences: Combien ça coûte?  ».

    Lorsque tu te mets à tout calculer, tu fais le saut en réalisant le vrai coût des choses.

    Quoique les gens en disent, à moins d’être un mécanicien du dimanche effectuant lui-même les réparations et l’entretien complet sur son véhicule, c’est relativement dispendieux de posséder une voiture. Même si elle sert peu, il y a quand même des frais fixes à assumer et par ailleurs une voiture usagée qui roule peu développe aussi des problèmes…

    C’est un peu bizarre, voire irrationnel, le fort sentiment d’attachement (j’allais écrire amour), que les gens ont envers des tas de ferrailles, car on ne se fera pas de cachette qu’au sens propre de la chose, c’est pas mal ça une voiture…

    Globalement, c’est ça qui me laisse un peu perplexe… Quossé ça donne de mettre ben de l’argent sur un véhicule? Ça demeure quand même un actif qui se déprécie! Bref, je ne l’ai jamais compris.

    Dans le grand ordre des choses, le paradoxe des salariés, c’est que les gens travaillent pour s’acheter plus de bébelles et ces bébelles leur engendre de nouvelles dépenses qui les forcent encore à continuer de travailler davantage… La roue tourne perpétuellement (perpétuité comme sentence à vie). C’est un cercle vicieux dans lequel tu es enchaîné par les paiements et le stress des échéanciers. Au final, dans ce paradigme, c’est à se demander qui possède qui et si nous ne devenons pas un peu les esclaves de nos biens?

    L’équation qui me vient souvent en tête c’est moins = mieux.

    Et quelqu’un visant une retraite hâtive devrait viser à être capable de se contenter de l’essentiel et éviter le superflu qui gruge le temps, l’énergie et les liquidités!

    1. Bonjour Maxime,

      Oui effectivement, c’est un peu dans le même sens que cet article que je me souviens très bien d’avoir lu sur le blogue de FCLR.

      Je peux te confirmer que ça coûte cher d’avoir une voiture qui ne roule pas ou qui roule très peu. C’est ce qu’il nous est arrivé avec notre deuxième véhicule (que nous avons vendu pour en avoir juste un). Il y a quelques années, je le prenais tous les jours pour aller au travail. J’avais bien entendu des frais d’entretiens et d’usures, ce qui est tout à faire normal. Lorsque j’ai commencé à prendre le transport en commun, il y a quelques années, le véhicule restait donc stationné dans l’entrée pendant toute la semaine et on s’en servait seulement une ou deux fois par semaine (par exemple, pour une commission le soir ou une sortie la fin de semaine). C’est à ce moment que nous avons commencé à avoir beaucoup de problèmes : les freins qui collent, le système d’échappement qui rouille et perce, etc.

      Je pense la même chose que toi à propos des voitures… C’est un actif qui déprécie à vue d’œil et qui ne sert qu’à te déplacer d’un point A au point B. Aujourd’hui, je ne comprends pas pourquoi c’était si important pour moi dans mon « ancienne » vie d’avoir un véhicule sport à deux places avec un moteur XYZ. En fait, c’était pour l’image, pour montrer mon statut social, etc. Mais sinon, je ne vois pas d’autres raisons. C’était un peu pathétique mon affaire…

      En passant, pour ceux qui ne connaissent pas Maxime, il écrit souvent des articles sur le blogue de Fais comme les riches et il commente régulièrement des articles sur plusieurs blogues. Il vise une retraite précoce lui aussi. Il a son propre forum sur l’indépendance financière et il est ouvert à tous : http://libertefinance.forumactif.com .

      Merci d’avoir commenté cet article.

      Au plaisir.
      Retraite101

  7. Tel que promis dans un commentaire sur le site de jeune retraité je suis venu découvrir ton blog. Comme premier texte j’aurais difficilement pu mieux tombé, j’ai l’impression que j’aurais pu écrire cet article. J’essaie souvent de faire comprendre à mes proches le coût véritable d’une voiture neuve sur le long terme et j’ai droit à toutes les excuses classiques. Autant le besoin de la voiture, une voiture neuve c’est l’achat de la tranquillité, ce n’est pas si chère, et j’en passe.

    J’avais lu deux documents il y a plusieurs années qui m’ont ouvert les yeux à ce propos. L’un est un mémoire du HEC appelé « les coûts réels de l’automobile, un enjeu mal perçu par les consommateurs et institutions ». Malheureusement le lien que j’avais ne fonctionne plus. Si jamais je le retrouve je viendrais le mettre ici, c’est une lecture très intéressante.

    Et la SAAQ fessait autrefois une étude annuelle sur le coût d’utilisation d’une voiture.
    J’aime le fait qu’il rapporte le tout en coût par km. On se rend compte à quel point il est important de choisir judicieusement sont lieu de résidence par rapport à son travail.
    (https://www.caaquebec.com/fileadmin/documents/PDF/Sur_la_route/Couts_utilisation/2013_CAA_Driving_Costs_French.pdf)

    Pour terminer, nous aussi nous sommes en banlieues et avons fait le choix de n’avoir qu’une voiture. C’est pourquoi nous avons choisi notre maison en conséquence.

    Très belle lecture, je risque de revenir de temps à autre découvrir tes textes.
    Bonne journée!

    1. Bonjour Alex,

      Bienvenue officiellement sur mon blogue. Je t’invite à le parcourir et voir s’il y a des sujets qui t’intéressent plus que d’autres. Je publie des articles sur 3 sujets en particulier : mon parcours vers l’indépendance financière, les saines habitudes en matière de finances personnelles, les informations nécessaires à la retraite. Je publie un article toutes les deux semaines. Je pourrais publier des articles plus souvent, mais je préfère publier un article régulièrement sur plusieurs années (j’ai des articles « planifiés » dans WordPress pour la prochaine année déjà) plutôt que de publier tout d’un coup et avoir un blogue vacant pour les années à venir.

      Merci pour le lien de l’étude de CAA Québec. Même si c’est une étude qui date de 2013, elle permet aux gens de comprendre les coûts réels d’une voiture. Souvent, ces derniers ne pensent pas aux entretiens et réparations, assurances, permis de conduire et immatriculation, essence, changement de pneus, accessoires, dépréciation, coût de financement, etc. Le coût réel est beaucoup plus élevé que le coût anticipé.

      Vous avez un point important… Il est important de choisir une maison en conséquence du lieu de travail pour ainsi réduire les déplacements qui coûtent cher en temps et en argent.

      Au plaisir de discuter avec toi, ici, ou sur un autre blogue.

      Retraite101

  8. Salut R101,

    Bravo pour ce billet!

    Dans notre cas, la question est « est-ce qu’on peut vivre sans voiture? ». Après tout, des miliers de Montréalais le font et vivent très bien.

    Une fois à la retraite, les déplacements se résument à aller à l’épicerie et chez mes parents le weekend. Tout le reste se fait en vélo ou à pied. Alors, peut-être que chacun de ces déplacements nous coûtent 20$.

    Notre dépendance à l’auto est triste!

    1. Bonjour J-S,

      Effectivement, c’est encore mieux de ne pas avoir de véhicule du tout, si cela répond à nos besoins. En banlieue, c’est un peu plus difficile qu’en ville de ne pas avoir de véhicule, car les épiceries ne sont pas tous à distance raisonnable de marche/vélo. De plus, le transport en commun n’est pas aussi développé qu’en ville. Mais, si vous êtes capable de le faire, tant mieux! C’est un autre poste budgétaire qui sera réduite 🙂

      Merci pour ce commentaire.

      Retraite101

    2. Il y a encore des gens qui possèdent une voiture même s’ils demeurent et travaillent à Montréal… En banlieue, on peut comprendre pourquoi c’est nécessaire d’avoir voiture selon les circonstances.

  9. Bonjour,

    La possibilité d’avoir une voiture ou deux dépends aussi du choix orignal de l’achat de la maison.
    Dans notre cas, comme mon chum est prof mais pas encore permanent, on avait regardé l’emplacement de toutes les écoles de Laval qui pouvait lui proposer une job et en fonction des quartiers les moins cher, on a trouver LA bonne place. J’ai un couple d’ami dont l’un travaille à Mirabel et l’autre au métro sauvé et ils ont un condo dans le vieux port de Montréal !! Je ne l’ai jamais comprise celle là !

    J’ai aussi déjà vu des jeunes s’être donné RV avec des grosses voitures sport très très chères dans le « centre ville » de Laval. Ils jasaient accoté sur leur voiture. Sérieusement j’ai vraiment ri d’eux !! Avec mon chum, on se disait qu’ils n’avaient certainement pas les moyens d’avoir acheté ces voitures, ça donnait l’impression qu’ils les avaient loué. Vraiment !! C’est ça ton fun ? Venir se garer devant les resto pour parader avec ta (?) voiture ? ils m’ont fait un peu pitié j’avoue…..

    Moi j’habite en banlieue avec 3 jeunes enfants et un gros chien et nous n’avons qu’une seule petite voiture (une FIT) qu’on a acheté d’occasion cash, qui ne consomme pratiquement rien et qu’on adore.
    C’est impressionnant ce qui rentre dans une Fit: Une brouette (+ le chien), un set d’extérieur (table + 6 chaise + parasol), le plafond suspendu du sous-sol au complet….. et tout ça avec le coffre fermé !
    Maintenant c’est 3 bancs d’auto à l’arrière avec la poussette double, la poussette simple et le chien dans le coffre !

    Oui, oui, c’est ça, ça « PREND » une grosse voiture avec des enfants…… j’adore faire mentir les gens avec ma voiture 😉

    Bonne journée,

    Julie

    1. Bonjour Julie,

      Absolument, le choix de l’emplacement de la maison (ou condo/appartement) a un impact direct sur le besoin en déplacement et les coûts reliés au transport. Souvent, les gens s’éloignent de la ville (et je m’inclus dans ceux-ci) pour payer sa maison moins chère. Mais, les besoins en déplacement augmentent. Le temps et le coût en déplacement augmentent aussi. Donc, est-ce vraiment un bon choix de s’éloigner de la ville (de son travail)? J’aurais pris une décision différente d’il y a quelques années si j’avais eu à faire ce choix aujourd’hui…

      Je dois avouer que c’est impressionnant de pouvoir entrer autant de choses dans une Honda Fit. Je sais que c’est une voiture spacieuse pour sa catégorie, mais je ne pensais pas que c’était possible d’y entrer 3 enfants, 2 poussettes et un gros chien. C’est impressionnant. Et c’est certain que vous devez économiser beaucoup!

      Les véhicules les plus vendus au Canada depuis quelques années sont les SUV. Ce n’est donc pas surprenant que les gens de votre entourage vous disent que ça « prend » une grosse voiture ou un SUV pour votre famille. Mais, est-ce vraiment le cas? Je pense que vous démontrer très bien que ce n’est pas nécessaire… Bravo!

      Au plaisir.
      Retraite101

Laissez un commentaire...