La moitié des Québécois ne cotisent pas au REER ni au CELI

Je lisais récemment un article dans le journal Les Affaires et j’étais stupéfait des résultats d’un sondage à propos des cotisations au REER et CELI. Selon un sondage mené à la fin décembre, 51 % des Québécois affirment ne pas cotiser du tout à un régime enregistré d’épargne-retraite (REER) ni à un compte d’épargne libre d’impôt (CELI). Oui, vous avez bien lu! La moitié des Québécois NE COTISENT PAS DU TOUT à un REER ni à un CELI. Cela semble être un problème généralisé au pays, car ce pourcentage est semblable à la moyenne canadienne (47 %). De plus, seulement 31 % des Québécois ont l’intention de verser une cotisation dans un REER avant la date limite du 1er mars 2018. Encore une fois, c’est un pourcentage semblable à la moyenne canadienne (33 %). Ce sont des pourcentages de cotisation très faibles! C’est décourageant, non?

Quels groupes d’âge cotisent au REER et au CELI?

Selon le sondage, c’est le groupe des 35-54 ans (43 %) qui est le plus susceptible de cotiser au REER cette année. Ils sont suivis par les groupes des 18-34 ans (39 %) et des 55 ans et plus (16 %). Pour le CELI, c’est le groupe des 18-34 ans (44 %) qui est le plus susceptible de cotiser à un CELI cette année. Ces derniers sont suivis par les groupes des 55 ans et plus (36%) et des 35-54 ans (32%).

Ce sont des pourcentages TRÈS FAIBLES. Les Québécois devraient cotiser davantage dans ces comptes enregistrés pour planifier leur retraite, pour profiter des avantages fiscaux, pour maximiser leurs remboursements d’impôts, pour maximiser leurs subventionnions gouvernementales (par exemple, les allocations pour enfants), pour diminuer leurs frais de garde (le cas échéant), pour accumuler des revenus d’intérêts (dividendes, ou autre) à l’abri de l’impôt, etc.

Pourquoi les Québécois ne cotisent-ils pas au REER ni au CELI?

S.v.p., aidez-moi à comprendre pourquoi les Québécois ne cotisent pas au REER ni au CELI. Ne me dites pas que vous n’avez pas les moyens d’épargner, que le gouvernement vous vole la moitié de votre chèque de paie (ce qui n’est pas totalement faux, mais, ce n’est pas l’objectif de cet article 🙂 ), que c’est seulement les riches qui peuvent profiter des REER et CELI, etc. Où est votre part de responsabilité?

Parmi ceux qui ne cotisent pas du tout au REER ni au CELI, combien ont un véhicule neuf financé? Combien ont un forfait de téléphone mobile avec données et musique illimité (ou autre) et un paiement mensuel de 75$ et plus? Combien d’entre eux font un voyage dans « le sud » l’hiver? Combien d’entre eux mangent régulièrement au restaurant? Et j’en passe! La liste pourrait être assez longue, mais vous voyez où je veux en venir.

Comment dégager une marge de manœuvre pour cotiser au REER ou au CELI?

En cette fin de « saison REER », je vous invite à revoir vos finances personnelles et à mettre à jour votre budget. Si vous n’avez pas de budget, il est fort possible que vous n’ayez aucune idée de vos dépenses. C’est à mon avis une urgence de créer un budget mensuel et de calculer votre actif net et votre taux d’épargne.

Si vous avez une marge de manœuvre pour épargner, vous pouvez cotiser à un REER ou un CELI, selon celui qui correspond le mieux à vos objectifs. Un conseiller financier pourrait vous aider et vous proposez une stratégie d’investissement. Si vous choisissez le REER, notez que vous avez jusqu’au 1er mars 2018 pour que votre cotisation puisse être utilisée pour l’année d’imposition 2017 (c.-à-d. pour la déclaration d’impôts que vous produirez bientôt). Il vous reste 2 jours.

Aussi, vous pouvez commencer à analyser les postes de dépenses les plus importants (par exemple : habitation, transport, consommation, remboursement de dettes) et trouver les occasions pour économiser. Pouvez-vous rembourser vos dettes plus rapidement au lieu d’acheter le nouvel iPhone X? Pouvez-vous apporter un lunch au travail au lieu d’aller diner au restaurant tous les jours? Pouvez-vous acheter une voiture plus économique au lieu d’avoir le modèle haut de gamme de l’année? Vous économiserez beaucoup en paiement automobile, intérêts, assurance, frais d’entretiens et de réparations, etc.

En réduisant vos dépenses inutiles et en faisant des économies, vous pourrez ainsi augmenter votre taux d’épargne et vous aurez la marge de manœuvre pour cotiser à un REER ou à un CELI. Ou les deux!

Et vous, cotisez-vous au REER ou au CELI? Maximisez-vous vos cotisations dans les deux régimes?

17 comments

  1. 1) Faire un budget est beaucoup trop long, je n’ai pas le temps de faire ça.
    2) Mon collègue s’est acheté (probablement financé) une BMW de l’année. Si lui il a les moyens, moi aussi!
    3) La famille de mon frère sont allés dans le Sud cet hiver. Il dit qu’il a travaillé fort et qu’il avait besoin d’un break. Moi aussi j’ai besoin d’un break, donc j’amène toute la famille dans le Sud.
    4) Mon café au Tim le matin me donne du réconfort avant d’aller au travail. Oui, ça me coûte 3$ par jour (je n’ai aucune idée combien ça coûte en vérité), mais on a qu’une seule vie et ce n’est pas un café qui va changer grand chose.
    5) Étant donné que je ne suis pas le seul à ne pas cotiser, un moment donné le gouvernement va me prendre par la main et mettre de l’argent de côté pour moi.

    J’espère que tu comprendras que je suis sarcastique…et découragé…

    1. Bonjour LP,
      Merci d’avoir commenté. Au début, je pensais que c’était un commentaire sérieux. J’ai commencé à douter à partir du point #2… Puis au point #5, j’ai éclaté de rire!

      Le pire, c’est que j’ai déjà entendu ces raisons pour ne pas cotiser à un REER (ou à un CELI) par plusieurs personnes de mon entourage. Aussi, j’ai un de mes meilleurs amis qui me répète souvent les raisons 2-3-4. Il essai souvent de me convaincre d’acheter un VTT pour en faire avec lui et une voiture décapotable pour me promener l’été. Il me répète que je n’ai qu’une vie à vivre. C’est vrai que c’est décourageant!

      As-tu sérieusement déjà entendu quelqu’un dire la raison #5 pour ne pas cotiser pas à un REER ni à un CELI? À bien y penser, c’est un peu ce qu’est le RRQ…

      Au plaisir de discuter avec toi.
      Retraite101

      1. Je n’ai jamais entendu la raison #5, mais inconsciemment, je crois que c’est dans leur tête.

        Corrige-moi si je me trompe, mais à mes yeux, c’est exactement ce qu’est le RRQ/RPC. « Étant donné que tu n’es pas assez brillant pour mettre de l’argent de côté, on va le faire pour toi… »

        1. Je pense la même chose.

          Cela dit, il y a un problème avec le RRQ/RPC pour ceux qui sont en mesurent de travailler, mais qui ne veulent pas. Comme ils ne cotisent pas au régime public, ils n’auront pas de rente. Bien qu’ils aient droit au SRG, ce n’est pas assez pour avoir un train de vie raisonnable. J’espère juste qu’ils ne s’attendent pas à recevoir une rente RRQ/RPC…

  2. Ça me désole de voir qu’on veut pas se responsabiliser au Québec et prendre ses finances en main. Je parle pas de ceux qui sont vraiment dans des situations financières précaires, mais ceux qui veulent vivre haut dessus de leur crédit, le savent et ne veulent pas changer.. Faire l’autruche, ça va vous rattraper tôt ou tard..

    1. Je crois vraiment que c’est une question de culture: l’effet « voisin », YOLO, etc. Qu’on le veuille ou pas, la personne qui fait attention à ses dépenses et qui épargne est considérée comme rabat-joie!

      Je ne sais pas si c’est mieux ou pire, mais je ne sais même pas s’il joue à l’autruche, dans le sens que je ne sais même pas s’ils sont conscients de leur situation… Tsé, la retraite, c’est dans loin!

      1. Tu as raison. Celui qui fait attention à ses dépenses et épargne pour la retraite au lieu de surconsommer est le mouton noir du groupe. Si tu savais à quel point je me fais juger par les membres de ma famille et mes amis…

    2. Bonjour Sorcière frugale,

      Je pense que certains de ceux-ci sont au courant de leur situation et consommation à crédit et ne veulent pas changer, mais je pense aussi que certains ne s’en rendent même pas compte… Est-ce dû à un manque de connaissance en finances personnelles? Est-ce dû à l’abolition du cours d’économie en 5e secondaire?

      En passant, j’essaie de commenter ton dernier article sur ton nouveau blogue et à chaque fois je reçois le message d’erreur : « Blocked as suspected bot ». Est-ce que je suis sur la liste noire de ton blogue maintenant? 🙂 J’espère que ce sera corrigé bientôt.

      Au plaisir de discuter.
      Retraite101

      1. Bonjour Retraite101! Vu mes connaissances approchant le niveau d’inculte en matière de blog, je peux t’assurer que je ne te bloque pas volontairement ! Je vais faire ma Colombo et trouver ce qui cause le problème.. En espérant que ça ne me prenne pas des siècles .

        1. Je sais bien que tu ne me bloques pas volontairement… C’était une blague 🙂 Tiens-moi au courant quand le problème sera réglé. J’avais enregistré mon commentaire dans un document Word (car il était assez long), donc je vais pouvoir le renvoyer facilement (copier-coller).

    3. Bonjour « Sorcière » ! 😉

      Je suis aussi désolé que toi de voir notre Québec irresponsable par rapport au finance en générale. Tu en as surement déjà discuté dans ton blog ou ailleurs mais le problème est plus fondamentale que ca. Notre culture et notre éducation financière est inexistante, voir même complétement tabou.

      J’ai terminé mes études universitaire en 1998 et certains de mes confrères ingénieurs ne savait même pas comment un REER fonctionnait. Ils gagneront environ 2M$ en salaire durant leur vie et le système d’éducation leur a même pas montrer comment optimiser leur finance. Les parents alors ? Même son de cloche car, au Québec, c’est tabou de parler de l’argent.

      Le résultante est que ce beau monde là fonctionne par l’exemple. Si mon voisin l’a, ca doit être parce que c’est correct! Le crédit est maintenant percue comme de l’avoir net.

      J’ai 2 enfants de 14 et 10 ans et nous avons toujours pas de cours d’éducation financière à l’école!!! J’ai pas besoin de te dire que mes enfants savent déjà des notions de base d’intérêts composes, qu’ils ont déjà des placements et save la valeur de l’argent et la saine gestion financière.

      Après tout, il vaut mieux savoir conjuger le plus que parfait du verbe avoir que de savoir comment faire un budget. Sur le long terme, la société gardera au travail les personnes ayant le moins de connaissances financières. … Désolant !

      1. Bonjour Steve,

        Merci de commenter cet article et bienvenue officiellement sur mon blogue.

        Je vous félicite d’avoir enseigné cela à vos enfants. J’ai l’intention moi-aussi de faire l’éducation financière à mes enfants, lorsqu’ils seront plus vieux !

        La planification financière de la retraite n’est pas un sujet à la mode. Selon un sondage réalisé par Question Retraite, la moitié des Québécois ne se sentent pas assez compétent en matière de finances personnelles pour planifier eux-mêmes leur retraite. Une majeure partie de la population ne connaissent pas les diverses sources de revenue à la retraite. D’autres ne savent pas combien ils doivent épargner pour maintenir leur niveau de vie à la retraite.

        Une autre statistique choquante est que la moitié des Québécois ne se sente pas responsable de la planification de leur retraite. Toujours selon le sondage, 39 % des Québécois pensent que c’est au gouvernement d’être responsable de leur sécurité financière à la retraite, tandis que 11 % pensent que c’est plutôt la responsabilité des employeurs. Ce n’est donc pas surprenant que la moitié des Québécois ne cotisent pas du tout au REER ni au CELI…

        Au plaisir.
        Retraite101

  3. Pour épargner, il faut être raisonnable et avoir du contrôle. Amusez-vous à poser cette question autour de vous :  » Quand tu t’achètes un 6-pack de bière; ça te prend combien de temps pour le boire? »

    Au moins 50% des gens vont vous répondre  » Si je sais que j’ai 6 bières dans le frigo… je vais toutes les boire le soir même!  »

    Avec un comportement comme celui-là sur la nourriture… comment peut-on espérer que ces gens arrivent à garder de l’argent disponible?

    Moi je peux avoir 100 bières (ou n’importe quoi d’autre qui me plait) dans ma maison et je ne vais que consommer une quantité raisonnable et gérer ma ressource le mieux possible pour avoir un bon rapport qualité-prix. Je n’ai pas de problème à épargner non plus…

    1. J’aime bien l’exemple de la bière. Pour moi, la réponse à la question serait : « Ça dépend de quand mes amis viendront souper la prochaine fois » 🙂 Je consomme très peu d’alcool (bière, vin, etc.) et je ne bois jamais seul. J’achète de l’alcool principalement pour mes invités. Mais, je comprends bien ton exemple. Ma réponse à la question était pour rire un peu.

      Le principe s’applique pour moi-aussi. Lorsque j’ai quelque chose qui me plait, je fais attention et je la gère le mieux possible. C’est le cas autant pour un objet que pour l’argent. Je ne fais pas de dépenses inutiles (le moins possible), je l’épargne et je l’investi au meilleur de mes connaissances!

      Au plaisir de discuter avec toi.
      R101

Laissez un commentaire...