Le REEE pour les nuls

Le REEE pour les nuls

Le régime enregistré d’épargne-études (REEE) est un compte utilisé pour épargner jusqu’à 50 000 $ pour les études postsecondaires de son enfant. Les revenus accumulés dans le REEE sont exempts d’impôt tant qu’il demeure dans le REEE. Il existe plusieurs subventions gouvernementales pour les REEE : SCEE, BEC, IQEE, etc. Si le bénéficiaire (l’enfant) ne fait pas d’études postsecondaires, il est possible de récupérer les cotisations libres d’impôt. Il est aussi possible de transférer les cotisations dans son propre régime enregistré d’épargne-retraite (REER). De plus, il est possible de transférer le REEE à un autre bénéficiaire.

Dans cet article, je vous explique le fonctionnement du REEE, les types de REEE, les subventions et les mesures fiscales, les subventions supplémentaires pour les familles à faible revenu, le fonctionnement de paiement du REEE et le changement de bénéficiaire.

Fonctionnement du REEE

Le REEE est un contrat entre un souscripteur (un parent) et un promoteur (une institution financière). Selon le contrat, le souscripteur nomme un ou plusieurs bénéficiaires (le ou les futurs étudiants) et verse des cotisations pour eux. De son côté, le promoteur administre les montants versés dans le REEE et accepte de verser aux bénéficiaires des paiements d’aide aux études (PAE) lorsque ces derniers effectueront des études postsecondaires.

Voici le fonctionnement :

  • Le souscripteur verse des cotisations dans un REEE. Même s’il effectue des cotisations, il ne peut pas les déduire dans sa déclaration de revenus, contrairement au régime enregistré d’épargne-retraite (REER). Les subventions gouvernementales sont versées au REEE. Ces subventions sont : la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE), l’Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE) et le Bon d’études canadien (BEC), si admissible.
  • Le promoteur du REEE est une institution financière, un fournisseur de régimes collectifs ou un fournisseur de services financiers. Il administre tous les montants versés dans le REEE. Comme mentionné précédemment, les revenus accumulés sont exempts d’impôt tant qu’il demeure dans le REEE. Le promoteur verse des paiements d’aide aux études (PAE) au bénéficiaire lorsque ce dernier effectuera des études postsecondaires. Si les cotisations ne sont pas versées aux bénéficiaires, par exemple si le bénéficiaire ne fait pas d’études postsecondaires, le promoteur rembourse au souscripteur les cotisations versées, libres d’impôts. Le souscripteur ne doit pas inclure les cotisations dans son revenu, car elle n’avait pas été déduite initialement.
  • Le bénéficiaire reçoit des PAE lorsqu’il effectuera des études postsecondaires. Il doit inclure les PAE dans sa déclaration de revenu de l’année où il les reçoit. Par contre, il n’a pas à inclure les cotisations qu’il a reçues dans sa déclaration de revenus.

Il n’y a pas de limite annuelle de cotisations à un REEE. Par contre, il y a un plafond de cotisation à vie dans un REEE, soit 50 000 $ pour chaque bénéficiaire.

Les types de REEE

Il existe trois types de REEE : individuel, familial et collectif.

  • Le régime individuel est un REEE avec un seul bénéficiaire. Ce type de compte peut être utilisé par des parents avec plusieurs enfants, mais il est la plupart du temps utilisé par les parrains/marraines ou les grands-parents. Il est possible de choisir le type de placement selon ses objectifs, l’horizon de placement et sa tolérance aux risques. De plus, il est possible de transférer les sommes d’un bénéficiaire à l’autre (d’une même famille, bien entendu), mais cela requiert plus d’étapes que pour le régime familial.
  • Le régime familial est un REEE qui permet de nommer plus d’un bénéficiaire, ce qui est avantageux pour les familles avec plusieurs enfants. Par contre, le régime familial exige que le souscripteur ait un lien de sang avec le bénéficiaire (ou être son parent adoptif). Comme pour le REEE individuel, il est possible de choisir le type de placement selon ses objectifs, l’horizon de placement et sa tolérance aux risques. Il est très facile de transférer des sommes d’un bénéficiaire à l’autre, par exemple si le premier enfant ne fait pas d’études postsecondaires.
  • Le régime collectif est destiné à un seul bénéficiaire. C’est un REEE qui met en commun plusieurs souscripteurs. Le montant des cotisations est défini dans le contrat avec le promoteur (fournisseur). Vous pouvez résilier le contrat moyennant des frais et des intérêts. Il y a aussi des frais supplémentaires si vous sautez des cotisations. C’est un régime avec beaucoup de contraintes.

Subventions pour le REEE

Il existe plusieurs subventions gouvernementales pour inciter les parents, familles et amis à épargner pour les études postsecondaires d’un enfant. Ces subventions sont généralement calculées selon les cotisations effectuées dans le REEE de l’enfant. De plus, elles sont déposées directement dans le REEE de l’enfant.

Tout d’abord, Emploi et développement social Canada (EDSC) offre la Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE). Ensuite, EDSC offre un incitatif supplémentaire pour aider les familles à faible revenu, le Bon d’études canadien (BEC). Finalement, il y a aussi des programmes provinciaux d’épargne-études. Pour le Québec, la subvention octroyée est l’Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE). Ces subventions gouvernementales sont détaillées dans les paragraphes suivants.

Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE)

La Subvention canadienne pour l’épargne-études (SCEE) est un incitatif offert aux parents qui épargnent en vue des études postsecondaires de leur enfant, en versant une subvention calculée selon le montant cotisé à un REEE pour l’enfant. La SCEE sera déposée directement dans le REEE de l’enfant. Plusieurs REEE peuvent être ouverts pour un même bénéficiaire admissible.

La SCEE est aussi offerte à la famille ou aux amis qui épargnent pour un enfant. Par exemple, j’ai ouvert un REEE pour chacun de mes 3 filleuls(es). Il faut croire que je suis populaire comme parrain!

La SCEE est calculée en deux étapes, soit la SCEE de base et la SCEE additionnelle.

La SCEE de base est offerte, peu importe le revenu familial. Elle équivaut à 20 % des cotisations versées dans l’année dans le REEE d’un bénéficiaire admissible. La subvention maximum est de 500 $ par année jusqu’à un plafond à vie de 7200 $. Par exemple, si vous effectuez une cotisation annuelle de 1000 $, la SCEE de base sera de 200 $.

La SCEE additionnelle est calculée annuellement selon le revenu net familial du bénéficiaire admissible. Si votre familial varie, la SCEE additionnelle va elle aussi varier. La majoration de la SCEE s’applique sur la première tranche de 500 $ des cotisations versées au REEE. Pour 2017, si le revenu net familial de l’enfant admissible est :

  • 45 916 $ ou moins, le taux supplémentaire de la SCEE pour la première tranche de 500 $ des cotisations versées au REEE est de 20 % de plus (ou 40 % incluant la SCEE de base);
  • Plus de 45 916 $ sans dépasser 91 831 $, le taux supplémentaire de la SCEE pour la première tranche de 500 $ des cotisations versées au REEE est de 10 % de plus (ou 30 % incluant la SCEE de base);
  • Plus de 91 831 $, la SCEE additionnelle n’est pas admissible.

Voici un tableau récapitulatif du calcul de la SCEE en fonction du revenu familial :

Revenu net familial pour 201745 916 $ ou moinsPlus de 45 916 $ sans dépasser 91 831 $Plus de 91 831 $
SCEE sur la première tranche de 500 $500 x 40 % = 200 $500 x 30 % = 150 $500 x 20 % = 100 $
SCEE sur la tranche de 501 $ à 2 500 $2000 x 20 % = 400 $2000 x 20 % = 400 $2000 x 20 % = 400 $
Plafond annuel de la SCEE selon le revenu et les cotisations versées200 + 400 = 600 $150 + 400 = 550 $100 + 400 = 500 $
Plafond à vie de la SCEE7 200 $7 200 $7 200 $

Voici plusieurs exemples simples pour démontrer le calcul de la SCEE de base et SCEE additionnelle.

Exemple (1/3) :

Mathieu et Julie ont un revenu familial de 25 000 $. Cette année, ils ont cotisés 750 $ dans le REEE de leur enfant.

La subvention de base de la SCEE sur la première tranche de 500 $ des cotisations versées au REEE est de 100 $, ce qui correspond à 20 % des cotisations versées durant cette année (500 $ x 20 %). De plus, Mathieu et Julie ont droit à une SCEE additionnelle de 20 % sur la première tranche de 500 $, car ils ont un revenu familial inférieur à 45 916 $. La SCEE additionnelle est de 100 $ (500 $ x 20 %). La SCEE sur la tranche de 501 $ à 750 $ est de 50 $, ce qui correspond à 20 % des cotisations (250 $ x 20 %).

Le montant total de subventions de la SCEE qui sera versé dans le REEE de leur enfant est 250 $ (100 $ + 100 $ + 50 $ = 250 $).

Exemple (2/3) :

Maintenant, supposons que Mathieu et Julie ont un revenu familial de 75 000 $ et qu’ils cotisent le même 750 $ dans le REEE de leur enfant.

La subvention de base de la SCEE sur la première tranche de 500 $ des cotisations versées au REEE est de 100 $, ce qui correspond à 20 % des cotisations versées durant cette année (500 $ x 20 %). De plus, Mathieu et Julie ont droit à une SCEE additionnelle de 10 % sur la première tranche de 500 $, car ils ont un revenu familial supérieur à 45 916 $, mais inférieur à 91 831 $. La SCEE additionnelle est de 50 $ (500 $ x 10 %). La SCEE sur la tranche de 501 $ à 750 $ est de 50 $, ce qui correspond à 20 % des cotisations (250 $ x 20 %).

Le montant total de subventions de la SCEE qui sera versé dans le REEE de leur enfant est 200 $ (100 $ + 50 $ + 50 $ = 200 $).

Exemple (3/3) :

Finalement, supposons que Mathieu et Julie ont un revenu familial de 95 000 $ et qu’ils cotisent le même 750 $ dans le REEE de leur enfant.

La subvention de base de la SCEE sur la première tranche de 500 $ des cotisations versées au REEE est de 100 $, ce qui correspond à 20 % des cotisations versées durant cette année (500 $ x 20 %). Mathieu et Julie n’ont pas droit à la SCEE additionnelle, car ils ont un revenu familial supérieur à 91 831 $. La SCEE sur la tranche de 501 $ à 750 $ est de 50 $, ce qui correspond à 20 % des cotisations (250 $ x 20 %).

Le montant total de subventions de la SCEE qui sera versé dans le REEE de leur enfant est 150 $ (100 $ + 50 $ = 150 $).

Étant donné que Mathieu et Julie n’ont pas droit à la SCEE additionnelle, le calcul de la SCEE peut être simplifié, soit 750 $ x 20 $ = 150 $.

Bon d’études canadien (BEC)

Le Bon d’études canadien (BEC) est un incitatif supplémentaire allant jusqu’à 2 000 $ pour aider les familles à faible revenu à commencer à épargner tôt pour les études postsecondaires de leur enfant. Le BEC sera déposé directement dans le REEE de l’enfant.

Le BEC donnera un montant initial de 500 $ aux enfants qui proviennent des familles à revenu modeste, et qui sont nés le 1er janvier 2004 ou après. De plus, un montant de 25 $ supplémentaires sera versé pour aider les familles à assumer les frais d’ouverture d’un REEE. Aussi, le BEC inclura une subvention additionnelle de 100 $ pour chaque année d’admissibilité précédente et subséquente, et ce, jusqu’à ce que l’enfant ait 15 ans, pour un montant maximum de 2 000 $.

Si le bénéficiaire ne poursuit pas d’études postsecondaires, le BEC doit être remboursé au gouvernement.

Exemple :

Mathieu et Julie ont un revenu familial de 25 000 $. L’année dernière (2017), ils ont décidé d’ouvrir un régime enregistré d’épargne-études (REEE) pour commencer à épargner pour les études postsecondaires de leur enfant.

Même si Mathieu et Julie n’ont toujours pas versé de cotisations dans le REEE de leur enfant, ils ont reçu un montant initial de 525 $ du Bon d’études canadien (BEC). Ce montant a été déposé directement dans le REEE de leur enfant.

Cette année (2018), le revenu familial de Mathieu et Julie n’a pas changé. Ces derniers n’ont toujours pas versé de cotisations dans le REEE de leur enfant. Par contre, ils ont reçu une subvention additionnelle de 100 $ du BEC.

Ils continueront de recevoir la subvention additionnelle de 100 $ du BEC tant qu’ils seront considérés comme une famille à faible revenu et que leur enfant aura 15 ans ou moins.

Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE)

L’Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE) est une mesure fiscale qui vise à encourager les familles québécoises à épargner pour les études de leurs enfants et de leurs petits-enfants, dès leur premier âge. Cette mesure, qui est en vigueur depuis le 21 février 2007, prend la forme d’un crédit d’impôt remboursable qui est versé directement dans un régime enregistré d’épargne-études (REEE) ouvert chez un fournisseur de REEE qui offre l’IQEE. En d’autres mots, vous n’avez pas besoin de faire la demander dans votre déclaration de revenus. C’est le promoteur du REEE qui fera la demande pour vous.

Le montant de base équivaut à 10 % des cotisations versées dans l’année, jusqu’à concurrence de 250 $. Le montant cumulatif à vie de l’IQEE est de 3 600 $.

Tout comme la SCEE, l’IQEE offre aussi un montant supplémentaire pour aider les familles à faible revenu. Ce montant supplémentaire peut atteindre 50 $ par année, selon le revenu familial. Il sera ajouté au montant de base.

Voici deux exemples pour expliquer le calcul de l’Incitatif québécois à l’épargne-études (IQEE).

Exemple (1/2) :

Benoit et Natalie ont un revenu familial de 75 000 $. Cette année, ils ont cotisés 2 000 $ dans le REEE de votre enfant. Ils recevront une subvention de 200 $ de l’IQEE, ce qui correspond à 10 % des cotisations versées durant cette année.

Exemple (2/2) :

Mathieu et Julie ont un revenu familial de 25 000 $. Cette année, ils ont cotisés 750 $ dans le REEE de leur enfant. Ils recevront une subvention de 75 $ de l’IQEE, ce qui correspond à 10 % des cotisations versées durant cette année.

De plus, un montant supplémentaire de 50 $ s’ajoutera à la subvention de base de 75 $ puisque Mathieu et Julie sont une famille à faible revenu.

Le montant total de subventions qui sera versé dans le REEE de leur enfant est 125 $.

Scénarios incluant les subventions et rendements

Voici 3 scénarios de cotisations au REEE pour des couples ayant un revenu familial différent et incluant les suvbentions et rendements.

Exemple 1

Voici un couple dont le revenu familial est de 45 000 $ et qui cotise 100 $ par mois au REEE de leur enfant. Lorsque leur enfant aura 20 ans, il aura 58 346 $ dans son REEE.

ÂgeCotisationSCEE baseSCEE additionnelleBECIQEECotisation totaleValeur REEE
1120024010062512022852 399 $
2120024010010012017604 367 $
3120024010010012017606 434 $
4120024010010012017608 603 $
51200240100100120176010 881 $
61200240100100120176013 273 $
71200240100100120176015 785 $
81200240100100120176018 422 $
91200240100100120176021 192 $
101200240100100120176024 099 $
111200240100100120176027 152 $
121200240100100120176030 358 $
131200240100100120176033 724 $
141200240100100120176037 258 $
151200240100100120176040 969 $
161200240100 120166044 760 $
171200240100 120166048 741 $
181200240100 120166052 921 $
19      55 567 $
20      58 346 $
Total21 600 $4 320 $1 800 $2 025 $2 160 $31 905 $ 

Notes :

  • SCEE de base : 20 %;
  • SCEE additionnelle : 20 % sur la première tranche de 500 $, car le revenu familial du couple est moins de 45 916 $;
  • BEC : Montant initial de 525 $ plus une subvention additionnelle de 100 $ par année jusqu’au montant maximum de 2000 $;
  • IQEE : 10 %;
  • Rendement moyen du portefeuille : 5 %.

Exemple 2

Voici un couple dont le revenu familial est de 75 000 $ et qui cotise 150 $ par mois au REEE de leur enfant. Lorsque leur enfant aura 20 ans, il aura 77 835 $ dans son REEE.

ÂgeCotisationSCEE baseSCEE additionnelleBECIQEECotisation totaleValeur REEE
1180036050 18023902 510 $
2180036050 18023905 144 $
3180036050 18023907 911 $
4180036050 180239010 816 $
5180036050 180239013 867 $
6180036050 180239017 069 $
7180036050 180239020 432 $
8180036050 180239023 963 $
9180036050 180239027 671 $
10180036050 180239031 564 $
11180036050 180239035 652 $
12180036050 180239039 944 $
13180036050 180239044 451 $
14180036050 180239049 183 $
15180036050 180239054 151 $
16180036050 180239059 368 $
17180036050 180239064 846 $
18180036050 180239070 598 $
19      74 128 $
20      77 835 $
Total32 400 $6 480 $ 900 $0 $3 240 $43 020 $ 

Notes :

  • SCEE de base : 20 %;
  • SCEE additionnelle : 10 % sur la première tranche de 500 $, car le revenu familial du couple est plus de 45 916 $, mais sans dépasser 91 831 $;
  • BEC : Non applicable;
  • IQEE : 10 %;
  • Rendement moyen du portefeuille : 5 %.

Exemple 3

Voici un couple dont le revenu familial est de 95 000 $ et qui cotise 200 $ par mois au REEE de leur enfant. Lorsque leur enfant aura 20 ans, il aura 98 981 $ dans son REEE.

ÂgeCotisationSCEE baseSCEE additionnelleBECIQEECotisation totaleValeur REEE
12400480  24031203 276 $
22400480  24031206 716 $
32400480  240312010 328 $
42400480  240312014 120 $
52400480  240312018 102 $
62400480  240312022 283 $
72400480  240312026 673 $
82400480  240312031 283 $
92400480  240312036 123 $
102400480  240312041 205 $
112400480  240312046 541 $
122400480  240312052 145 $
132400480  240312058 028 $
142400480  240312064 205 $
152400480  240312070 691 $
162400    240076 746 $
172400    240083 103 $
182400    240089 778 $
19      94 267 $
20      98 981 $
Total43 200 $7 200 $ 0 $ 0 $3 600 $54 000 $ 

Notes :

  • SCEE de base : 20 % jusqu’à un plafond à vie de 7200 $;
  • SCEE additionnelle : Non applicable, car le revenu familial du couple est plus de 91 831 $;
  • BEC : Non applicable;
  • IQEE : 10 % jusqu’à un plafond à vie de 3600 $;
  • Rendement moyen du portefeuille : 5 %.

Paiement d’un REEE

Des paiements d’aide aux études (PAE) seront versés à l’étudiant (le bénéficiaire) pour l’aider à payer ses études postsecondaires. Les PAE incluent les subventions (SCEE, BEC, IQEE…) et les revenus générés dans le REEE. Les cotisations versées dans le REEE appartiennent au souscripteur du REEE, à moins d’un avis contraire. Ces dernières peuvent donc être incluses dans les paiements d’aide aux études.

Les PAE sont versés seulement si l’étudiant est inscrit dans un programme de formation admissible, c’est-à-dire un cours dans un établissement d’enseignement postsecondaire, cours à distance ou cours par correspondance d’une durée minimale de 3 semaines consécutives où l’étudiant consacre au moins 10 heures par semaine aux cours ou aux travaux.

Si le bénéficiaire ne fait pas d’études postsecondaires, le promoteur du REEE rembourse au souscripteur ses cotisations libres d’impôt. Le souscripteur ne doit pas inclure ce remboursement comme revenu dans sa déclaration de revenus, car aucun avantage fiscal n’avait été octroyé au départ. Aussi, le REEE peut être transféré dans le REER du souscripteur s’il a de l’espace disponible.

Changement de bénéficiaire

Il est possible d’effectuer un changement de bénéficiaire pour un REEE. Lorsqu’un changement de bénéficiaire est effectué, les cotisations versées au nom de l’ancien bénéficiaire sont désormais considérées comme des cotisations ayant été versées au nom du nouveau bénéficiaire, et ce, à la date de la cotisation initiale. Si le « nouveau » bénéficiaire a déjà un REEE, il est important de vérifier les limites de cotisations pour ne pas que le changement donne lieu à une cotisation excédentaire.

Conclusion

En conclusion, le régime enregistré d’épargne-études (REEE) est DE LOIN le compte le plus avantageux pour épargner pour les études postsecondaires de son enfant. Plusieurs subventions gouvernementales sont offertes et généralement déposées automatiquement dans le REEE de l’enfant. De plus, il existe des subventions supplémentaires pour les familles à faible revenu qui n’ont pas la capacité d’épargner pour les études de leur(s) enfant(s).

Ne passez pas à côté de ces généreuses subventions gouvernementales 😉

*****

Merci de vous abonner à @retraite101 sur Facebook et Instagram et de partager cet article avec vos amis. De plus, abonnez-vous à mon blog pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Offre Wealthsimple – Ouvrez un compte d’investissement avec Wealthsimple Trade et obtenez une prime en argent de 10 $ (lorsque vous déposez et échangez au moins 100 $); Obtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Placements Wealthsimple.

Offre Questrade – Ouvrez un compte d’investissement avec Questrade et obtenez 50 $ en transactions gratuitesObtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Questwealth Portfolios.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Par retraite101

Blogueur québécois qui a atteint CoastFIRE à 35 ans et qui a pris sa retraite du 9@5!

3 commentaires

  1. Bonjour,
    J’aimerais savoir quelle a été la réaction des parents de vos filleuls lorsque vous avez ouvert un compte REEE à leur nom. Est-ce que c’est quelque chose qui est apprécié? Aussi, côté administratif, comment cela fonctionne? Outre le fait qu’il faille avoir l’autorisation des parents, est-ce que je dois, par exemple, connaître le revenu familial des parents pour ouvrir le compte ou ce travail est plutôt fait au niveau des institutions financières?

    1. Bonjour Lydia,

      Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire 🙂

      C’est une excellente question que je n’ai étonnamment jamais reçue en plusieurs années de blogging. Alors, je suis bien heureux d’y répondre 🙂 J’ai 3 REEE individuels pour mes 3 filleuls et ma femme a 1 REEE individuel pour sa filleule. Les réactions des parents ont été différentes. Certaines réactions ont été positives, mais d’autres ont été négatives…

      Par exemple, certains des parents ne connaissaient pas le REEE, alors ils étaient heureux que je leur explique le REEE et que je mette une petite somme de côté pour les études de leur enfant.

      D’autres parents connaissaient déjà le REEE, mais ne l’utilisaient pas, car ils pensent que c’est aux enfants de payer leurs propres études. Bien que je ne sois pas d’accord avec cela, je respecte tout à fait leur décision. Ils sont libres de prendre les décisions qu’ils veulent pour leurs enfants et je suis certain qu’ils font ce qu’ils jugent être le mieux pour leurs enfants. Par contre, ils ont quand même accepté que j’ouvre un REEE pour leur enfant.

      Finalement, il y a un parent qui trouvait ça « insultant ». C’est comme si je lui disais que je voulais investir dans les études de son enfant parce que je pensais qu’il n’était pas assez responsable comme parent pour le faire. Ce qui n’est pas le cas, bien entendu. Je peux comprendre leur réaction… Mais, en même temps, il m’a choisi comme parrain de son enfant, alors je prends soin de ce dernier.

      C’est la façon pour moi de prendre soin de mes filleuls. Je n’ai pas d’objets à offrir, mais je peux offrir mon temps et un petit soutien financier pour leurs études lorsqu’ils seront majeurs.

      Pour moi, essayer de trouver une idée cadeau pour les fêtes de mes filleuls est inutile, car ils ont déjà tous les objets inimaginables. Pourquoi offrir un objet (vêtement, jouet …) inutile à leurs fêtes, autre que pour bien paraître devant les autres qui donnent des cadeaux? J’aime mieux investir dans un futur. On s’entend, si l’enfant a réellement besoin de quelque chose (ex. : des bottes d’hiver), je vais m’empresser de lui acheter. Mais, les familles de mes filleuls sont bien nanties et ils achètent déjà tout le nécessaire pour leurs enfants (ils n’attendent pas d’avoir des cadeaux de fête ou de Noël pour demander/offrir les besoins essentiels à leurs enfants).

      Bref, je pense que l’approche est importante. Il faut expliquer aux parents de l’enfant ce que vous voulez faire et pour quelles raisons (« ouvrir un REEE pour … »).

      Les parents doivent signer un formulaire d’autorisation, incluant leurs informations personnelles (nom, adresse, NAS, …) et ceux de l’enfant. Le reste est pris en charge par l’institution financière et les deux paliers de gouvernement.

      Au plaisir d’échanger avec vous.
      R101

  2. Nous avons ouvert un compte REEE avec une institution financière qui n’offre pas le IQEE. Bien évidemment, on avait posé la question des subventions et rempli des formulaires sans se douter qu’ils ne l’offraient pas. On s’en est rendu compte après coup. Peut-on avoir deux compte REEE différents, donc en ouvrir un deuxième qui offre la dite subvention? Que feriez-vous dans notre situation?

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *