Le REER pour les nuls

Dans cet article, je vous explique ce qu’est le REER, ce qu’est un taux effectif et un taux marginal d’imposition, comment diminuer son taux d’imposition à l’aide du REER, les impacts du REER sur les programmes sociaux ainsi qu’un exemple détaillé de cotisation à un REER. Bref, j’explique ce qu’est le REER pour les nuls (notez que je ne vous traite pas de « nuls »; je fais plutôt référence aux livres de la collection « pour les nuls »).

Qu’est-ce qu’est le REER?

Le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) est un fond utilisé au Canada pour épargner au cours de sa vie professionnelle dans le but de compléter les revenus de retraite reçu par l’état (RRQ/RPC). Les cotisations versées au REER sont utilisées pour réduire votre impôt. De plus, tous les revenus accumulés dans le REER sont exempts d’impôts tant et aussi longtemps que ces fonds demeurent dans le REER. Cela dit, vous devez payer de l’impôt lorsque ces fonds sont retirés du REER à la retraite. C’est ce qu’on appelle un compte « différé d’impôt », par opposition à un compte « libre d’impôt ». Généralement, le taux d’imposition à la retraite est inférieur au taux d’imposition lors de la vie active, ce qui est donc c’est très avantageux pour celui qui cotise au REER.

Le REER n’est pas un investissement, mais plutôt un compte dans lequel vous achetez des placements. Il est possible d’y investir presque tous les types de placement : certificats de placement garanti (CPG), dépôts à terme, actions, obligations de gouvernement ou d’entreprise, fonds communs de placement, fonds négociés en bourse (FNB), etc.

La limite de cotisation annuelle au REER équivaut à 18 % du revenu l’année précédente, jusqu’à un maximum de 26 230 $ (pour 2018). Si vous n’utilisez pas la totalité de vos droits de cotisations, ceux-ci sont reportables dans les années suivantes. Prenons l’exemple d’une personne qui a des droits de cotisation pour l’année courante de 5 000 $. Si cette personne verse seulement 1 000 $ en cotisation REER, elle lui reste donc 4 000 $ de droits inutilisés. Cette personne pourra cotiser ce 4 000 $ de droits inutilisés dans le futur. Pour connaître vos droits de cotisations au REER, vous pouvez regarder l’avis de cotisation envoyé par l’Agence de revenu du Canada (ARC).

Voici les limites de cotisation annuelle pour les régimes enregistrés d’épargne-retraite (REER) des 10 dernières années. La liste complète est disponible sur le site du gouvernement du Canada (source).

Année Limite des REER en dollars
2018 26 230 $
2017 26 010 $
2016 25 370 $
2015 24 930 $
2014 24 270 $
2013 23 820 $
2012 22 970 $
2011 22 450 $
2010 22 000 $
2009 21 000 $

Le REER peut aussi être utilisé sans impact fiscal pour l’achat d’une première maison (RAP) ou pour financer un retour aux études (REEP), pourvu que les fonds soient remboursés dans le REER dans les années suivantes. Mais, le but ultime du REER est de compléter les revenus à la retraite.

Qu’est-ce que le revenu après impôt? Quelle est la différence entre le taux moyen d’imposition et le taux marginal d’imposition?

Voici quelques définitions pour vous aider à mieux comprendre l’exemple qui suit.

  • Revenu d’emploi : Un revenu d’emploi est un montant que vous recevez comme salaire, commissions, bonis, pourboires, gratifications ou honoraires (montants versés pour des services professionnels).
  • Revenu après impôt : Il s’agit du revenu total après déduction des impôts fédéraux, des impôts provinciaux et des cotisations sociales.
  • Taux moyen d’imposition : Il s’agit de l’impôt total que vous payez, c’est-à-dire l’impôt total payé divisé par le revenu total.
  • Taux marginal d’imposition : Le taux d’imposition marginal pour un particulier est le montant de l’impôt que vous payez sur vos derniers dollars gagnés.

Pourquoi et comment le REER diminue-t-il l’impôt à payer?

Le REER permet de réduire l’impôt, car les cotisations réduisent le revenu imposable. Le remboursement d’impôt est calculé selon le taux marginal, soit l’impôt sur le dernier dollar gagné. Le taux marginal correspond à la tranche d’impôt la plus élevée.

Prenons l’exemple d’une personne dont le revenu annuel est 60 000 $ et que ce dernier verse une cotisation de 5 000 $ à un REER, alors son revenu imposable sera de 55 000 $ (60 000 $ – 5 000 $). Cette personne recevra un remboursement d’impôt qui correspond à l’impôt payé sur le dernier 5 000 $ gagné. Un exemple complet est détaillé dans la prochaine section.

Voici une table d’imposition sommaire pour le Québec (applicable pour l’année 2017). Vous pouvez aussi consulter la table d’impôt 2017 complète (source).

Tranche d’imposition fédérale Taux d’imposition fédéral Tranche d’imposition du Québec Taux d’imposition du Québec
45 916 $ ou moins 15,00 % 42 705 $ ou moins 15,00 %
Supérieur à 45 917 $, mais ne dépassant pas 91 831 $ 20,50 % Supérieur à 42 705 $, mais ne dépassant pas 85 405 $ 20,00 %
Supérieur à 91 832 $, mais ne dépassant pas 142 353 $ 26,00 % Supérieur à 85 405 $, mais ne dépassant pas 103 915 $ 24,00 %
Supérieur à 142 354 $, mais ne dépassant pas 202 800 $ 29,00 % Supérieur à 103 915 $ 25,75 %
Supérieur à 202 800 $ 33,00 %

Exemple de cotisation REER

Voici un exemple simplifié pour comprendre comment fonctionne le REER. David a un revenu annuel de 50 000 $. L’exemple comprend deux scénarios. Dans un premier temps, David ne verse pas de cotisation à un REER. Dans un deuxième temps, David verse une cotisation de 5 000 $ à un REER.

Scénario 1 : David a un revenu annuel de 50 000 $ et ne verse pas de cotisation à un REER. Il paye 10 912 $ en impôt, soit 4 845 $ en impôt fédéral et 6 067 $ en impôt provincial. Son revenu après impôt est de 39 088 $. Son taux moyen d’imposition est 21,80 % et son taux marginal d’imposition est 37,12 %.

Scénario 2 : David a un revenu annuel de 50 000 $ et verse une cotisation de 5 000 $ à un REER. Il paye 9 098 $ en impôt, soit 4 031 $ en impôt fédéral et 5 067 $ en impôt provincial. Il fait une économie de 1 814 $ en impôt. Son revenu après impôt de 40 902 $ (+1 814 $). Son taux moyen d’imposition est 18,20 % et son taux marginal d’imposition est 32,53 %. En réalité, la cotisation REER de 5 000 $ aura coûté à David 3 186 $ (5 000 $ – 1 814 $). De plus, ces cotisations vont générer des revenus exempts d’impôts jusqu’à la retraite.

Voici un résumé des deux scénarios :

Scénario 1 Scénario 2 Différence
Revenu d’emploi 50 000 $ 50 000 $
Cotisation REER 5 000 $ (5 000 $)
Impôt fédéral 4 845 $ 4 031 $ 814 $
Impôt provincial 6 067 $ 5 067 $ 1 000 $
Impôt total 10 912 $ 9 098 $ 1 814 $
Revenu après impôt 39 088 $ 40 902 $ 1 814 $
Taux moyen d’imposition 21,80 % 18,20 % 3,60 %
Taux marginal d’imposition 37,12 % 32,53 % 4,59 %

Les calculs ci-dessous ont été effectués avec la calculatrice d’impôt du Québec de TurboImpôt (source).

Impacts du REER sur les programmes sociaux

Il y a beaucoup d’autres avantages à cotiser au REER. Comme mentionné précédemment, les cotisations versées au REER diminuent le revenu imposable. En diminuant votre revenu imposable, vos crédits et allocations des deux paliers de gouvernement seront bonifiés et vous aurez même accès à des programmes sociaux dont vous n’aviez pas accès auparavant. Je pense notamment au crédit pour la solidarité (Québec), au crédit de TPS (Canada), à l’allocation canadienne pour enfants (ACE), au montant du soutien à la famille au Québec. De plus, vos frais de service de garde en milieu subventionné (Québec) vont diminuer.

N’hésitez pas à poser vos questions dans la section « Commentaire » ci-dessous.

3 réflexions sur « Le REER pour les nuls »

Laissez un commentaire...