Catégories
Finances personnelles Indépendance financière

Mon taux d’épargne a fracassé les 60 % en 2019

En ce début de nouvelle année, c’est le moment de faire le bilan de l’année qui vient de se terminer. Pour faire un petit retour en arrière, j’étais très fier de constater que mon taux d’épargne avait atteint 51 % pour l’année 2018. Par contre, je voulais monter la barre d’une autre coche pour l’année 2019! C’est ainsi qu’un de mes objectifs pour l’année 2019 était d’atteindre un taux d’épargne de 55 %.

Le résultat? Non seulement j’ai atteint mon objectif, mais en plus, je l’ai dépassé largement! Mais avant de dévoiler mon taux d’épargne pour l’année 2019, je vous explique la formule que j’utilise. Je vais aussi vous expliquer comment j’ai réussi à atteindre ce taux d’épargne.

Comment calculer le taux d’épargne?

Il est important de comprendre qu’il y a plusieurs formules pour calculer le taux d’épargne. Le plus important n’est pas le montant que vous avez épargné ni la formule utilisée. Le plus important est de toujours utiliser la même formule et de suivre l’évolution du taux d’épargne année après année.

Dans mon cas, j’utilise une formule assez classique dans la littérature financière.

La formule est : Te = (E + P + C + H) ÷ (R + P + C)

  • Te : Taux d’épargne.
  • E : Épargne (REER, CELI, compte non enregistré, capital sur le REEE) achetée avec le revenu net (n’inclue pas le régime de retraite de l’employeur).
  • P : Pension ou contributions de l’employeur au régime de retraite (REER ou autre) – inclus au numérateur et dénominateur.
  • C : Cotisations au régime de retraite – inclus au numérateur et dénominateur.
  • H : Capital remboursé sur l’hypothèque.
  • R : Revenus nets, soit le montant déposé dans votre compte de banque après toutes les déductions (impôts, cotisations au régime de retraite, assurance emploi, assurances collectives, RQAP, RRQ, etc.).

Quel est mon taux d’épargne pour l’année 2019?

En utilisant la formule expliquée précédemment, mon taux d’épargne pour l’année 2019 est de 64,19 % 😮😮😮. J’ai notamment maximisé mes comptes enregistrés (REER et CELI) ainsi que le REEE de mon enfant. Mais j’ai aussi investi massivement dans mon compte non enregistré.

Vous remarquerez que le capital remboursé sur l’hypothèque (ma part – 50 %) est inclus au numérateur (épargne) dans la formule du taux d’épargne que j’utilise. Lorsque je serai à la retraite, je vais continuer de vivre dans une maison, mais je n’aurai plus d’hypothèque. Par contre, j’aurai toujours des dépenses (taxes, entretiens, rénovations, etc.) et celles-ci seront toujours incluses au dénominateur (dépenses). C’est pour cela que j’inclus le capital remboursé sur l’hypothèque dans ma formule du taux d’épargne.

De plus, le capital sur le régime enregistré d’épargne-études (REEE) est lui aussi inclus au numérateur. La raison est que nous allons (à confirmer) reprendre nos cotisations (ma part – 50 %) du REEE de notre enfant et lui laisser les subventions gouvernementales (SCEE et IQEE) ainsi que le rendement. Pour ceux qui pensent que ce n’est pas « juste » pour notre enfant, détrompez-vous! Nous cotisons le montant maximum à son REEE pour bénéficier de toutes les subventions. Mon enfant avait 7000 $ dans son compte d’épargne-études lorsqu’il a eu 2 ans (source). Il est maintenant rendu à 8000 $ à deux ans et demi 😉 Imaginez le montant qu’il aura à ses 18 ans…

Chemin parcouru depuis 3 ans

Je suis extrêmement fier du chemin que j’ai parcouru depuis que j’ai découvert le mouvement FIRE (Financial independence, retire early) il y a environ 3 ans. Mon taux d’épargne était à moins de 10 % et il est maintenant rendu à 64 %. C’est un taux d’épargne exceptionnel pour la plupart des gens, considérant que l’épargne moyenne des Québécois est de 5 %. Mais c’est un taux d’épargne « normale » pour ceux qui visent à atteindre l’indépendance financière en 10 ans. Je vous rappelle que mon objectif est d’atteindre l’indépendance financière à 40 ans et ainsi prendre ma retraite du 9 à 5. Je dois garder la même cadence au cours des prochaines années.

Un autre élément que je suis fier de mon évolution depuis 3 ans est ma valeur nette. En effet, ma valeur nette est passée de 254 803 $ à 463 748 $ en seulement 3 ans. C’est une augmentation de plus de 200 000 $ 😮.

Comment j’ai réussi à épargner 64 % de mon revenu net en 2019?

C’est LA question. Pour commencer, je dois dire que je ne fais aucun sacrifice et je ne me prive de rien! Mais comment est-ce possible d’épargner 64 % sans se priver? Est-ce que je mange des nouilles ramens tous les jours? Bien sûr que non!

Tout d’abord, j’ai un (très) bon salaire. J’ai étudié longtemps et travaillé fort pour être où j’en suis aujourd’hui. J’ai d’ailleurs eu une promotion importante il y a un peu moins de deux ans. Mais, nous avons seulement un salaire pour notre famille. Ma femme reste à la maison pour éduquer notre enfant. En effet, nous ne l’envoyons pas à la garderie. C’est un choix personnel et non un choix financier. D’un côté, nous n’avons pas à payer la garderie. Mais de l’autre côté, nous nous privons d’un salaire. C’est purement un choix personnel… Mais avoir un salaire élevé ne veut pas nécessairement dire un taux d’épargne élevé. Il y a beaucoup de gens qui dépensent autant (sinon plus) qu’ils gagnent. Il n’y a pas de recette magique 😉 Je vis selon mes besoins et que je dépense (beaucoup) moins que ce que je gagne.

Mais sinon, je dirais qu’il y a 3 raisons principales pour lesquelles j’ai réussi à épargner 64 % de mon revenu net en 2019 : je n’ai pas de dettes, je « me paye en premier » et j’ai de saines habitudes financières.

  • Dette : Les dettes sont comme un boulet de prisonnier. C’est incroyable à quel point les gens consomment à crédit et sont pris à la gorge par leurs dettes. Ce n’est pas étonnant que le taux d’endettement moyen des ménages soit de 171 %. Un taux d’endettement moyen de 171% veut dire que pour chaque dollar de revenu disponible, il y a 1,71 $ de dette. Lorsque j’ai élaboré mon plan de retraite, j’ai commencé par rembourser mes dettes. Ensuite, j’ai commencé à épargner… beaucoup! Toutes mes dépenses depuis ce temps sont payées avec de l’argent comptant et non avec le crédit. Le véhicule familial que nous avons acheté il y a deux ans a été payé comptant (chèque), au lieu de le financer sur 7 ans comme nous proposait le vendeur.
  • Se payer en premier : Le taux d’épargne moyen des Québécois est de 5 %. De plus, un tiers des Québécois vivent d’une paie à l’autre et une grande majorité d’entre eux compte seulement sur les revenus de retraite de l’état. Se payer en premier, c’est de ne pas attendre à la fin du mois avant d’épargner. C’est de prélever sur tous revenus une partie qui sera allouée directement à l’épargne. La solution la plus simple est de programmer un prélèvement automatique dans votre compte bancaire le jour de votre paie et d’envoyer ce montant dans votre compte d’investissement (fonds communs, actions, obligations, fonds négociés en bourse, etc.).
  • Saines habitudes financières : Depuis quelques années, j’ai adopté de saines habitudes en matière de finances personnelles. Je n’hésite jamais à dépenser pour des choses importantes (se nourrir, se loger, se vêtir, etc.). Par contre, « se nourrir » ne veut pas dire d’aller au restaurant toutes les semaines, « se loger » ne veut pas dire d’avoir un îlot en quartz dans sa cuisine, « se vêtir » ne veut pas dire d’acheter un manteau Canada Goose. Je dépense pour les choses qui apportent du bonheur à notre famille.

Quel est mon objectif pour 2020?

Comme je l’ai mentionné précédemment, je suis extrêmement fier de mon taux d’épargne pour l’année 2019. Même si plusieurs pensent le contraire, je n’ai pas fait de sacrifices pour épargner autant d’argent.

Je ne pense pas être capable d’augmenter mon taux d’épargne pour 2020. Je serai probablement en congé de paternité vers la fin de l’année, donc mes revenus seront inférieurs (de beaucoup!).

Donc, mon objectif pour l’année 2020 est de maintenir un taux d’épargne dans les 55 % à 60 %.

*****

Merci de vous abonner à @retraite101 sur Facebook et Instagram et de partager cet article avec vos amis. De plus, abonnez-vous à mon blog pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Êtes-vous à la recherche d’un conseiller financier compétent? Voici un guide qui vous explique comment choisir un bon conseiller financier.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Par retraite101

Je suis un Québécois de 33 ans, et comme la plupart d'entre vous, je travaille de 8 h à 17 h, enfermé dans un « cubicule » comme un rat de laboratoire. Moi aussi, je fais partie de la « rat race »! Mais, j’ai comme objectif de prendre ma retraite à 40 ans (anciennement 45 ans). Je partage sur mon blogue mon plan pour atteindre l’indépendance financière. Je publie aussi des articles sur les saines habitudes en matière de finances personnelles, les informations cruciales concernant la retraite, la surconsommation et plus encore. Bref, ce blogue se veut un cours de « retraite 101 ».

36 réponses sur « Mon taux d’épargne a fracassé les 60 % en 2019 »

Super bon article, félicitations ! Merci pour la formulaire, je n’incluais pas la partie  »fond de pension » quand je calculais mon taux d’épargne. En utilisant votre formulaire, je passe de 50% à 63%.

Bonjour François,

Effectivement, ça fait une grande différence quand on inclut toutes les sources d’épargnes, que ce soit de l’épargne « forcée » ou non… Vous faites donc partie du rare pourcentage de gens qui épargnent plus que 60 %

Joyeuses Fêtes!
R101

Bonjour The Rich Dog,

Je travaille en Technologie de l’information (TI) pour une grande banque américaine. Je suis maintenant chef d’une petite équipe de développement. Mais à mes débuts (~10 ans), j’étais programmeur-analyste. Je gagne dans les 6 chiffres, mais je ne suis pas à l’aise de dire combien exactement.

Au plaisir,
R101

Merci beaucoup pour toutes ces infos ! Par contre j’imagine qu’il faut aussi inclure les retours d’impôts et les allocations familles provinciales et fédérales au dénominateur non ?

Bonjour Amandine,

Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire.

Oui, il faut inclure tous les revenus (net d’impôt) dans la partie « R » au dénominateur. En plus de ma paie, j’inclus aussi le bonus annuel de mon emploi, les remboursements d’impôts, les allocations familiales, l’argent reçu de mes parents à Noël, les revenus Google AdSense, le RQAP pendant les congés de paternité et la ristourne Desjardins.

Au plaisir,
R101

Merci pour ta réponse, justement je me trouvais peut-être un peu trop intense d’inclure la ristourne Desjardins mais même si ce n’est pas beaucoup, c’est de l’argent !
En suivant ta formule, j’arriverais à 53% et 55% pour mon conjoint. On est plutôt économe mais je ne pensais pas épargner autant ! C’est très encourageant pour la suite !! Merci encore pour ton blogue qui est une mine d’informations, il me reste encore beaucoup d’articles à lire 🙂

Wow! Avec des taux d’épargne de 53 % et 55 %, vous faites partie de l’élite… sans le savoir (ou presque)! 🙂

C’est drôle, car certaines personnes atteignent des taux d’épargne comme ceux-ci sans difficulté et sans s’en rendre compte. Pour d’autres personnes, c’est l’inverse… Ils disent qu’ils n’ont pas d’argent pour épargner, mais ils ont deux autos neuves, une cuisine neuve à 40k$, etc., et ils font 2 voyages « tout inclus » par année.

Bravo à vous deux!

Merci ! Et pourtant on ne se prive pas !! Bon on a pas l’auto de l’année, ni la TV 65po 4k OLED 😉 Je pense que ce qui nous a bcp aidé c’est qu’on est arrivé au Québec à 18 ans avec une valise chacun et des « REEE » pour nos études..Mettons que les premières années les dépenses étaient comptées et j’ai toujours adoré faire le budget. Côté gestion des dépenses on est pas pire mais maintenant c’est l’optimisation des revenus qui est plus complexe !

La plupart de nos amis/connaissances ont des prêts pour tout et n’importe quoi c’est fou ! Payer autant d’intérêts sur des biens qui déprécient ne fait pas de sens.

D’où veniez-vous avant de venir pour établir au Québec?

Pour les prêts de consommation, je suis dans la même situation que vous… La plupart de mes amis ont des prêts auto, des meubles payés sur 36 mois, une hypothèque élevée avec paiements minimums, un prêt pour une piscine, une marge de crédit pour payer les voyages, etc. C’est fou de payer autant d’intérêts pour pouvoir payer son rythme de vie, au détriment de la planification de la retraite ou d’autre(s) projet(s) important(s)…

Nous venons des alpes en France.
En effet tous ces prêts empêchent une bonne planification de la retraite mais ce que je trouve le pire c’est que ça te rend complètement dépendant de ta job. Certains ne peuvent pas se permettre de travailler à temps partiel ou même de prendre quelques congés sans solde..

Merci beaucoup Maxime C’est vrai qu’avec la nouvelle (vielle) maison, ça va nous aider à progresser encore plus rapidement vers notre objectif FIRE. En passant, ta progression pour l’année 2019 est encore plus impressionnante que la mienne (à mon avis) 🙂

Merci beaucoup Maxime! C’est vrai qu’avec la nouvelle (vielle) maison, ça va nous aider à progresser encore plus rapidement vers notre objectif FIRE. En passant, ta progression pour l’année 2019 est encore plus impressionnante que la mienne (à mon avis) 🙂

Bravo pour ton taux d’épargne, c’est très impressionnant! Et bravo pour ton blog, beaucoup d’informations très intéressantes ici!

La formule du taux d’épargne n’est pas parfaite puisqu’elle avantage ceux qui contribue à leur REER vs CELI (même si à taux d’impôt d’entrée et de sortie égale, les 2 s’équivalent puisqu’un est après impôt et l’autre avant), mais bon, comme tu le mentionnes, l’important c’est de prendre la même formule pour voir l’évolution du taux d’épargne.

Juste que si je contribue 10 000$ à mon CELI vs 10 000$ à mon REER une année, mon taux d’épargne va grandement varier, bien que les montants d’épargne n’ont en réalité pas changé!

Bonjour Jean-Philippe,

Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire.

Effectivement, la formule du taux d’épargne mentionnée dans l’article n’est pas parfaite (complète). Elle ne tient pas compte de l’impact de certaines épargnes sur l’imposition (ex. : REER). La formule fonctionne pour la majorité des salariés, mais pas pour les travailleurs autonomes. Par exemple, elle n’inclut pas les revenus de loyers pour ceux qui possèdent des immeubles…

Mais, oui, l’important est de trouver une formule qui répond à sa situation et de toujours utiliser cette dernière pour se comparer dans le temps.

Au plaisir,
R101

Je viens d’utiliser ta méthode de calcul, par curiosité… et j’arrive à un taux d’épargne de 68%. Je me savais en bonne posture financière (avec de bonnes épargnes, aucune dette, peu dépensière mais ne se privant pas vraiment), mais j’ai tout de même été surprise de voir le chiffre apparaître après avoir appuyé sur « enter » dans ma feuille de calcul.

Bonjour Sophie,

Wow! C’est un taux d’épargne vraiment impressionnant! Tu fais partie de l’élite pour ce qui est du taux d’épargne. Bravo!

Bonne année 2020! Au plaisir d’échanger avec toi.
R101

Voici un exemple avec des chiffres fictifs.

Formule : Te = (E + P + C + H) ÷ (R + P + C)

R (Revenus nets) : 60 000 $
E (Épargne) : 20 000 $
P (Pension ou contributions de l’employeur au régime de retraite – REER ou autre) : 6 000 $
C (Cotisations au régime de retraite) : 6 000 $
H (Capital remboursé sur l’hypothèque) : 4 000 $

Te (Taux d’épargne) : (20 000 + 6 000 + 6 000 + 4 000) ÷ (60 000 + 6 000 + 6 000) = 50 %

Bonjour R101,

Bravo pour ce taux d’épargne très impressionnant. Surtout que tu semble être le seul « pourvoyeur » de la famille ? Me semble que ça doit avoir un impact, non ?
De mon côté, j’utilise comme calcul: (épargnes (REER, CELI, REEE…) + Cotisation RRQ + hypothèque)/revenu net, c’est plus simple. Comme tu dis, l’important c’est d’avoir toujours la même formule.
Ça me donne un beau 50% tout rond, j’en suis fière, c’est pas mal.
Sinon, hier, j’ai fini de mettre mes chiffres de dépenses de l’année 2019 et je me suis rendue compte que si j’ai réduis de 6% mes dépenses (par des choix et des optimisations diverses et variés). Est-ce que tu as fait ce genre d’exercice aussi ?
Il faut savoir que sur le long terme, pouvoir vivre avec moins (réduire ses dépenses) fait encore plus de différences que d’augmenter son épargne sur quelques années (tu feras des simulations dans mon calculateur !).
Encore bravo !

Julie

Bonjour Julie,

Merci beaucoup! 🙂

Effectivement, je suis le seul « pourvoyeur » de la famille. Ma femme reste à la maison pour s’occuper de notre enfant jusqu’à ce qu’il commence la maternelle à 5 ans. Cela dit, elle travaille quand même une fin de semaine sur deux (infirmière), car elle tient à payer ses dépenses personnelles… et à garder son permis de l’OIIQ, bien entendu. Mais sinon, c’est moi le seul salaire de la famille et c’est donc moi qui paie pour tout le reste (habitation, transport, alimentation, etc.). Nous fonctionnons comme cela depuis 2 ans et je n’ai pas vu d’impact réel sur mes finances personnelles… probablement parce que cela a coïncidé avec ma promotion et augmentation de salaire! 🙂

Nous allons avoir un deuxième enfant à l’automne 2020 (il est en route, youpiiii) et nous allons échanger les rôles après le congé de maternité. C’est moi qui va s’occuper du deuxième enfant jusqu’à ce qu’il (ou elle) entre à la maternelle. Et c’est ma femme qui va travailler à temps et payer les comptes. Cette décision va avoir un impact réel sur mes finances personnelles… et peut-être même sur mon projet d’indépendance financière à 40 ans. On verra lorsqu’on sera rendu là (vers la mi-2021…).

C’est vrai que ta formule du taux d’épargne est plus simple que la mienne. Mais, tu inclus les cotisations RRQ, pas moi 🙂 En fait, je pense que c’est une bonne idée l’inclure l’épargne forcée comme le RRQ, surtout pour les travailleurs autonomes (car ces derniers doivent payer la cotisation « employé » et celle « employeur »). Mais effectivement, l’important n’est pas la formule en soit, mais plutôt de toujours utiliser la même formule et de suivre le progrès d’une année à l’autre.

Bravo pour ton taux d’épargne de 50 %! 🙂

Je fais le suivi de mes dépenses pendant l’année en cours, mais je ne compare pas avec les dépenses des années précédentes. C’est un exercice que je devrais faire. Merci pour la suggestion!

Bonne année 2020 et au plaisir!
R101

Très intéressant !
J’aimerais connaître votre opinion sur l’importance d’avoir un fond d’urgence pour pallier aux imprévus (ex: réparations urgentes sur la maison ). Est-ce que vous en avez un et si oui quel montant considérez vous raisonnable ?
Pour ma part, j’ai longtemps gardé une somme assez importante (environ 10 000$), sans jamais avoir à piger dedans pour quelque chose d’urgent. C’est après avoir lu Le retour du barbier riche de David Chilton que j’ai réalisé que je donnais trop d’importance au fond d’urgence et que j’avais tendance à l’utiliser pour mes loisirs. Aussi, je n’aime pas avoir de l’argent qui reste là à ne rien faire.

Bonjour Jean,

Je partage votre point de vue à propos du fonds d’urgence. J’ai eu un fonds d’urgence pendant plusieurs années. Mais comme vous, je ne l’utilisais pas pour les urgences. Dans tous les cas, nous avions absorbé la dépense imprévue dans notre budget.

À mon avis, le principal désavantage du fonds d’urgence est son coût de renonciation. Pourquoi laissez dormir de l’argent dans un compte de banque quand je pourrais l’investir? Dans le pire des cas, s’il y a une vraie urgence et que je n’ai pas les fonds nécessaire (liquide ou quasi-liquide), je peux toujours emprunter à court terme sur ma marge de crédit personnelle à 3,95 %.

Mais, je pense que le fonds d’urgence à quand même son utilité pour certaines personnes/familles. Par exemple, pour ceux qui ont un emploi à risque ou pour ceux qui ont un taux d’endettement élevé.

Voici un article que j’avais publié à ce sujet : http://retraite101.com/comment-dilapider-un-fonds-durgence-en-une-journee/

Au plaisir,
R101

Merci beaucoup, c’est très éclairant comme article. J’aime bien l’expression « syndrome de l’écureuil « . Ça représente en tout points ma situation jusqu’à tout récemment. Je croyais à tort qu’il fallait une grosse somme pour investir dans les actions. C’était avant de connaître les fnb indiciels. Il est certain qu’avec rendement des dernières années, il est avantageux de garder le moins possible d’argent qui dort, surtout si on peut en emprunter à bas coût !

Bonjour Jean,

Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire.

L’expression « syndrome de l’écureuil » vient de ma femme. Elle avait utilisé cette expression pour m’expliquer qu’elle plaçait son argent à plusieurs endroits par peur d’en manquer… et qu’elle oubliait parfait où elle l’avait placé… 🙂

Quelle plateforme utilisez-vous pour investir à l’aide de FNB indiciels?

Au plaisir d’échanger avec vous!
R101

J’utilise Questrade depuis quelques mois. J’ai décidé d’investir dans le fnb d’allocation d’actifs XGRO.
Il est composé de 80% d’actions et 20% d’obligations. Mon idée au départ était d’utiliser la méthode de Canadian Couch Potato, mais je trouvais plus pratique de n’avoir qu’un titre a gérer sans avoir à rééquilibrer mon portefeuille, même si au final je paie plus cher de frais (0.2%). Je compte réévaluer ma stratégie lorsque mon portefeuille atteindra 50000$. D’ici là, mon objectif est de cotiser 1000$ par mois.

Bonjour Jean,

Questrade est une très bonne plateforme pour ceux qui investissent avec les fonds indiciels, car l’achat de FNB est sans frais 🙂

Je connais bien XGRO… c’est le FNB que j’ai choisi pour mes REEE (http://retraite101.com/jai-enfin-transfere-mes-reee-dans-mon-compte-de-courtage/). C’est vrai que les frais sont plus élevés avec XGRO que les modèles de 3 FNB de Canadian Couch Potato (0,2% au lieu de 0,12-0,16% – selon l’allocation d’actifs choisie). Mais sur un portefeuille de 50 000 $, la différence est mineure. Mais, vous faites bien de vouloir réévaluer à partir de 50 000 $…

Bravo pour votre objectif de 1000 $ par mois!

Bonne soirée,
R101

J’aurais une petite question pour toi concernant ton calcul de taux d’épargne.

Est-ce que tu inclus ton retour d’impôt relativement au achat de REER dans ton revenu net ?

De mon côté en 2019, je suis à un pourcentage d’épargne de 43% et je devrais atteindre 51% en 2020 si tout va comme prévu.

Merci pour tes articles, c’est toujours intéressant de te lire

Bonjour Alexandre,

Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire.

Comme j’ai mentionné dans un autre commentaire, il faut inclure tous les revenus (net d’impôt) dans la partie « R » au dénominateur. Donc oui, il faut ajouter le remboursement d’impôt généré par la cotisation REER.

En plus de ma paie, j’inclus aussi le bonus annuel de mon emploi, les remboursements d’impôts, les allocations familiales, l’argent reçu de mes parents à Noël, les revenus Google AdSense, le RQAP pendant les congés de paternité et la ristourne Desjardins.

Bravo pour votre taux d’épargne de 43 % en 2019. Un peu d’effort encore et vous allez franchir la barre des 50 % 😉

Au plaisir,
R101

Bonjour, je vais faire l’exercise pour connaitre mon taux d’épargne, mais je crois qu’on s’en tire bien… J’ai une question : vous dites que certains croient qu’il n’est pas juste de reprendre les cotisations des REÉÉ. Pourquoi? Nous avons repris ces cotisations et repoussé cet argent dans le REÉÉ de la plus jeune. Et quand cet argent se libérera, on verra ce qu’on en fera. Ma cuisine se fait vieille… pourquoi pas?

Bonjour Sandra,

Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire.

Ceux qui m’ont passé ce commentaire ne cotisent même pas dans un REEE pour leur enfant. Donc, je considère qu’ils n’avaient pas vraiment de « leçon » à me donner. Les contributions dans le REEE appartiennent aux parents, tandis que les subventions et rendements appartiennent à l’enfant. Personnellement, la valeur du REEE de notre enfant sera de ~90 000 $ lorsqu’il aura 18 ans. Nous allons reprendre nos cotisations (~43 000 $) et lui laisser les subventions (10 800 $) et le rendement (~36 000 $). Si jamais il a besoin de plus d’argent pour financer ses études, nous serons toujours là pour lui. Nous allons faire la même avec notre deuxième enfant (en cours de route 🙂 ).

Au plaisir d’échanger avec vous!
R101

Laissez un commentaire...