Pas d’argent pour épargner? Est-ce vraiment le cas?

Pas d'argent pour épargner? Est-ce vraiment le cas?

Aujourd’hui, je vous partage les arguments pour ne pas épargner que j’entends souvent en discutant avec mon entourage : collègues, amis et famille. C’est un sujet délicat, en lien direct avec la surconsommation, qui est lui aussi un autre sujet délicat. L’un ne va pas sans l’autre.

Combien de fois avez-vous entendu les phrases « Je n’ai pas d’argent pour épargner » ou « C’est seulement les riches qui peuvent épargner »? J’adore ces phrases! À mon avis, ça en dit long sur la volonté d’une personne à épargner…

Les arguments pour ne pas épargner

Je suis d’accord qu’un couple ayant un revenu familial de 150 000 $ peut épargner davantage qu’un couple ayant un revenu familial de 60 000 $. Oui, c’est vrai! Mais cela ne veut pas dire que le couple ayant un revenu familial de 60 000 $ ne peut pas épargner du tout. Presque tout le monde peut épargner! Presque…

J’entends souvent l’argument des enfants, c’est à dire : « Je ne peux pas épargner, car j’ai de jeunes enfants ». Vraiment? C’est ça votre argument principal pour ne pas épargner? Est-ce qu’acheter un camion de pompier à 100 $, des vêtements pour bébé de marque à 50 $ du morceau, des lecteurs DVD pour l’auto à 250 $ ou une poussette 5-dans-1 à 600 $ est si important pour le développement de votre enfant? Pensez-vous que votre enfant sera plus heureux? Ce n’est pas mon domaine de compétences, mais je pense que votre enfant a plus besoin de votre présence que des choses neuves que vous lui achetez…

Cette mode de surconsommation concernant les enfants est un sujet délicat et je vais essayer d’écrire un article complet dans les prochaines semaines.

Une autre phrase que j’entends souvent est : « Je ne peux pas épargner, car je paye tellement d’impôts ». Si vous payez beaucoup d’impôts, c’est que vous devez avoir un bon salaire! N’est-ce pas? Alors, pourquoi ne pas cotiser à votre REER, ce qui aura comme impact de diminuer votre revenu imposable et ainsi de récupérer des centaines voire des milliers de dollars payés en impôts chaque année? C’est logique, non? Et si vous avez des enfants, cela va aussi augmenter vos allocations pour enfants (qui ne sont pas imposable). C’est un « win-win »! 😛

Est-ce si difficile d’épargner?

Je ne pense pas que ce soit si difficile que ça d’épargner. Je pense que c’est plutôt un manque de volonté ou un manque de discipline (désolé d’être « rough »). La plupart des personnes dans mon entourage n’ont pas l’habitude d’épargner. Mais je comprends, c’est bien plus intéressant de montrer à ses amis et voisins la nouvelle voiture sport que vous avez achetée plutôt que de discuter de votre stratégie d’épargne, non? 😛

Pour prendre l’habitude de l’épargne, il y a plusieurs trucs très simples! Tout d’abord, je vous conseille d’automatiser vos épargnes (ex. : prélèvement automatique). C’est le principe de « se payer en premier » (épargner avant de dépenser). 

Ensuite, je vous invite à établir un plan de retraite. Par exemple, mon plan de retraite consiste entre autres à évaluer votre situation financière actuelle, à rembourser vos mauvaises dettes, à changer votre mode de consommation, à augmenter votre taux d’épargne, à investir dans des placements avantageux et à réévaluer vos investissements régulièrement.

Ce n’est pas sorcier. C’est simplement logique. Mais, il faut de la discipline. Ce n’est pas facile de déroger du monde de consommation dans lequel on vit…

Comment réduire ses dépenses et augmenter son épargne?

Maintenant que vous avez mis en place l’épargne automatique, je vous invite à réduire vos dépenses de consommation (surconsommation).

Personnellement, je pense que la première étape est de diminuer, voire éliminer, les dépenses récurrentes. Je pense notamment au câble, forfait de données sur votre mobile, programme de protection d’appareil électronique, radio satellite dans l’auto, etc. Voici un article complet à ce sujet : Réduire les frais récurrents pour atteindre l’indépendance financière plus rapidement

Ensuite, je pense qu’il est relativement facile de diminuer les dépenses qui n’augmentent pas notre niveau de bonheur. Mais, il ne faut pas se priver. Sinon, on va épargner, mais on va être malheureux. Ce n’est pas mieux… Pour ce type de dépenses, je pense aux télécommunications (ex. : téléphonie résidentielle), à l’alimentation (ex. : café au Tim Horton le matin), à l’habillement (ex. : vêtement neuf de marque XYZ), au transport (ex. : véhicule neuf financé sur 84 mois), emprunter au lieu d’acheter, etc. Voici un article complet à ce sujet : Trucs simples pour augmenter votre taux d’épargne

Et vous, avez-vous des collègues de travail, amis ou membres de votre famille qui « n’ont pas d’argent pour économiser », mais qui sont des surconsommateurs? Avez-vous déjà eu des discussions sur l’épargne avec ces derniers?

*****

Merci de vous abonner à @retraite101 sur Facebook et Instagram et de partager cet article avec vos amis. De plus, abonnez-vous à mon blog pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Obtenez une prime en argent de 10 $ lorsque vous ouvrez un compte Wealthsimple Trade (plateforme de courtage SANS frais) avec le code de référence « SSMJWA » et que vous déposez au moins 100 $.

Obtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Wealthsimple (robot-conseiller) avec le lien suivant : Découvrez Placements Wealthsimple.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Par retraite101

Je suis un blogueur québécois de 34 ans qui travaille de 9 à 5 et qui fait partie de la « rat race ». Mais, j’ai comme objectif d’atteindre l’indépendance financière et retraite précoce (FIRE) à 40 ans!

14 commentaires

  1. Et ça ne va pas en s’améliorant. À mesure que le niveau de vie augmente, on s’enrichit d’une part, mais la proportion dédiée à l’épargne semble stable en $ alors qu’en % ça se réduit de plus en plus. Pour ce qui est des enfants, ceux qui se plaignent du coût élevé tendent à négliger ce qu’ils sauvent en impôts et les autres avantages (REEE, allocations, garderies subventionnées, les chèques de 100$ que le gouv envoie pour les fournitures scolaires) qui viennent alléger la facture. Ça devient juste une autre défaite permettant de justifier son manque d’épargne. J’ai pas d’enfants, je ne peux en juger directement, mais si je m’en fie à d’autres blogueurs ayant des enfants, c’est tout à fait possible en étant raisonnable dans ses dépenses que les enfants ne coûtent, au net, pas grand chose. (Blogueur Masqué et les Riche Relax pourraient en témoigner mieux que moi).

    1. C’est tellement vrai pour les enfants! Je pourrai témoigner à long terme, mais pour l’instant, je confirme qu’on peut très bien s’en sortir si on est « raisonnable ». Par exemple, au lieu d’acheter un manteau d’hiver neuf à 125 $ pour notre bébé, comme nos amis et autres membres de notre famille le font pour leur(s) enfant(s), nous avons décidé d’acheter un manteau d’hiver usagé à 8 $. Premièrement, le manteau d’hiver à l’air neuf. Deuxièmement, le manteau d’hiver va être de la bonne grandeur pour un hiver seulement (ça grandit vite à cet âge-là). Troisièmement, on est chanceux si on l’utilise 10 fois (quand on va se promener en traîneau dans la forêt). Donc même s’il est usagé, ça ne change pas grand-chose pour nous et notre bébé. C’est un exemple parmi tant d’autres. Mais pendant ce temps, on maximise au REEE pour ainsi recevoir le maximum de subventions des deux paliers de gouvernement. Notre bébé va être bien heureux de nos choix quand il commencera l’université! Merci beaucoup d’avoir lu et commenté mon article. Bonne soirée.

      1. L’inflation aussi n’est pas répartie également dans tous les secteurs de consommation, et justement, tout ce qui est vêtements, fourniture scolaire et jouets, les prix n’ont pas tant augmenté dans les vingt dernières années.

        Mais ce sont les standards qui augmentent toujours.. maintenant il y a les fêtes d’amis, il faut apporter des cadeaux (ou même en offrir aux invités), on fait venir une princesse ou un pirate ou des jeux gonflables… j’avoue que comme parent ça doit pas être facile de dire non à cette surconsommation, plus facile d’être frugal pour nous que de l’imposer à nos enfants (j’imagine).

        Chose certaine, bébé.. je pense pas qu’il va être traumatisé s’il ne porte pas des vêtement griffés neufs 🙂

        1. Tout à fait! Personnellement j’essaie de repousser ses « standards » (ex. : les fameux cadeaux d’invités), mais je confirme que je me fais juger souvent par mon entourage. En espérant que bébé ne soit pas traumatisé par notre mode de vie 🙂

          1. Retraite101,
            J’ai 2 enfants et on épargne plus de 60k par an en incluant remboursement hyp et fonds de pension… et ça c’est parce que ma blonde est dépensière!

            On a une maison sobre, de vieux meubles, des vêtements normaux… des veh bas de gamme…

            On achète sur kijiji, Facebook, les bazars pour les vêtement et jouets. Récemment, pour 50$ on a acheté un lot de plus de 400 morceaux de linge de bebe fille de grandes marques. Plusieurs morceaux ont encore les étiquettes. On a pris ce qui nous était nécessaire et on a revendu le reste pour 500$. Avec cet argent, on amène les enfants à des activités, on achète des jouets etc

            J’ai souvent trouvé des jouets neufs dans les bazars pour 1$… 2$… 3$ max.

            Tu laves et tu désinfectes tout et voilà.

            En plus on donne régulièrement ou vend des jouets et du linge pour créer un roulement. Ça ne sert à rien d’empiler tout ça. On donne aux pauvres et les bazars revendent le tout.

            Moi mes enfants sont vegetariens, allaités, ils font du cododo, ils ne vont pas à la garderie et passent beaucoup de temps avec papa/maman. On privilégie le plein air et les jeux d’imagination/bricolage/construction aux bebelles inertes et inutiles en plastique.
            Mes enfants sont très actifs et très heureux. Ils sont aussi très sociables.

            Seront-ils différents? Probablement. Mais ce sont les gens différents qui font avancer l’humanité, pas ceux qui répètent les même erreurs. Je n’ai aucune ambition pour eux autre que leur bonheur et si j’ai appris une chose dans la vie c’est qu’on est généralement plus heureux quand on peut faire ce qu’on veut, ce que l’on aime et quand on est en adéquation avec ses valeurs profondes.

            Alors c’est ce que je veux leur offrir.. la possibilité d’avoir le choix de choisir leur vie en fonction de ce qui les rend le plus heureux.

            S’ils veulent acheter des trucs comme les autres au primaire, faire comme les autres, c’est clair qu’on le fera et on discutera avec eux pour leur faire réaliser que si une personne est ton ami uniquement parce que tu portes des souliers à 200$, pense comme elle et fait comme elle alors ce n’est pas un vrai ami… Ma femme et moi avons des personnalités fortes. Nous avons tous les deux été intimidés dans notre enfance parce que nous étions différents. Il y a des chances que ça arrive à nos enfants je suppose. Mais on va les accompagner là-dedans.

            À date ce sont des enfants expressifs qui ont confiance en eux. Ils sont drôles et joviaux. Quand t’as confiance en toi et que tu sais t’exprimer bien, ça intimide les gens et ça les rends généralement respectueux. On verra.

            Ma femme est en train de bâtir un petit réseau de relations de gens qui ont les même valeurs de son côté. Je fais un peu la même chose du miens avec mon blog notamment.

            😉

          2. Bonjour Le blogueur masqué,

            Premièrement, je dois avouer que c’est épatant le montant que vous épargnez chaque année (on s’est dit qu’on ne se vouvoie plus, mais ici je dis « vous », car je parle de votre couple). À ce rythme, vous allez atteindre votre objectif d’indépendance financière avant les 45 ans, c’est certain!

            La maison et les dépenses/investissements liées à celles-ci représentent une portion tellement importante du budget, donc c’est une bonne décision d’avoir une maison sobre, d’acheter des meubles usagés, de vendre les vieux meubles au lieu de les entreposer/empiler dans le sous-sol, etc.

            Notre « problème » est que nous avons acheté une maison un peu trop grosse pour nos besoins, comme si nous avions envisagé d’avoir 4 enfants (ce qui n’est pas le cas, je confirme!). Je ne dirais pas que nous avons une « maison trophée », comme dirait Le jeune retraité, car nous n’avons aucun problème à rembourser notre hypothèque et à payer les dépenses liées à la maison. Mais nous avons acheté cette maison avant de prendre conscience du monde dans lequel on vit, remplie de surconsommation et de l’importance du paraître. Je ne regrette pas, car j’aime beaucoup notre maison, mais disons que c’est un petit handicap pour atteindre l’indépendance financière à 45 ans.

            Pour revenir à vos commentaires à propos des enfants, nous faisons de même. Nous achetons des vêtements usagés, au besoin, car nous en recevons beaucoup des membres de notre famille qui ont des enfants plus vieux que le nôtre. Nous avons acheté des jouets éducatifs à quelques dollars chacun au marché aux puces organisé par les jeunes familles de notre ville, au lieu de les acheter neufs à 25$ ou 50$ chacun. Nous avons aussi acheté un manteau d’hiver à ce marché aux puces, pour 8$, au lieu de l’acheter neuf à 150$ comme un de nos amis vient de faire pour son enfant de quelques mois à peine. Mais « il voulait que son enfant ait de la classe avec son nouveau manteau d’hiver ». Je vais vous dire, celui que nous avons payé 8$ à l’air neuf et il est tout aussi beau à mon avis. De plus, on s’entend pour dire que notre enfant portera ce manteau pendant un hiver seulement, et à peine quelques fois…

            Je ne suis pas inquiet que vous éduquiez bien vos enfants. Nous voulons nous aussi qu’il soit expressif, qu’il ait confiance en lui, qu’il soit généreux, etc.

            Je suis bien heureux de t’avoir rencontré (virtuellement), car ce sont des personnes comme toi qui m’encouragent et me soutiennent dans mon parcours pour atteindre mon objectif d’indépendance financière à 45 ans ou avant.

            Au plaisir de discuter avec toi.
            Retraite101

  2. Nous avons 2 enfants et je n’ai plus personne dans mon entourage qui me refile des vêtements usagés. Qu’à cela ne tienne, je vais dans les comptoir acheter plusieurs morceaux pour les enfants et même pour nous. C’est fou ce que les gens peuvent donner à certains endroits! La majorité des jouets qu’ils ont sont également recylcés. Cela leur permet d’avoir amplement de jouet pour meubler leur temps et utiliser leur imagination. Par contre, j’avoue que les habits d’hiver ainsi que les bottes, je les achète neufs. Je ne veux pas qu’ils gèlent dehors et que les vêtements soient mouillés après 10 min. Par contre, je les magasine à Noel, lorsqu’ils tombe en rabais. Les sous-vêtements aussi sont neufs: je me garde une petite gêne. Mon conjoint s’est blessé au travail il y a bientôt 2 ans et le revenu familial a été amputé de beaucoup, près de 45%. Il n’avait pas préparé sa retraite lorsque c’était le temps et nous tentions de rattraper un peu le temps perdu lorsqu’il s’est blessé. Heureusement pour nous, à ce moment-là, nous avions liquider toutes nos dettes à l’exception de l’hypothèque. De plus, les allocations familiales n’ont pas été utilisées exceptions faites d’un achat de couches lavables pour le 2e et d’un second siège d’auto. Le restant est placé dans des rééé ou d’autres comptes qui rapporte un peu. Avec mon seul salaire, j’essaie d’avoir des placements plus fiables que du rendement.

    Nous vivons le plus possible simplement car de toute façon, mon salaire ne suffirait pas à couvrir plus. Mon conjoint cuisine from scratch, je fabrique presque tous les produits de beauté et de santé que nous utilisons. Nous avons un petit jardin l’été, qui comprend des plantes médicinales. Mes enfants connaissent la bouffe maison, les huiles végétales pour s’hydrater la peau et des plantes et huiles essentielles pour se soigner. Nous ne sommes pas végétariens, mais mangeons très peu de viande. Notre nourriture est bio parce que je n’ai pas envie d’empoissoner Ma famille plus qu’elle ne l’est déjà. Nous sommes plus en forme et en santé, avons perdu du poid qui ne revient pas et ne dépensons plus une fortune dans les restos pour manger de la scrap…

    Ces choix de vie nous on permis de garder mon conjoint à la maison, avec les enfants, malgré le fait que nous n’étions pas préparé à cela financièrement parlant. Dans mon entourage, je me fais répondre qu’ils n’ont pas le temps de cuisiner, compensent donc en achetant de la bouffe préparé d’avance. Je trouve qu’ils ne savent pas compter: avec ce qu’ils mettent en $$$ avec la bouffe transformée, il mange de la cochonnerie qui les rends moins en santé ou malade et doivent travailler plus pour se payer le tout, donc doivent envoyer leur enfants en garderie pour travailler. Mes enfants sont élevés autrement et je vis bien avec cela. Ils sont sociables. Cela me permet de consulter en orthophonie pour mon plus vieux plutôt que d’attendre apres les services publics qui ont une liste d’attente de 2 ans.

    1. Bonjour Kimber,

      Tout d’abord, merci de commenter cet article. Ce blogue se veut collaboratif, alors j’apprécie votre intervention.

      Je comprends votre point de vue pour les manteaux et bottes d’hiver. Cela dit, je tiens à préciser que les manteaux d’hiver que nous avons achetés, bien qu’ils soient usagés, ne sont pas en mauvais états. J’achète des morceaux de linge usagés pour économiser, mais je n’accepterais pas (et ma femme encore moins) d’acheter un manteau de mauvaise qualité ou en mauvais état. Mon enfant n’aura pas froid, c’est certain!

      Vous semblez faire des miracles avec seulement un salaire. Je vous lève mon chapeau! J’espère que votre conjoint ne s’est pas blessé trop gravement. Je lui souhaite un prompt rétablissement.

      C’est bien d’avoir utilisé à bon escient les allocations familiales en plus d’en avoir cotisé une partie dans les REEE de vos enfants. Certains dépensent ces allocations familiales pour acheter des « cochonneries » et ensuite se plaignent qu’ils n’ont pas assez d’argent pour épargner ou pour financer les études de leurs enfants.

      Les changements que vous avez faits, comme arrêter d’aller aux restaurants et cuisiner davantage à maison, vous aide non seulement à économiser, mais aussi à mieux manger et être en meilleure santé. C’est super!

      Je vous invite à lire et commenter mes autres articles.

      Au plaisir.
      Retraite101

  3. Bonjour,
    j’ai hésité longuement à commenté.

    Finalement, ici, nous visons une approche similaire à ce que présente Kimber, bien qu’avec quelques préparations en plus.
    Une vie frugale, avec des dépenses contenus.
    L’avantage est que peu de dépenses = moins de capital pour couvrir celle ci.

    Bonne continuation à tous!

    1. Bonjour David,

      Merci d’avoir décidé de commenter. Le plus important pour moi avec ce blogue est de discuter avec les internautes 🙂

      Vous avez raison. En limitant ou réduisant les dépenses, on a besoin de moins de capital pour couvrir ces dernières, et conséquemment, on a une plus grande marge de manœuvre pour l’épargne.

      Au plaisir de discuter avec vous.
      Retraite101

  4. Bonjour,
    Fait intéressant, le public qui commentera cet article viendra le plus souvent valider ses bonnes habitudes d’épargne, ou encore justifier le fait qu’il n’épargne pas assez.
    Je lis moins fréquemment des gens qui admettent leur mauvaises habitudes et qui disent « vous avez raison, je manque de volonté et de discipline, je suis un surconsommateur ».

    Qu’à cela ne tienne, je voudrais commenter en ce sens.
    En 2012 et avant, j’épargnais 0% de mon revenu. J’étais convaincue à cause de ma génétique que je mourrais trop jeune pour que ça vaille la peine d’épargner.

    En 2013, j’ai commencé à épargner dans mon CELI, dans un compte d’épargne. Juste au cas où.

    En 2014, à 30 ans, j’ai vu mes parents ne pas mourir jeunes, arriver à leur retraite, et je me suis dit que finalement, je pourrais cotiser à mon REER, juste un peu. Une petite somme par semaine.

    Chaque année qui a suivi a été une prise de conscience sur ma consommation, sur l’épargne, les investissements, la fiscalité… Chaque année, j’ai appris quelque chose de nouveau. Chaque année, j’ai augmenté mon taux d’épargne, puis j’ai commencé à sérieusement rattraper mes cotisations inutilisées, à revoir mes dépenses et le bonheur qu’elles m’apportaient.

    Je suis loin de la perfection, et loin d’avoir atteint les taux d’épargne que les gens les plus disciplinés écrivent ici, et loin d’avoir parfaitement optimisé ma consommation. Mais je m’améliore à chaque année. Aujourd’hui, pour 2020, je suis à 38% de mon revenu brut en épargne. Je peux faire mieux et je vais le faire.

    Tout ça pour dire que pour certains, c’est un long chemin de changer ses habitudes et de réaliser que le bonheur n’est pas là où on pense. Il suffit de planter une graine et de l’arroser…

    1. Bonjour Malala22,

      Je dirais qu’une majorité de personnes qui viennent ici pour LIRE l’article sont celles qui viennent pour se justifier à eux-mêmes le fait qu’ils n’épargnent pas assez. À l’opposé, ceux qui COMMENTENT cet article sont généralement ceux qui ont de bonnes habitudes financières 🙂

      Votre parcours est très intéressant. Je n’avais jamais entendu une personne dire qu’elle n’épargne pas (n’épargnais pas) à cause qu’elle pense décéder jeune. J’entends (ou je lis) souvent ceux qui parlent de « YOLO », mais pas dans l’optique qu’ils pensent décéder à un jeune âge.

      Merci d’avoir partagé votre parcours avec nous. On peut comprendre l’évolution de votre pensée. Bravo! Et félicitations pour le taux d’épargne de 38 %. C’est excellent! 😉

      Au plaisir d’échanger avec vous.
      R101

      1. Merci pour votre réponse! J’ai un grand plaisir à lire vos articles.
        Mes grands-parents sont morts bien jeunes de cancer ou diabète. Le fait de ne pas épargner était une forme de résignation, je souhaitait en quelque sorte ne pas me faire le faux espoir d’une retraite (ou d’une indépendance financière) si j’allais être emportée dans la cinquantaine.

        Avec le temps, je me suis dit que mourir très vieille avec peu de moyens, sans qualité de vie, stationnée dans un mouroir, était un plus grand drame que de mourir jeune avec un grand capital et de ne pas pouvoir en profiter.

        Mais ce fut un long chemin pour en arriver là… et c’est l’évolution que je souhaitais partager. 🙂

        Note: j’ai fait mon calcul de taux d’épargne avec mon revenu brut mais j’ai découvert par la suite votre formule basée sur le revenu net. Je vais l’essayer 😉

        1. C’est un long chemin, mais c’est important d’y aller à son rythme 🙂

          Pour la formule du taux d’épargne, ça dépend de chaque personne. Il y a tellement de variantes de formule… Personnellement, je calcule le taux d’épargne sur le revenu net, car je n’ai pas le contrôle sur les impôts et les cotisations aux programmes sociaux. Ainsi, je calcule mon taux d’épargne sur l’argent dont j’ai le contrôle. Mais, ma formule n’est pas meilleure qu’une autre. C’est libre à chacun d’utiliser la formule de son choix. L’important est d’en choisir une et de toujours garder la même, pour pouvoir se comparer d’année en année 😉

          Au plaisir d’échanger avec vous.
          R101

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *