Pourquoi JE n’ai pas de fonds d’urgence?

Pourquoi je n'ai pas de fonds d'urgence

Doit-on avoir un fonds d’urgence de l’équivalent de 3 mois de dépenses? Ou plutôt 6 mois? Doit-on prévoir un fonds d’urgence selon les revenus ou les dépenses? Ce sont des questions que je vois et reçois régulièrement. On me demande aussi ce que je fais personnellement. Bien entendu, je ne peux pas donner de conseils/recommandations financières. De plus, c’est un choix qui sera différent d’une personne à l’autre, car nous avons tous des situations personnelles / financières différentes.

Dans cet article, je fais un rappel de ce qu’est le fonds d’urgence et de quand l’utiliser. J’explique aussi ce qu’est le problème principal du fonds d’urgence. Finalement, j’explique comment il est possible de fonctionner sans fonds d’urgence. Je parle aussi de mon expérience personnelle, alors je vous invite à réfléchir à votre situation personnelle.

Qu’est-ce qu’un fonds d’urgence?

Lorsque j’ai décidé de prendre en main mes finances personnelles, il y a environ 5 ans, j’ai décidé d’arrêter de vivre d’une paie, de rembourser mes dettes et de commencer à épargner/investir. De plus, j’ai décidé de me constituer un fonds d’urgence pour faire face aux imprévus (source). Ce dernier est aussi connu sous le nom de fonds de prévoyance.

Le fonds d’urgence, c’est un « coussin de sécurité » qui permet d’éviter de faire un emprunt à coût élevé (carte de crédit, prêt personnel, etc.) pour régler des dépenses imprévues ou palier à une perte de revenu.

Cependant, est-ce que c’est important pour tous les ménages de se constituer un fonds d’urgence? Quel est le coût de renonciation du fonds d’urgence (laisser de l’argent dans un compte vs investir l’argent à la bourse dans un REER ou CELI)? Mais avant tout, il faut se poser la question : qu’est-ce qu’un imprévu (urgence)?

Qu’est-ce qu’un imprévu?

Il est important de ne pas confondre un imprévu avec une dépense occasionnelle. Par exemple, le renouvellement du permis de conduire et des immatriculations de l’automobile sont des dépenses occasionnelles qui doivent être planifiées dans le budget mensuel. Elles ne sont pas des dépenses imprévues.

L’achat de votre nouvel iPhone pour remplacer celui qui n’a que 2 ans n’est pas une dépense occasionnelle ni une dépense imprévue. C’est un problème de surconsommation! Mais ça, c’est un autre sujet… 🙂

Une urgence, selon moi, est une perte d’emploi, une rénovation d’urgence à la maison, un bris automobile, une dépense médicale imprévue, etc.

Si vous voulez savoir comment se constituer un fonds d’urgence, je vous invite à lire cet article : Pourquoi un fonds d’urgence est important? (section : « Comment créer un fonds d’urgence? »).

Quel est le problème majeur du fonds d’urgence?

Pour l’instant, vous comprenez qu’il y a beaucoup d’avantages à avoir un fonds d’urgence. Mais, il y a aussi des désavantages…

Liquidité vs Coût de renonciation

Le principal désavantage du fonds d’urgence est son coût de renonciation. Ce montant d’argent important « dort » dans un compte d’épargne, dont le taux d’intérêt est très faible. La plupart du temps, le taux d’intérêt est négatif lorsqu’on considère l’inflation. Par exemple, si le taux d’intérêt de votre compte d’épargne à « intérêt élevé » est de 0,75 % (c’est le taux actuel dans plusieurs institutions financières), mais que l’inflation est de 3,0 %, alors votre rendement net est de -2,25 %. Votre pouvoir d’achat a donc diminué… Votre fonds couvrira ainsi moins de dépenses imprévues futures.

Ce montant d’argent pourrait être investi dans votre compte REER ou CELI et générer des intérêts à l’abri de l’impôt. Par exemple, le taux historique du S&P500 est de 7-8 %. Ce qui est beaucoup plus élevé qu’un compte d’épargne à intérêt élevé. Mais, en investissant ce montant d’argent, ce dernier n’est plus accessible rapidement et ce n’est donc plus un fonds d’urgence. Le fonds d’urgence doit être « liquide » si on veut pouvoir l’utiliser rapidement (par exemple, pour payer le plombier si vous avez une fuite d’eau).

La différence entre laisser l’argent dans un compte d’épargne et l’investir (bourse, immobilier, etc.) est ce qu’on appelle le coût de renonciation.

Quand utiliser le fonds d’urgence?

Un autre problème est de savoir quand utiliser le fonds d’urgence. Dans notre cas, nous avons eu plusieurs imprévus au cours des dernières années (bris automobile, fuite d’eau dans la cuisine – réparation d’urgence dans la plomberie, etc.). Mais à chaque fois, nous avons « absorbé » ces dépenses imprévues dans nos dépenses courantes du mois. Nous n’avons donc jamais utilisé le fonds d’urgence, même pour des urgences. C’est ironique, non?

C’est ce que j’appelle le « syndrome de l’écureuil » (je n’ai aucune idée si cette expression existe vraiment 😛 ). On enterre des réserves un peu partout. Comme on a toujours peur d’en manquer, on en enterre plus. Mais, il arrive qu’on oublie ces réserves et qu’on ne les utilise jamais. Ma femme (Mme R101) en est un bon exemple du « syndrome de l’écureuil ». Elle a des placements dans plusieurs institutions financières, mais elle les oublie (par exemple, quand vient le temps de réviser son budget mensuel ou de calculer sa valeur nette).

À quoi bon avoir un fonds d’urgence si on ne l’utilise pas pour nos urgences? La peur de ne pas avoir les fonds nécessaires pour faire face à un imprévu? La peur d’avoir peur? C’est une roue qui tourne…

Est-ce important pour tous les ménages de se constituer un fonds d’urgence?

La réponse rapide est : non! Le fonds d’urgence est nécessaire dans beaucoup de ménages. Mais, il n’est pas une nécessité pour TOUS les ménages.

Le fonds d’urgence est important pour vous si vous avez un emploi précaire, si vous n’avez pas de bonnes habitudes financières, si vous avez des dettes, si vous n’avez pas de revenus passifs, si vous n’avez pas un taux d’épargne élevé, si vous n’avez pas de sources de financement à faible coût (par exemple, une marge de crédit), etc.

Sinon, le fonds d’urgence n’est PAS une nécessité. Votre coût de renonciation est élevé. Vous auriez avantage à investir cet argent au lieu de le laisser dormir dans un compte d’épargne. Bien entendu, ceci n’est pas une recommandation/conseil financier, alors je vous invite à en discuter avec votre conseiller financier. 😉

Exemples

Prenons deux exemples simples :

Premièrement, une famille de deux enfants. Il y a un seul des deux parents qui travaille (l’autre parent reste à la maison avec les enfants, après la naissance de leur deuxième). Ce dernier travaille pour une entreprise privée non syndiquée dans un secteur cyclique. Cette famille à une maison de 300k$ avec une hypothèque de 250k$. De plus, ils ont un prêt-auto et des dettes de consommation sur une carte de crédit. Les parents sont en début de carrière, alors ils n’ont pas encore de placements/investissements. À mon avis, cette famille devrait avoir un fonds d’urgence accessible rapidement (ex. : compte d’épargne) de 6 mois de dépenses. Je pense même qu’un fonds d’urgence de 12 mois de dépenses ne serait pas une mauvaise idée considérant leur situation personnelle et financière.

Deuxièmement, une autre famille de deux enfants. Ici aussi, il y a un seul des deux parents qui travaille. Ce dernier est fonctionnaire provincial et il bénéficie ainsi d’avantages sociaux comme des assurances collectives, un régime de retraite, une assurance invalidité à court/long terme, etc. Cette famille a une maison de 300k$ avec une hypothèque de seulement 50k$. Ils ont une marge de crédit hypothécaire, mais elle n’est pas utilisée. Cette famille n’a pas de prêt-auto ni de dettes de consommation. En plus du régime de retraite, les parents ont accumulé 200k$ en placements dans un REER et un CELI. Ils ont aussi un REEE familial pour leurs enfants. À mon avis, cette famille n’a pas besoin de fonds d’urgence. Mais, pour avoir la paix d’esprit, ils pourraient décider de se constituer un fonds d’urgence de l’équivalent de 1-3 mois de dépenses. Mais bon, ceci n’est que mon avis…

Comment payer une dépense imprévue sans fonds d’urgence?

Comme j’ai mentionné précédemment, nous n’avons jamais utilisé notre fonds d’urgence… même pour une urgence! D’ailleurs, c’est une des raisons pour laquelle nous avons décidé de liquider notre fonds d’urgence il y a 2-3 ans pour investir cet argent à la bourse (source).

Maintenant, que se passerait-il si nous faisons face à un imprévu et que nous avons besoin d’argent rapidement. Voici les nombreuses options que nous avons.

Dépense imprévue peu élevée

Tout d’abord, si c’est une dépense imprévue peu élevée qui peut être « absorbée » dans notre budget / nos dépenses courantes du mois, alors nous ne faisons rien. Nous payons la dépense et nous passons à autre chose…

Si c’est une dépense imprévue un peu plus élevée, nous pourrions utiliser l’argent dans notre compte-chèques (nous avons habituellement un solde de 2000 $, comme fonds de roulement, pour payer nos factures mensuelles et paiements préautorisés). Au cours des mois suivants, nous pourrions diminuer notre taux d’épargne pour que le solde du compte-chèques remonte au solde désiré.

Dépense imprévue importante

Dans le cas d’une dépense imprévue importante (plusieurs milliers de dollars), nous avons aussi plusieurs options. Nous pourrions utiliser la marge de crédit hypothécaire adossée à notre maison. Ceci peut occasionner quelques délais, car nous sommes à la merci de notre prêteur hypothécaire (nous n’avons pas de compte-chèques ou compte de placement avec cette banque, autre que pour l’hypothèque).

Si nous avons besoin des fonds rapidement (ex. : 1 jour), nous pouvons utiliser notre marge de crédit personnelle qui est avec la même institution financière que notre compte-chèques. Ainsi, la somme serait déposée dans notre compte-chèques en quelques minutes.

Ce n’est assurément pas l’option que je préfère, mais nous pourrions aussi vendre des placements en bourse de notre compte CELI. Ceci n’a aucun impact fiscal et nous aurions accès aux fonds le jour même, à condition que ce soit une journée de semaine (lorsque les marchés financiers sont ouverts).

Comme dernier recours, nous pourrions utiliser notre carte de crédit, ce qui nous laisserait quelques semaines pour trouver les fonds nécessaires (marge de crédit, placement en bourse, etc.).

Note : Il est important de comprendre que la majorité des options mentionnées ci-dessus représentent des options de « dettes ». De plus, certaines options, comme la marge de crédit personnelle, pourraient vous être retirées par la banque si votre situation personnelle change. Je mentionne cela pour que vous compreniez qu’il y a des risques.

Avez-vous un fonds d’urgence et combien de mois de dépenses représente-t-il?

Je suis conscient que je suis un peu à contre-courant avec cette opinion sur le fonds d’urgence. De plus, je ne veux pas influencer qui que ce soit avec mon article. Ceci étant dit, je trouvais intéressant de connaître votre opinion avant la publication de cet article. Ainsi, j’ai publié 2 questions/sondages sur ma page Facebook le mercredi 18 août. Voici les résultats (en date du 21 août 2021, à 9 h) :

Avez-vous un fonds d’urgence?

La première question (sondage) que j’ai posée était : « Avez-vous un fonds d’urgence? »

Les choix de réponses étaient :

  • Oui : (J’adore)
  • Non : (Triste)
  • C’est quoi un fonds d’urgence : (Haha)

Voici les résultats :

Résultats de la question 1 (Avez-vous un fonds d’urgence?)

Je pense que les résultats sont assez clairs! Sur 716 réponses valides, il y a :

  • 648 personnes (90,5 %) qui ont un fonds d’urgence;
  • 62 personnes (8,7 %) qui n’ont pas de fonds d’urgence;
  • 6 personnes (0,8 %) qui ne savent pas ce qu’est un fonds d’urgence.

Note : Je dois malheureusement exclure les votes de ceux qui ont sélectionné l’émoticône , car ce dernier n’était pas un choix de réponse valide.

Combien de mois de dépenses votre fonds d’urgence représente-t-il?

La deuxième question (sondage) que j’ai posée était : « Si vous avez un fonds d’urgence, combien de mois de dépenses représente-t-il? »

Les choix de réponses étaient :

  • 1 mois : (Triste)
  • 3 mois : (J’aime)
  • 6 mois : (J’adore)
  • 12 mois : (Wouah)

Voici les résultats :

Résultats de la question 2 (Combien de mois de dépenses votre fonds d’urgence représente-t-il?)

Ici, les résultats sont un peu plus divisés. Mais, je m’attendais à ce que la majorité des personnes aient un fonds d’urgence de 3 mois de dépenses, ce qui est le cas.

Sur 344 répondants, il y a :

  • 31 personnes (9 %) qui ont un fonds d’urgence de 1 mois;
  • 159 personnes (46,2 %) qui ont un fonds d’urgence de 3 mois;
  • 79 personnes (23 %) qui ont un fonds d’urgence de 6 mois;
  • 75 personnes (21,8 %) qui ont un fonds d’urgence de 12 mois.

Je dois avouer que je suis un peu surpris (positivement) par les résultats du fonds d’urgence de 12 mois. Je m’attendais à ce que ce soit le choix de réponse avec le moins de votes. Finalement, il y a presque autant de personnes avec un fonds d’urgence de 12 mois que de 6 mois. C’est impressionnant!

Conclusion

Voilà! C’était un rappel de ce qu’est le fonds d’urgence, du bon moment pour l’utiliser, de son problème principal (coût de renonciation), etc. J’espère que mon expérience personnelle vous poussera à réfléchir à votre situation personnelle. Mais, encore une fois, je vous répète que ceci n’est pas un conseil/recommandation financière. Je vous invite à en discuter avec votre conseiller financier.

Et vous, avez-vous un fonds d’urgence? Pourquoi? Avez-vous accès à des sources de financement à faible coût? Quelles sont vos options en cas de dépenses imprévues?

*****

Merci de vous abonner à @retraite101 sur Facebook et Instagram et de partager cet article avec vos amis. De plus, abonnez-vous à mon blogue pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Achat de cryptomonnaie – Ouvrez un compte avec Newton et obtenez une prime en argent de 25 $ lorsque vous achetez 100 $ ou plus de crypto. Code de référence : CS6WFY.

Offre Wealthsimple – Ouvrez un compte d’investissement avec Wealthsimple Trade et obtenez une prime en argent de 10 $ (lorsque vous déposez et échangez au moins 100 $); Obtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Placements Wealthsimple.

Offre Questrade – Ouvrez un compte d’investissement avec Questrade et obtenez 50 $ en transactions gratuites; Obtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Questwealth Portfolios.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Par retraite101

Blogueur québécois qui a atteint CoastFIRE à 35 ans et qui a pris sa retraite du 9@5!

19 commentaires

  1. Fascinant. Est-ce que tu es capable de te permette ça parce que tu avais eu un salaire à six figures dans ta carrière?

    Je sais que Jean-Sébastien Pilotte a affirmé sur son blog qu’il a environ deux ans de salaire comme fond d’urgence. Moi c’est ce que je suis en train de me bâtir avant de sérieusement investir mon argent. Mes emplois dans mon domaine sont à contrat. Alors je peux passer des mois sans job entre chaque contrat.

    1. Bonjour Jérémie,

      En plus du fait que je suis en excellente situation personnelle et financière, je peux me permettre de ne pas avoir de fonds d’urgence pour deux raisons : j’ai accès à plusieurs sources de financement à faible coût et je ne suis pas (encore) dans la phase de décaissement. Lorsqu’on passera de « Coast FIRE » à « FIRE » dans environ 10 ans et que l’on arrêtera de générer des revenus pour couvrir nos dépenses, alors je pense que mon opinion changera… J’écrirai un nouvel article à ce moment-là 🙂

      Au plaisir,
      R101

      1. Intéressant cette nuance par rapport à la phase de décaissement… Je n’ai pas de fond d’urgence pour exactement les mêmes raisons que tu décris, ma carte de crédit et ma marge hypothécaire sont mon fond d’urgence (très rarement utilisé). Je n’ai jamais réfléchi à ce que je devrais changer quand je serai retraitée. Dans mon cas j’aurai des rentrées constantes de mon régime de retraite donc a priori je ne vois pas trop d’impact… mais je suis intriguée. Faudrait pas attendre 10 ans pour écrire cette 2e partie de blog!

        1. Bonjour Yohanna,

          Avec des rentrées d’argent constantes comme une rente d’un régime de retraite à prestations déterminées, combinée à la rente de la RRQ et de la SV, je ne serais vraiment pas inquiet au point d’avoir un fonds d’urgence de 3-6-12 mois. Mais ça, c’est moi 🙂

          Une fois que ma stratégie de décaissement sera planifiée, j’écrirai un article sur le fonds d’urgence pour les retraités. Cela devrait être d’ici 1-2 ans. Je ne suis pas pressé pour le moment, mais je n’attendrai pas 10 ans non plus 🙂

          Bonne semaine et au plaisir.
          R101

  2. Bel article ! Permettez-moi de partager une expérience de vie avec les fonds d’urgence placés en bourse : les sommes rendues disponibles par la vente d’actions ne sont pas transférables le jour même. Il faut attendre 48 heures ouvrables (settlement date) après la transaction avant de faire une demande de transfert de fonds entre la plateforme de courtage et son compte chèque.

    https://www6.royalbank.com/fr/di/hubs/investing-academy/article/can-i-withdraw-my-money-as-soon-as-i-sell-a-stock/kkr40d44

    1. Bonjour Mathieu,

      Si l’argent est investi en bourse, alors ce n’est plus un fonds d’urgence 😉 Si on laisse les technicalités de côté, vous avez tout à fait raison pour le délai. Ceci étant dit, c’est rare que le seul mode de paiement pour une urgence (ex. : plombier, remorqueur, toiture, etc.) soit en argent comptant. Il est donc possible d’utiliser le carte ou marge de crédit en attendant de transférer l’argent de son compte de courtage vers son compte-chèques.

      Merci et au plaisir,
      R101

  3. Salut R101,

    Chez nous, le fond d’urgence est partie la journée d’achat de notre première maison. A ce moment, au fur et à mesure que nous remboursions l’hypoteque, une Marge hypotécaire grandissait. Donc aussi bien en mettre plus dans l’hypoteque que de se créer un fond d’urgence. Ceci est resté.

    L’autre élément que nous faisons, nous utilisons la méthode de gestion familiale avec 1 compte perso chaque et 1 compte conjoint pour toute les dépense. Le montant viré dans le compte conjoint équivalent à nos (dépenses annuelle – prestations enfants)/2/52 hebdomadairement. Ainsi, toute les « mini-urgences » sont absorbés dans le cash-flow familial sans vraiment qu’on s’en aperçoive. Reste juste les grosses urgences qui pourraient survenir, mais ça, c est quand même excrément rare.

    1. Bonjour Bigdi,

      Je confirme que nous sommes passé par les mêmes étapes, autant pour l’hypothèque (et marge hypothécaire) que pour le compte conjoint (qui couvre les petites dépenses imprévues).

      Maintenant, nous avons un seul compte de banque pour nous deux, mais le principe reste le même (c-à-d que les petites dépenses imprévues sont « absorbées » par le fonds de roulement).

      Merci pour ta contribution à la discussion.

      Bonne semaine et au plaisir,
      R101

  4. Salut R101,
    On se rejoint encore sur ce point! 😛
    Personnellement, on ne s’est jamais constitué de fond d’urgence ma conjoite et moi pour la simple et bonne raison que le plus grand risque qu’on court, ce serait une perte d’emploi.
    Or, dans un esprit de prévoyance et de frugalité, on a toujours organisé nos dépenses pour que le plus petit de nos salaires puisse subvenir au besoin de la famille. Donc ça prendrait vraiment une situation extrême pour qu’on soit coupé de toute source de revenu.
    Aussi, comme je n’investis pas systématiquement à chaque nouvelle entrée d’argent, je fini toujours par accumuler un certain montant sur quelques semaines avant d’acheter des nouvelles parts de FNB.
    Ça permet d’économiser sur les frais de courtage et ça crée par le fait même un petit cousin qui peut faire office de fond d’urgence. Mais c’est temporaire et comme je liquide presque tout au moment d’investir, donc ce n’est clairement pas ce qu’on peut qualifier de fond d’urgence en bonne et due forme…
    Merci pour l’article!

    1. Bonjour Philippe,

      Je suis d’accord avec tout ce que vous dites! 🙂

      À mon (notre 😉 ) avis, le fonds d’urgence n’est vraiment pas nécessaire dans votre situation. Il faudrait que vous perdiez vos 2 emplois, que votre fonds de roulement soit vide et que vous n’ayez accès à aucune source de financement à faible coût (ex. : marge de crédit hypothécaire/personnelle) pour être dans le trouble…

      Merci pour votre témoignage. Bonne semaine!
      R101

  5. Merci pour ce billet qui arrive à point : mon fond d’urgence viens tout juste d’atteindre la couverture de 3 mois de dépenses, et je cherchais des options. Peoples Trust offre 1,1% ces temps-ci, mais ça reste sous l’inflation. L’idée d’utiliser ma marge de crédit personnelle à 8% d’intérêt ne m’avait pas effleuré l’esprit. Son remboursement par la vente d’un placement boursier (fond commun) me laisse froid, à cause des frais de sortie. Les FNB ont-ils ce genre de frais? Je ne me souviens plus….

    1. Bonjour Steve,

      Je ne peux pas donner de conseils/recommandations financières, mais il y a effectivement plusieurs options. Pour les comptes d’épargnes, il y a plusieurs options, dont Peoples Bank du Canada (http://retraite101.com/les-meilleurs-comptes-d-epargne-en-2021/). Mais, ça reste que les taux d’intérêt sont inférieurs à l’inflation…

      Pour ce qui est des marges de crédit personnelles, je vous invite à « magasiner ». Personnellement, je me suis fait offrir une marge de crédit personnelle à 1,99 % avec Tangerine. J’ai accepté cette offre parce que c’était ~0,5 % de moins que ma marge de crédit hypothécaire. Bref, vous pouvez trouver beaucoup mieux que 8 %, selon votre situation personnelle et financière bien entendu.

      Pour les fonds de placement avec frais de sortie, parlez-vous plutôt de fonds distincts (au lieu de fonds communs de placement)? C’est souvent là que je vois des fonds avec frais d’entrée ou frais de sortie. Mais, ces frais n’existent pas avec les FNB indiciels…

      Bonne semaine et au plaisir,
      R101

      1. Il est bon de savoir qu’il est possible de magasiner son taux. Puisqu’il est improbable que je l’utilise sur une longue période (plus de 4 semaines), ce facteur n’est pas trop important. Merci pour l’info!

  6. Bonjour R101,
    Merci pour le partage d’expérience et je suis bien d’accord avec les conclusions. Je crois que l’important est de considérer les possibilités que des choses imprévus arrivent et mettre des plans et solutions de mitigation en place pour adresser les risques ou pallier aux conséquences si les risques se manifestent.
    C’est peut-être de la sémantique, mais je crois qu’il y a aussi une différence entre fonds de roulement et fond d’urgence. Comme l’exemple donné de JS Pilote en phase de décaissement, comme les revenues deviennent plus variables, il fait énormément de sens d’augmenter la durée du fond de roulement, tout comme pour un travailleur à la pige avec d’importantes fluctuations de revenus. Avec cette nuance faite, c’est pourquoi je crois que le fond de roulement est capitalisé (liquide / comptant), mais le fond/plan d’urgence peut facilement être compensé par le simple accès à des liquidités (carte de crédit, marge sécurisé ou non, vente d’actifs,…). Il faut juste considérer plusieurs sources, car dans une situation imprévu, il se peut que l’accès à certaines change (ex. Se faire retirer sa marge personnelle suite à une perte d’emploi).
    Personnellement, si le fond de roulement ne suffit pas, c’est carte de credit pour 0-30 jours, puis marge du compte d’investissement taxable. C’est l’équivalent de puiser dans les actions sans devoir vendre et assumer l’impact fiscal et c’est de loin le plus bas taux auquel j’ai accès (présentement 1,55%).

    1. Bonjour Alex,

      Bienvenue sur mon blogue et merci de briser la glace avec ce premier commentaire 🙂

      Je suis d’accord avec votre point de vue. Il y a effectivement une différente entre le fonds d’urgence et le fonds de roulement. En ce qui concerne le fonds de roulement, il peut être vu de deux façons. Premièrement, c’est un montant d’argent qui reste dans le compte-chèques et qui sert de « coussins » entre les dépôts de paies et les comptes à payer / prélèvements préautorisés. Deuxièmement, c’est un montant d’argent « tampon » pour les retraités, qui correspond souvent de 1 à 2 ans de dépenses. Ce montant d’argent diminue quand les marchés boursiers sont à la baisse (l’argent est puisé du fonds de roulement) et augmente quand les marchés boursiers sont à la hausse (moment idéal pour vendre des placements et renflouer le fonds de roulement).

      Au plaisir avec vous!
      R101

  7. Je suis probablement atteint du « syndrome de l’écureuil » : en plus de mon fond d’urgence de 3 mois de dépenses dans un compte à intérêt « élevé », je garde un solde trop haut dans mon compte d’opération. Remarque que mon solde m’a servi l’an passé quand j’ai été 5 mois sans emploi, mais j’ai quand même pas touché au fond d’urgence. À réfléchir si il est vraiment pertinent.

    1. Bonjour ptsigane,

      Je pense que vous êtes atteint du même « problème » que ma femme 😛 (« syndrome de l’écureuil »)

      L’objectif de cet article n’est pas de dire que le fonds d’urgence n’est pas nécessaire, mais plutôt d’amorcer une réflexion individuelle à ce sujet. Dans votre cas, il est possible qu’une des deux approches (solde dans le compte bancaire et fonds d’urgence de 3 mois) soit nécessaire… Peut-être que oui, peut-être que non. Qui suis-je pour le savoir? 🙂

      Laissez-moi savoir lorsque votre réflexion sera terminée.

      Bonne semaine et au plaisir,
      R101

  8. Pas de fonds d’urgence, par contre si ça dépasse ma paie, alors ça part en priorité sur la carte de crédit, me permettant soit d’attendre la prochaine paie, soit de sortir de l’argent d’un compte d’investissement.

    1. Bonjour Pod,

      C’est une bonne stratégie pour les gens disciplinés! 🙂
      En fait, ces 2 options (utiliser la carte de crédit en attendant la prochaine paie ou le décaissement d’un compte d’investissement) font partie de ma liste d’options… 😉

      Bon dimanche et au plaisir!
      R101

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *