Pourquoi nos enfants ne vont pas à la garderie?

Mon premier mois à la retraite

Comme la plupart d’entre vous le savent, nous avons deux enfants : un enfant de 3 ans et demi et un autre de 6 mois. Lorsque le premier est né il y a plus de 3 ans (2017), nous avions décidé qu’un des deux parents resterait à la maison avec notre enfant jusqu’à ce qu’il commence la maternelle. Bien entendu, nous n’avons rien contre les parents qui envoient leur(s) enfant(s) à la garderie / CPE, mais nous avons décidé autrement. (PS – C’est une décision personnelle, alors ne vous sentez pas « attaqué » par notre décision. Nous ne portons aucun jugement et nous respectons les décisions de tous les parents. Nous n’avons pas à faire la morale à personne.)

Un parent à la maison

Je pense que plusieurs entre vous seront d’accord. On est prêt à faire beaucoup de changements pour le bonheur de nos enfants. Par exemple, ma femme et moi avons commencé à changer nos habitudes de consommation, notre alimentation et notre vision de la vie en général à partir du moment qu’elle était enceinte. C’est aussi dans cette période que nous avons réalisé que nous devions toujours courir à gauche et à droite pour essayer de faire une infime partie de ce que nous avions prévu… Bref, nous avons réalisé que nous faisons partie de la « rat race » nous aussi. Nous avons donc décidé que ce n’est pas l’expérience que nous voulons offrir à nos enfants…

Finalement, nous avons décidé que ma femme resterait à la maison, car c’était plus avantageux financièrement parlant que je continue de travailler (c’est moi qui avais le plus gros salaire). Elle a tout de même continué à travailler à temps partiel, pour garder ses connaissances à jour et garder son droit de pratique (ordre professionnel) comme infirmière. Étant donné que je travaille la semaine de 9 à 5 et que ma femme travaille un week-end sur deux, alors nous n’avons pas besoin de garderie.

Est-ce qu’on est vraiment perdant?

Vous me connaissez… J’aime faire des calculs et jouer dans mes fichiers Excel. Alors, j’avais voulu savoir quel était l’impact de cette décision sur nos finances personnelles. Est-ce qu’on va avoir 50k$ de moins dans nos poches chaque année? Plus, ou moins? Comment est-ce possible s’il y a un salaire en moins? Je vous explique…

Mais, avant tout, je dois faire mon « disclaimer » habituel. Ceci n’est pas une recommandation et ne représente que notre opinion/expérience personnelle. De plus, les calculs qui suivent s’appliquent à notre situation personnelle. Mais, les données et résultats pourraient être différents pour votre propre situation.

Maintenant que c’est dit, passons aux chiffres. Dans notre cas spécifique, que ma femme travaille ou non, la différence au bout de l’année était un manque à gagner de « seulement » 5000 $. Pourquoi seulement 5000 $? Quand une personne travaille, il y a souvent des dépenses qui viennent avec cela. Voici les éléments financiers importants qui affectent négativement (les « moins ») et positivement (les « plus ») nos revenus nets…

Les moins

Commençons par les « moins ». Pour aller au travail, ma femme aurait eu besoin d’acheter un véhicule (je vous rappelle que nous avons seulement un véhicule). Donc, elle aurait dû contracter un prêt automobile (paiements mensuels) ou faire un achat comptant sur un actif dont la valeur déprécie (réduit l’actif net). De plus, il faut ajouter des dépenses récurrentes comme l’immatriculation, les assurances, les frais d’entretien, les pneus d’hiver, etc. N’oublions pas l’essence…

Mais, ce n’est pas tout. Si ma femme travaille à temps plein elle aussi, alors nos enfants doivent aller à la garderie / CPE. Donc, qui dit « garderie » dit « frais de garde » 😉 Au moment de cette décision en 2017, les frais de garde étaient modulés selon les revenus familiaux (la contribution additionnelle pour la garde d’enfants a été abolie en 2019). En comptant seulement mes revenus, les frais de garde que nous aurions dû payer étaient beaucoup plus dispendieux que 7 $ ou 8 $ par jour.

Les plus

Maintenant, parlons des « plus ». Eh oui, il y a des éléments financiers qui affectent positivement nos revenus nets qui viennent avec la décision qu’un parent reste à la maison.

Comme ma femme ne travaille pas à temps plein, nos revenus familiaux annuels sont moins élevés. Si les revenus sont moins élevés, alors nos allocations familiales (Allocation canadienne pour enfants (ACE) et Allocation famille du Québec) sont plus élevées.

Avant que ça dégénère dans les commentaires, je vous assure que l’objectif n’est PAS de vivre des allocations pour enfants ni de planifier notre budget en fonction de ces allocations familiales. Il y a des conversations à ce sujet qui ont « dérapé » sur les médias sociaux au cours des dernières semaines…

Le net

En fin de compte, ma femme aurait travaillé à temps plein pour payer un véhicule (ainsi que les frais afférents) et des frais de garde d’enfants pour terminer l’année avec 5000 $ net de plus par année.

Comme je disais précédemment, c’est une décision personnelle qui n’avait rien à voir avec l’argent. Mais, les calculs que nous avons faits nous ont un peu soulagés et ont ainsi renforcé notre décision.

Pour nous, un manque à gagner de 5000 $ par année n’a pas d’impact sur notre budget ou nos finances personnelles en général. Comme vous savez, nous maximisons nos comptes enregistrés (REER, REEE, CELI). Donc, dans le pire des scénarios, nous aurions épargné 5000 $ de moins par année. Mais, vous me connaissez… Nous avons optimisé nos dépenses (habitation, transport, alimentation, assurances, etc.) pour que ce 5000 $ n’ait presque qu’aucun impact 🙂

Je comprends que cela ne s’applique pas à tous, ne vous en faites pas! C’est pour cela que j’ai fait mon « disclaimer » dès le début 😉

Maman à la maison ou papa à la maison?

Lorsque notre deuxième enfant est né (2020), nous avons discuté de l’option d’échanger nos rôles (parent à la maison / parent au travail) pour le deuxième enfant. Pour être plus précis, l’idée était que je pourrais devenir papa à la maison lorsque le congé de maternité de ma femme serait terminé à l’été 2021.

Ainsi, j’avais regardé la politique de congé sans solde avec mon employeur… la mauvaise nouvelle est que mon employeur accepte des congés personnels jusqu’à un maximum de 6 mois. Pas 1, 2 ou 3 ans, mais bien 6 mois. En même temps, je peux comprendre… Je travaille dans une entreprise privée. Que se passerait-il si tous les employés commençaient à prendre des congés sans solde de plusieurs années? Bref, ce n’est pas possible! 🙁

Cependant, cela nous a amenés à prendre une autre décision, que je vais expliquer dans mon prochain article (je sais, ça fait plusieurs fois que je dis cela…) 😛

Conclusion

Ne pas envoyer nos enfants à la garderie a été une des décisions les plus importantes/déchirantes que nous avons prises dans notre vie. Ça peut paraitre « banal » pour certains, mais pour nous, c’était vraiment important. J’en avais déjà parlé dans un article et dans quelques commentaires, mais je n’avais jamais abordé le sujet en profondeur. La morale de cette histoire est qu’il est important de réfléchir avant de prendre une décision, quelle qu’elle soit (famille, emploi, achat important, etc.). Prenez le temps de peser les « pour » et les « contre » … et de faire des calculs dans Excel 😛

*****

Merci de vous abonner à @retraite101 sur Facebook et Instagram et de partager cet article avec vos amis. De plus, abonnez-vous à mon blogue pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Achat de cryptomonnaie – Ouvrez un compte avec Shakepay et obtenez une prime en argent de 10 $ (lorsque vous déposez et achetez 100 $ de crypto).

Offre Wealthsimple – Ouvrez un compte d’investissement avec Wealthsimple Trade et obtenez une prime en argent de 10 $ (lorsque vous déposez et échangez au moins 100 $); Obtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Placements Wealthsimple.

Offre Questrade – Ouvrez un compte d’investissement avec Questrade et obtenez 50 $ en transactions gratuites; Obtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Questwealth Portfolios. Au plaisir d’échanger avec vous.

Par retraite101

Blogueur québécois qui a atteint CoastFIRE à 35 ans et qui a pris sa retraite du 9@5!

12 commentaires

  1. Comme d’habitude, un point de vue intéressant !

    Ce qui est plus difficile à calculer par contre, c’est que la personne qui travaillera moins ne pourra pas profiter au même niveau des “avantages fiscaux du salaire”. Je pense surtout aux cotisations au RRQ, des droits de cotisation au REER et du RQAP.

    De mon point de vue, cela pourrait avoir beaucoup d’impact à long terme, et créera aussi un écart à combler en cas de séparation.

    Qu’en penses-tu ?

    1. Bonjour Jean-Maxime,

      Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire 🙂

      Les éléments que vous mentionnez sont vrais, pour la majorité des ménages. Pour ce qui est du RRQ, il ne devrait pas y avoir un impact important à cause de la méthode de calcul de la rente, car le congé parental prolongé (de la naissance de l’enfant jusqu’à la maternelle) est généralement en début ou milieu de carrière du parent. Donc, le parent va généralement retourner sur le marché du travail (et cotiser à la RRQ) pour un autre 20 ou 30 ans. Mais, il y a quand même un impact.

      Pour ce qui est des droits de cotisations REER, ils ne vont pas augmenter, car le parent à la maison n’aura pas de revenus. Par contre, si le parent à la maison a des droits de cotisations inutilisés, je recommande fortement que le parent au travail cotise au « REER de conjoint ». Sinon, il faut trouver une autre façon de « compenser » le parent à la maison. Pour ce qui est budget et du partage des dépenses familiales, je pense que mon point de vue est assez clair à ce sujet (sinon, lire ceci : http://retraite101.com/pourquoi-le-celi-de-ma-femme-n-est-pas-maximise/).

      Quand je disais que les points soulevés sont importants pour la majorité des ménages, c’est qu’il y en a d’autres pour qui ça ne fait aucune différence. C’est notre cas 🙂 Nous serons « FIRE » bientôt, alors nous allons arrêter de cotiser à la RRQ dans la fin trentaine ou début quarantaine. À cause de la méthode de calcul de la rente, nous anticipons que la rente sera très très très basse (nous arrêtons de travailler 20-25 ans avant le début de la rente). C’est d’ailleurs pour cela que nous n’incluons jamais la RRQ dans nos calculs et notre planification de retraite.

      Au plaisir d’échanger avec vous,
      R101

      1. Petite précision sur le REER de conjoint : Les droits de cotisation sont ceux du cotisant (ceux du parent qui travaille dans ton exemple) et non ceux du conjoint (le parent à la maison par exemple). Par contre une fois l’argent cotisé, le REER appartient au conjoint et lors du retrait, c’est imposé à son nom également. Nous avons souvent utilisé cela puisque j’avais de meilleure revenue et un fond de pension alors que mon conjoint n’en avait pas.

      2. Merci pour l’article et pour les commentaires.
        Par ailleurs, je ne veux pas faire l’avocat du diable, mais avez-vous discuté de comment seraient répartis les différents montants en cas de séparation (pour qu’effectivement elle ne soit pas pénalisée pour ces années « hors marché du travail », dans le cas où vous ne poursuivriez pas ensemble votre route).

        Je conçois que cela ne fait aucune différence pour vos présents plans, mais comme on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve… 🙂

        1. Bonjour Myriam,

          Nous sommes un couple marié, alors le patrimoine familial sera divisé en cas de séparation/divorce. Il y a quelques exceptions pour ce qui est du patrimoine familial, mais en règle générale, tout ce qui est gagné/acquis à partir de la date du mariage sera divisé en deux. Pour les couples non mariés, le « REER de conjoint » est donc un bon moyen de se « protéger ».

          Au plaisir,
          R101

  2. Merci pour cet article et félicitations pour votre décision.

    Nous avons eut la même réflexion dans notre couple, et à la fin, ma conjointe a passé l’équivalent de 3 ans pour nos 2 enfants à la maison.

    Ceci étant dit, mes enfants sont aussi allé à la garderie quelques années et le plus gros impacts à notre niveau n’a pas été financier, mais bien au niveau de leur préparation pour l’école. En fait, dans bien des domaines (et il ne faudrait pas généraliser… je parle de notre expérience), ils étaient bien mieux préparé à attaquer la maternelle, que ce soit au niveau des apprentissages qu’ils avait reçus en garderie ou le fait d’avoir été en contact avec un nombre importants d’autres  »amis » (notre garderie était une installation de 80 jeunes). Leurs aptitudes ont décuplés de par cette stimulation et nouvelles opportunités d’apprentissage qu’ils avaient à la garderie (qui étaient différentes de la maison).

    Donc, dans notre cas, je pense que la garderie a été extrêmement bénéfique pour mes enfants.. tout en l’étant moins pour mon portefeuille 🙂 Encore là, chaque situation est unique et il n’y a pas de  »mauvaise décision » à mon avis.

    Bien hâte de lire ton prochain article R101,
    Passionné Mélomane

    1. Bonjour Passionné Mélomane,

      Je pense que c’est un bon compromis pour les parents et pour les enfants 🙂

      À mon avis, le plus grand risque des enfants qui ne vont pas à la garderie / CPE est la socialisation. Bien entendu, nos enfants ne restent pas à l’intérieur de la maison. Ils voient d’autres enfants de familles dont elles aussi n’envoient pas leurs enfants à la garderie. Cela exclut aussi leurs cousins/cousines qu’ils voient les week-ends (c’est un peu différent depuis l’année dernière 🙁 ). Mais, ce n’est pas le même rythme et le même nombre qu’à la garderie ou l’école…

      Sinon, je pense que tous les parents à la maison ont les mêmes craintes pour leurs enfants au niveau des apprentissages. Personnellement, je ne suis pas inquiet. Par exemple, mon enfant de 3 ans est capable de chanter l’alphabet en français et en anglais, compte jusqu’à 20 en français (jusqu’à 10 en anglais), il reconnaît les chiffres et lettres individuelles dans un ordre aléatoire (ex. : plaques d’immatriculation, panneaux dans les parcs, etc.). Il connaît un nombre de mot inimaginable, etc.

      De plus, il fait beaucoup de sports et activités physiques. Par exemple, il y a un mois, il a marché la « petite » piste de 4 km du mont Saint-Bruno avec moi en raquettes (dans la neige)). Bref, je n’ai pas d’inquiétudes. Mais, dans le but de l’habituer à la routine de l’école, nous l’avons inscrit à la prématernelle (maternelle 4 ans). C’est surtout pour qu’il commence à suivre la routine « stricte » imposée par notre système (il devrait aller à l’école un jour ou l’autre), qu’il socialise avec plus d’enfants et qu’il voit une autre figure d’autorité que nous (le/la professeur(e)). Je pense que ce sera bénéfique, comme ce l’a été pour vos enfants 🙂

      Je suis d’avis que tous les parents prennent la meilleure décision pour eux et pour leurs enfants. La décision est donc propre à chacun et je pense qu’il n’y a pas de mauvaise décision dans notre société avec tous les services publics que nous avons 🙂

      Au plaisir,
      R101

  3. Cest effectivement un bon move a faire pour quitter la Rat Race effectivement .
    C’est plus facile a effectuer quand l’un des 2 parents gagne à lui seul pret du double des menages au Québec

    Ceci dit, de notre cote, ma conjointe favorise le 2 3 jours semaines

    1. Bonjour Matt,

      Effectivement, c’est plus « facile » avec un parent qui a un (très) bon revenu. Mais, la décision n’est pas seulement prise en fonction de l’argent. Pour le deuxième enfant, nous allons faire l’inverse. Je suis déjà « Coast FIRE », alors ça facilite la prise de décision et réduit le risque.

      Au plaisir,
      R101

  4. Salut!

    Je n’ai pas d’enfant, alors je ne peux pas me prononcer. Reste que la beauté de la chose est de pouvoir choisir. Quand les décisions importantes de vie, comme celle-ci, ne sont plus dictées par les finances, ça change tout. C’est un luxe que tu as. D’ailleurs, je connais certains couples qui touchent plus de 200k$/an en revenu qui n’ont pas ce luxe. Toujours intéressant de te lire. Bonne suite!

    1. Merci pour ton commentaire Le jeune retraité! C’est effectivement un luxe que nous avons (que nous nous « payons »)! C’est un article qui a fait beaucoup « jaser », surtout sur les réseaux sociaux. Je reçois encore aujourd’hui des commentaires sur Facebook sur cet article-là… Ma femme a eu le goût de répondre à plusieurs reprises. Je pense que plusieurs personnes n’ont pas compris l’essence de cet article / la morale de l’histoire. Je comprends que ça peut être frustrant quand on a pris la décision inverse, ou pire encore, qu’on n’y ait même pas réfléchi et juste suivi le « moule » de la société. Mais bon, on le fait pour nous, pas pour les autres 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *