Catégories
Finances personnelles

Protocole d’austérité ou saines habitudes financières?

Récemment, j’ai lu le livre « D’endetté à millionnaire : Un plan pour les milléniaux, les jeunes familles et tous ceux qui veulent s’enrichir » de David Descôteaux.

C’est un livre très intéressant pour les débutants dans le domaine des finances personnelles et pour ceux qui sont endettés et qui désirent améliorer leurs habitudes en matière de finances personnelles. Le niveau de connaissances requis pour lire ce livre est le même que pour les autres livres que je recommande aux nouveaux lecteurs de ce blogue : « Petits secrets et gros mensonges de votre banquier » de Fabien Major et « En as-tu vraiment besoin ? » de Pierre-Yves McSween. Les plus expérimentés pourront tout de même découvrir des petits trucs qu’ils ne connaissaient pas déjà.

Cela dit, il y a un chapitre qui m’a un peu choqué. C’est celui sur le « protocole d’austérité ». Je vous explique dans cet article ce qu’est ce fameux protocole d’austérité et ce que je propose comme alternative.

Qu’est-ce que le protocole d’austérité?

Dans le livre « D’endetté à millionnaire », les auteurs proposent de ne pas faire de budget, car c’est ennuyeux et ce n’est pas nécessaire d’en avoir un pour maintenir ses finances personnes en bonne santé. Ils proposent de continuer de vivre comme à l’habitude, mais lorsque les cartes de crédit ne sont pas payées depuis plus d’un mois, que le fond d’urgence est épuisé ou qu’on n’a pas épargné depuis plus de deux ans, alors on doit déclencher le « protocole d’austérité ».

Le protocole d’austérité est d’arrêter de consommer ce qui est superflu, de ne plus aller au restaurant, etc., et ce, jusqu’à ce que les cartes de crédit soient remboursées, que le fonds d’urgence soit renfloué et qu’on a recommencé à épargner.

À mon avis, il y a déjà un problème lorsque la carte de crédit n’est pas payée entièrement tous les mois. Il y a aussi un problème si on n’a pas épargné depuis plus de deux mois (et non deux ans!).

Je comprends que c’est ennuyeux pour la plupart des gens de faire un budget. Il n’y a pas beaucoup de gens comme moi qui aiment entrer des chiffres dans un fichier Excel. C’est vrai qu’un budget n’est pas nécessaire pour maintenir ses finances personnelles en bonne santé. Mais c’est vrai seulement pour ceux qui ont déjà de saines habitudes financières. Le problème est que la plupart des gens n’ont pas de saines habitudes financières.

Ce n’est pas pour rien que le taux d’épargne des Québécois est de seulement 5%, que plus du tiers des Québécois vivent d’une paie à l’autre et que le taux d’endettement moyen est de 171 %. Un taux d’endettement moyen de 171% veut dire que pour chaque dollar de revenu disponible, il y a 1,71 $ de dette. C’est un problème sérieux, non?

Pourquoi ne pas seulement adopter de saines habitudes financières?

Je comprends que c’est ennuyeux de discuter avec ses amis de son taux d’épargne plutôt que de la voiture décapotable récemment acquise. Mais, pourquoi continuer de vivre au-dessus de ses moyens, et lorsque les cartes de crédit sont remplies, de cesser complètement de consommer jusqu’à tant que les finances personnelles reviennent à la normale? Ce n’est pas un mode de vie sain lorsqu’il faut se priver pendant un moment pour être capable de soutenir son rythme de vie…

Pourquoi ne pas seulement adopter de saines habitudes en matière de finances personnelles? À mon avis, c’est beaucoup plus simple et beaucoup plus sain. Non?

Pourquoi ne pas commencer par vivre en dessous de ses moyens? En dépensant moins que vos revenus, vous aurez une marge de manœuvre pour vous constituer un fond d’urgence et pour épargner pour un projet à long terme comme la retraite. Vous pourrez aussi cotiser au REEE de votre enfant. Mais, pour se faire, vous devez arrêter de vivre au-dessus de vos moyens… maintenant!

Vivre en dessous de ses moyens ne veut pas dire de se priver. Vivre en dessous de ses moyens veut dire de dépenser moins que ce qu’on gagne. Cela veut aussi dire de vivre selon ses besoins et non selon ses désirs. Vous devez vous remettre en question et réévaluer vos besoins. Qu’est-ce qui est important pour vous? De quoi avez-vous vraiment besoin? Qu’est-ce qui vous rend heureux?

Dans mon « ancienne vie », lorsque j’étais un surconsommateur et que je vivais d’une paie à l’autre, j’avais des revenus d’environ 50 000 $ par année. Mais, je vivais comme une personne qui en gagnait 100 000 $. Ce n’est pas pour rien que je n’épargnais pas pour la retraite.

Maintenant, notre revenu familial est de plus de 100 000 $ par année, mais nous vivons comme une famille qui en gagne 50 000 $. Nous vivions très bien avec ce niveau de dépenses. Nous n’hésitons pas à dépenser pour les besoins essentiels et pour les choses (activités ou objets) qui nous rendent heureux. Dans notre petite famille, l’aspect de l’épargne systématique est très important… Le protocole d’austérité ne doit jamais être déclenché pour notre famille!

Nous n’avons pas besoin de payer 100$ dollars pour aller dans un parc d’attractions ni de mettre ses photos sur Instagram pour avoir l’air heureux. Une randonnée en forêt, une promenade à vélo ou un pique-nique au parc nous rend heureux! Il n’est pas obligatoire de dépenser pour être heureux…

Par où commencer pour réduire vos dépenses? Vous pouvez éliminer les dépenses récurrentes ou réévaluer vos besoins en télécommunication. Voici une liste de trucs simples pour diminuer vos dépenses et augmenter votre taux d’épargne.

*****

Merci de vous abonner à ma page Facebook et de partager cet article avec vos amis.

Êtes-vous à la recherche d’un conseiller financier compétent? Voici un guide qui vous explique comment choisir un bon conseiller financier. De plus, vous pouvez remplir le formulaire à la fin de ce guide et je vous mettrai en contact avec un conseiller financier de mon réseau.

Abonnez-vous à mon blog pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Par retraite101

Je suis un Québécois de 33 ans, et comme la plupart d'entre vous, je travaille de 8 h à 17 h, enfermé dans un « cubicule » comme un rat de laboratoire. Moi aussi, je fais partie de la « rat race »! Mais, j’ai comme objectif de prendre ma retraite à 40 ans (anciennement 45 ans). Je partage sur mon blogue mon plan pour atteindre l’indépendance financière. Je publie aussi des articles sur les saines habitudes en matière de finances personnelles, les informations cruciales concernant la retraite, la surconsommation et plus encore. Bref, ce blogue se veut un cours de « retraite 101 ».

3 réponses sur « Protocole d’austérité ou saines habitudes financières? »

Je suis parfaitement d’accord avec ton point. Pourquoi ne pas s’habituer à vivre avec moins au lieu d’attendre d’être dans le rouge pour couper les dépenses? J’ai toujours vécu en deçà de mes moyens et ça m’a permis de prendre ma retraite à 52 ans sans pension. Mon but a toujours été de pouvoir sacrer mon boulot au bout de mes bras (;o) lorsque ça ne me convenait plus. J’aurais pu prendre ma retraite à 45 ans ou moins si j’avais toujours travaillé à temps plein mais je ne l’ai pas fait pour vivre des « trips » (coopération internationale, voyages de longue durée en Europe ou ailleurs) tout au long de ma vie. Comme j’avais toujours de l’argent d’amassé, rien ne m’en a jamais empêchée. J’ai fait un budget lorsque j’étais en appartement à 16 ans mais après, les habitudes se sont ancrées et je n’en fais plus depuis une éternité; je sais ce que je dépense et les extravagances sont très rares. Mon but a toujours été la liberté financière et je l’ai toujours eue étant donné que j’ai toujours mesuré mes dépenses et que j’avais toujours des fonds disponibles. Lorsque je dévoile à quiconque combien il me faut d’argent pour vivre par année, tous et chacun (y compris mon ancien banquier) me disent que c’est impossible, qu’on ne peut vivre avec aussi peu. Je ne me prive pourtant pas (oui si on parle d’aller au restaurant avec une facture de 90$ par personne car ça ne m’intéresse pas) mais je fais des choix. Merci à mon paternel de m’avoir éduquée financièrement: « Tu achèteras ce que tu veux quand tu auras amassé l’argent nécessaire ». Lorsque l’on met en pratique cette théorie, nos besoins, envies et désirs baissent de niveau car on calcule combien d’heures on devra travailler pour acheter le « gogosse » désiré.

 »Je comprends que c’est ennuyeux pour la plupart des gens de faire un budget. Il n’y a pas beaucoup de gens comme moi qui aiment entrer des chiffres dans un fichier Excel. »
———

Je dois être aussi une extraterrestre, car moi j’aime ça, entrer des données dans Excel!
C’est comme une satisfaction que de savoir exactement où va notre argent.
Je sais par exemple qu’en 2018, il nous a coûté exactement 37 658$ pour une famille de 3 personnes (50 000$ si on rajoute les paiements d’hypothèque…je considère que le partie remboursée sur le capital est une économie, et non une dépense). C’est pas mal en deçà du montant de notre revenu net!

Le plus dur est de commencer, une fois le  »template » fait, c’est tellement plus facile!

Laissez un commentaire...