Catégories
Finances personnelles Retraite

À quoi ressemble une retraite avec un million de dollars?

Savez-vous à quoi ressemble une retraite avec un million de dollars en placements? La plupart des personnes ne le savent pas, car ils ne planifient même pas leur retraite. En effet, la planification financière de la retraite n’est pas un sujet à la mode. Selon un sondage réalisé par Question retraite, la moitié des Québécois ne se sentent pas assez compétents en matière de finances personnelles pour planifier eux-mêmes leur retraite. Une majeure partie de la population ne connaît pas les diverses sources de revenus à la retraite. D’autres ne savent pas combien ils doivent épargner pour maintenir leur niveau de vie à la retraite. Est-ce qu’il faut absolument avoir un million de dollars pour avoir une retraite décente? Plusieurs questions se posent…

Une autre statistique choquante est que la moitié des Québécois ne se sente pas responsable de la planification de leur retraite. En effet, 39 % des Québécois pensent que c’est au gouvernement d’être responsable de leur sécurité financière à la retraite, tandis que 11 % pensent que c’est plutôt la responsabilité des employeurs. Ce n’est donc pas surprenant que la moitié des Québécois ne cotisent pas du tout au REER ni au CELI (source).

Dans cet article, je vous explique combien il faut épargner pour la retraite, en passant par le fameux chiffre magique, le style de vie projeté, etc. Ensuite, je vous explique la règle du 70 % et la règle du 4 %. Finalement, je vous montre des scénarios de retraite avec des portefeuilles d’investissement de 500 000 $ et 1 000 000 $.

Quel est le chiffre magique?

Commençons par le fameux « chiffre magique ». J’entends souvent des informations contradictoires à propos du montant qu’il faut épargner pour la retraite. Voici quelques exemples :

  • C’est impossible de prendre sa retraite avec moins d’un million de dollars.
  • Le minimum qu’il faut épargner pour pouvoir prendre sa retraite est 10 % de son salaire.
  • Il faut épargner 18 % de son salaire dans son REER pour pouvoir prendre sa retraite.
  • Le montant nécessaire pour maintenir le même rythme de vie à la retraite est 70 % de ses revenus de sa dernière année de travail.
  • C’est impossible de prendre sa retraite avant 65 ans.
  • Il faut épargner 25 fois la valeur de ses dépenses annuelles pour pouvoir prendre sa retraite.

Laquelle de ces affirmations est vraie? Laquelle est fausse? Le savez-vous? En réalité, il n’y a pas de réponse universelle. Il n’existe pas de « chiffre magique » à épargner pour pouvoir prendre sa retraite et s’assurer de maintenir le même niveau de vie à la retraite.  

Il ne faut pas nécessairement un million de dollars en placements pour prendre sa retraite. C’est vraiment du cas par cas. Donc, il y a autant de plans de retraite que de personne… 😉

Le style de vie influence les objectifs financiers

Alors, comme il n’existe pas de réponse universelle ni de chiffre magique, comment savoir combien il faut épargner pour la retraite? Le montant nécessaire à la retraite est propre à chacun, parce que les gens n’ont pas tous les mêmes besoins/valeurs et le même style de vie. Conséquemment, les gens ont des objectifs financiers différents et ainsi le montant nécessaire à accumuler pour la retraite.

Prenons quelques exemples. Certaines personnes veulent faire le tour du monde, que ce soit en sac à dos ou en croisière sur de luxueux bateaux. D’autres veulent aller vivre en Floride pendant l’hiver puis revenir au Québec pour la saison estivale. Il y a d’autres personnes qui veulent passer leur retraite dans un chalet paisible au bord d’un lac. D’autres personnes plus actives veulent pratiquer des sports dispendieux comme le golf ou le ski. Finalement, il y a certaines personnes qui veulent simplement passer le plus de temps possible en famille ou avec leurs amis, faire du bénévolat, etc. Ce sont des styles de vie et plan de retraite bien différent les uns des autres.

J’aurai pu choisir une personne célibataire, un couple dans la classe supérieure, un couple dans la classe moyenne avec enfants, etc. Mais le but était de vous monter que le montant nécessaire à épargner pour la retraite est donc très différent d’une personne à l’autre. Néanmoins, il y a quelques lignes directrices…

Des lignes directrices pour y voir plus clair

Cependant, il y a quelques lignes directrices pour se donner une idée du montant à épargner pour la retraite. Par exemple, plus vous envisagez de prendre votre retraite tôt, plus vous devez épargner. Par exemple, votre taux d’épargne devra sans doute être de 50 % ou plus si vous voulez prendre une retraite précoce à 45 ans. À l’inverse, votre taux d’épargne sera inférieur si vous visez une retraite à l’âge de 60 ou 65 ans.

Si vous envisagez de trouver un travail à temps partiel ou un travail occasionnel à la retraite, vous aurez besoin de moins d’épargne. C’est normal, car vous aurez besoin de décaisser moins d’argent de vos placements, car votre revenu de travail à temps partiel couvrira une partie de vos dépenses.

Plus vous attendez avant d’épargner pour la retraite, plus le pourcentage de revenus à épargner sera élevé.

Combien faut-il épargner pour la retraite?

Donc, combien avez-vous besoin d’épargner pour la retraite? Tout d’abord, vous devez savoir quels sont vos revenus annuels et dépenses annuelles ainsi que votre actif net. Ces informations sont disponibles dans votre budget mensuel. Si vous n’avez pas de budget mensuel ou ne connaissez pas votre actif net, c’est maintenant une occasion de le faire. Go! Ces informations vous seront utiles autant pour la gestion de vos finances personnelles que pour votre planification de retraite.

Avec vos revenus annuels et vos dépenses annuelles, vous serez en mesure de calculer combien vous avez besoin d’épargner pour la retraite, en utilisant les deux règles les plus connues : la règle du 70 % et la règle du 4 %. J’explique ces 2 règles dans les paragraphes suivants.

La règle du 70 %

Selon Retraite Québec et la plupart des planificateurs financiers, il faut 70 % de ses revenus annuels bruts de la vie active pour maintenir le même niveau de vie à la retraite. D’où vient ce pourcentage? Pourquoi 70 % et non 50 %? Les dépenses sont « généralement » moins élevées à la retraite que durant la vie active, ainsi 70 % sont généralement suffisants pour maintenir le même niveau de vie à la retraite. Le mot à retenir est « généralement ».

La règle du 70 % est une « règle du pouce » (ou règle générale). Ce n’est pas la science infuse. Mais à mon avis, cette règle ne s’applique pas à beaucoup de personnes. Je vous explique…

Si vos revenus sont élevés durant votre carrière, mais que vous dépensez peu, vous avez besoin de moins de 70 % de votre revenu pour garder le même rythme de vie à la retraite. À l’inverse, si vous êtes une personne dépensière et que vous envisagiez de l’être encore à votre retraite, alors vous avez besoin de plus de 70 % de votre revenu.

Si vos revenus sont peu élevés durant votre carrière, vous aurez possiblement besoin de plus de 70 %. Vous devrez aussi possiblement travailler plus longtemps. Mais encore une fois, c’est du cas par cas. C’est pour cela que je dis que la règle du 70 % ne s’applique pas à beaucoup de personnes.

Pourquoi donc calculer l’épargne nécessaire à la retraite en fonction des revenus bruts lors de sa vie active? Pourquoi ne pas calculer ce montant en fonction des dépenses? C’est sur cela que se base la règle du 4 %…

La règle du 4 %

La règle du 4 % est utilisée pour déterminer combien un retraité peut retirer de ses investissements chaque année tout en s’assurant de couvrir ses dépenses pour le reste de ses jours. Les experts considèrent que le taux de retrait sécuritaire est 4 %.

Cette règle est elle aussi une « règle du pouce ». Mais contrairement à la règle du 70 %, elle se base sur les dépenses au lieu de se baser sur les revenus.

Cette règle a été créée en utilisant les données historiques des marchés financiers sur une période de 50 ans (1926-1976). En utilisant différents portefeuilles de placements de retraite et différents taux de retraits, les experts ont voulu déterminer la probabilité qu’il reste des actifs dans le portefeuille après 30 ans en utilisant un taux de retrait constant au cours de la période. Avant les années 1990, les experts considéraient que le taux de retrait sécuritaire était 5 %.

Mais en 1994, le conseiller financier William Bengen a fait une étude pour déterminer si ce taux de retrait était viable. Il a basé son étude en se concentrant sur les crises économiques des années 1930 et 1970. Il a conclu que même durant ces moments difficiles, il n’y a pas eu de scénarios dans lequel le taux de retrait annuel de 4 % a épuisé un portefeuille de placements en moins de 33 ans. Pour plus d’informations sur la règle de 4 %, je vous suggère cet article (source).

Une autre façon de comprendre cette règle est qu’il faut atteindre 25 fois la valeur de ses dépenses en placements pour pouvoir prendre sa retraite. Par exemple, si vos dépenses annuelles sont de 30 000 $, alors vous devez avoir un portefeuille de placements de 750 000 $ (30 000 $ x 25) pour pouvoir prendre votre retraite. Si vos dépenses annuelles sont de 45 000 $, alors vous devez avoir un portefeuille de placements de 1 125 000 $ (45 000 $ x 25). Vous comprenez donc que le contrôle des dépenses est la clé.

Éléments importants à considérer pour la règle de 4 %

Cela dit, la règle du 4 % ne fonctionne pas pour tous les retraités. Par exemple, une personne dont le portefeuille contient des placements à risque élevé doit faire attention lorsqu’il retire des fonds. S’il y avait une correction majeure sur les marchés financiers, ses investissements pourraient s’épuiser beaucoup plus rapidement que s’il avait un portefeuille de placements moins à risque. La séquence de rendement est donc un élément important à considérer

De plus, l’âge de la retraite et l’espérance de vie jouent un rôle important pour déterminer si ce taux de retrait est viable. Ceux qui envisagent de prendre leur retraite très jeune, par exemple avant 40 ans, sont un peu plus à risque. Ces derniers font généralement des calculs de façon plus pessimiste. Par exemple, au lieu d’utiliser un taux de retrait de 4 %, ils vont utiliser un taux de retrait de 3,25 % (ou 30 fois les dépenses).

Pour ceux qui se demandent si l’inflation est prise en considération dans la règle de 4 %, la réponse est oui! La règle suppose un rendement moyen de 7 % (moyenne historique), dont 4 % sont utilisés pour le retrait et 3 % sont utilisés pour contrer l’inflation. Pour vous aider à comprendre, je vous présente un scénario de retraite avec un portefeuille d’un million de dollars.

Scénario A – Une retraite avec un million de dollars et un taux de retrait de 4 %

Voici à quoi ressemble la retraite d’une personne qui a accumulé un million de dollars en placements (portefeuille net) et qui a pris sa retraite au début de l’année (2020). Cette personne a des dépenses annuelles de 40 000 $, alors elle avait besoin d’un portefeuille net de 1 000 000 $ pour garder le même rythme de vie à la retraite (40 000 $ x 25).

Voici le calcul, sur 30 ans :

Année Retrait annuel (4 %) Rendement Portefeuille
20201 000 000 $
202040 000 $67 200 $1 027 200 $
202141 088 $69 028 $1 055 140 $
202242 206 $70 905 $1 083 840 $
202343 354 $72 834 $1 113 320 $
202444 533 $74 815 $1 143 602 $
202545 744 $76 850 $1 174 708 $
202646 988 $78 940 $1 206 660 $
202748 266 $81 088 $1 239 482 $
202849 579 $83 293 $1 273 196 $
202950 928 $85 559 $1 307 826 $
203052 313 $87 886 $1 343 399 $
204068 416 $114 940 $1 756 933 $
205089 477 $150 321 $2 297 764 $

Comme le taux de retrait sera de 4 % chaque année, alors le retrait annuel augmentera légèrement si le rendement espéré de 7 % (moyenne historique des marchés boursiers) est atteint (le montant de retrait suivra l’inflation de près). Par contre, si le rendement espéré n’est pas atteint (ex. : crise économique), alors le retrait annuel diminuera. Il est intéressant de constater que le capital de départ ne s’épuise jamais, car le portefeuille reste investi à la bourse à la retraite et il continuera de générer du rendement.

Je comprends que c’est un exemple simpliste. On ne fait pas de différence si c’est une personne seule ou un couple, si c’est un retrait annuel ou mensuel, s’il y a fractionnement du revenu au fédéral, etc. De plus, la fiscalité n’est pas prise en considération (impôt sur le revenu si le retrait est fait d’un compte REER ou d’un compte non enregistré, programmes sociaux, etc.). Un autre élément qui n’est pas inclus dans cet exemple est les rentes de l’état. En effet, les rentes de l’état (PSV/RRQ) vont augmenter les revenus à partir de 60-65-70 ans. Il sera ainsi possible de décaisser plus d’argent des placements dans la cinquantaine et moins d’argent lorsque les rentes de l’état vont commencer.

Finalement, même si le rendement historique moyen des marchés boursiers est 7 %, le rendement annuel ne sera pas stable. Il y a des marchés haussiers (« Bull Market ») et des marchés baissiers (« Bear Market »). En d’autres mots, il y aura des années dont le rendement sera de 20 % et d’autres dont le rendement sera de -15 %. Bref, il y a un risque que la rente diminue lors d’un marché baissé.

Cela dit, le but était de montrer un scénario de retraite avec un taux de retrait sécuritaire de 4 % sur un portefeuille d’un million de dollars en plus de monter que le capital de départ ne s’épuisera pas.

Scénario B – Une retraite avec un million de dollars et une rente indexée à 3 %

Voici un scénario similaire au précédent, sauf que le retrait initial de 4 % sera ensuite indexé avec un taux de 3 % (un peu plus que le taux d’inflation visé de 2 % par la Banque du Canada). Le reste des variables sont les mêmes : portefeuille net de 1 000 000 $, retraite à partir de 2020, retrait initial de 40 000 $ (1 000 000 $ x 4 %), rendement espéré de 7 % (moyenne historique des marchés boursiers). Mais, avec une rente indexée, le retrait annuel augmentera, peu importe si les marchés sont à la hausse ou à la baisse. C’est un avantage, mais aussi un risque!

Voici le calcul, sur 30 ans :

Année Rente indexée (3 %) Rendement Portefeuille
20201 000 000 $
202040 000 $67 200 $1 027 200 $
202141 200 $69 020 $1 055 020 $
202242 436 $70 881 $1 083 465 $
202343 709 $72 783 $1 112 539 $
202445 020 $74 726 $1 142 245 $
202546 371 $76 711 $1 172 585 $
202647 762 $78 738 $1 203 560 $
202749 195 $80 806 $1 235 171 $
202850 671 $82 915 $1 267 415 $
202952 191 $85 066 $1 300 290 $
203053 757 $87 257 $1 333 791 $
204072 244 $111 259 $1 700 676 $
205097 090 $137 706 $2 104 928 $

Dans ce deuxième scénario de retraite avec un million de dollars, l’inflation est prise en considération, peu importe les rendements des placements à la bourse.

L’exemple est aussi simpliste que le précédent et ne tient pas compte de plusieurs variables (état matrimonial, fiscalité, rentes de l’état, impôt, etc.).

Mais, encore une fois, on remarque que le capital de départ ne s’épuise jamais, bien que le retrait annuel soit indexé à 3 %. Par contre, il y a un risque dans la séquence des décaissements. Par exemple, s’il y a une crise économique et que les placements en bourse fondent, la personne fait quand même un retrait indexé. Non seulement ce retrait coûte plus cher (car ils sont vendus à une valeur inférieure), mais en plus cela aura un impact sur la performance du portefeuille à long terme et le risque que le capital s’épuise à long terme.

Il existe des simulateurs de retraite pour comprendre les probabilités d’épuisement d’un portefeuille de retraite, comme celui de Engaging Data ou FIRECalc.

Scénario C – Une retraite avec un demi-million de dollars et un taux de retrait de 4 %

Maintenant, prenons l’exemple d’une personne frugale qui a des dépenses annuelles de 20 000 $ et qui elle aussi a pris sa retraite au début de l’année (2020). Cette personne a donc accumulé un portefeuille net de 500 000 $ (20 000 $ x 25) pour ainsi le même rythme de vie à la retraite.

Voici le calcul, sur 30 ans :

Année Retrait annuel (4 %) Rendement Portefeuille
2020500 000 $
202020 000 $33 600 $513 600 $
202120 544 $34 514 $527 570 $
202221 103 $35 453 $541 920 $
202321 677 $36 417 $556 660 $
202422 266 $37 408 $571 801 $
202522 872 $38 425 $587 354 $
202623 494 $39 470 $603 330 $
202724 133 $40 544 $619 741 $
202824 790 $41 647 $636 598 $
202925 464 $42 779 $653 913 $
203026 157 $43 943 $671 700 $
204034 208 $57 470 $878 467 $
205044 738 $75 160 $1 148 882 $

Ce scénario est similaire au scénario A. Le taux de retrait étant de 4 % chaque année, le retrait annuel augmentera légèrement si le rendement espéré de 7 % (moyenne historique des marchés boursiers) est atteint. Par contre, si le rendement espéré n’est pas atteint (ex. : crise économique), alors le retrait annuel diminuera.

Cela dit, le but était de montrer un scénario de retraite avec un demi-million de dollars et un taux de retrait sécuritaire de 4 %.

Scénario D – Une retraite avec un demi-million de dollars et une rente indexée à 3 %

Voici un scénario similaire au précédent (scénario C), sauf que le retrait initial de 4 % sera ensuite indexé avec un taux de 3 %. Le reste des variables sont les mêmes : portefeuille net de 500 000 $, retraite à partir de 2020, retrait initial de 20 000 $ (500 000 $ x 4 %), taux d’indexation de 3 %, rendement moyen de 7 %, etc. Avec une rente indexée, le retrait annuel augmentera, peu importe si les marchés sont à la hausse ou à la baisse.

Voici le calcul, sur 30 ans :

Année Rente indexée (3 %) Rendement Portefeuille
2020500 000 $
202020 000 $33 600 $513 600 $
202120 600 $34 510 $527 510 $
202221 218 $35 440 $541 732 $
202321 855 $36 391 $556 269 $
202422 510 $37 363 $571 122 $
202523 185 $38 356 $586 292 $
202623 881 $39 369 $601 780 $
202724 597 $40 403 $617 585 $
202825 335 $41 458 $633 708 $
202926 095 $42 533 $650 145 $
203026 878 $43 629 $666 895 $
204036 122 $55 630 $850 338 $
205048 545 $68 853 $1 052 464 $

Tout comme le scénario B, l’inflation est prise en considération, peu importe les rendements des placements à la bourse. On remarque ici aussi que le capital de départ ne s’épuise jamais, bien que le retrait annuel soit indexé à 3 %. Par contre, il y a un risque dans la séquence des décaissements. Par exemple, s’il y a une crise économique et que les placements en bourse fondent, la personne fait quand même un retrait indexé. Non seulement ce retrait coûte plus cher (car ils sont vendus à une valeur inférieure), mais en plus cela aura un impact sur la performance du portefeuille à long terme et le risque que le capital s’épuise à long terme.

Conclusion

Peu importe que vous utilisiez la règle du 70 % ou la règle du 4 %, ce qui est important est de ne pas attendre pour commencer à planifier sa retraite. C’est certain que c’est beaucoup plus intéressant de montrer votre nouvelle voiture à vos amis que de leur expliquer combien vous avez épargné dans votre REER l’année dernière 😛

Il n’y a pas de chiffre magique. Pour certaines personnes, un demi-million de dollars en investissement est suffisant pour maintenant le même rythme de vie à la retraite. Pour d’autres, il faut un million de dollars. Le montant nécessaire à la retraite dépend de vos besoins/valeurs et de votre style de vie. Mais, plus vous attendez avant d’épargner pour la retraite, plus votre taux d’épargne devra être élevé pour rattraper le manque.

Il est temps de prendre en main vos finances personnelles. Commencez par définir votre objectif et votre plan de retraite. Voici le mien : Plan pour atteindre l’indépendance financière et retraite anticipée à 40 ans.

Finalement, n’hésitez pas à prendre rendez-vous avec votre conseiller financier pour discuter de vos objectifs.

Et vous, combien avez-vous besoin pour atteindre l’indépendance financière et prendre votre retraite?

*****

Obtenez une prime en argent de 10 $ en ouvrant un compte Wealthsimple Trade (plateforme de courtage sans frais) avec le code de référence « SSMJWA ».

Obtenez une prime en argent de 50 $ en ouvrant un compte d’épargne Tangerine avec la clé orange « 33660633S1 ».

Merci de vous abonner à @retraite101 sur Facebook et Instagram et de partager cet article avec vos amis. De plus, abonnez-vous à mon blog pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Êtes-vous à la recherche d’un conseiller financier compétent? Voici un guide qui vous explique comment choisir un bon conseiller financier.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Par retraite101

Je suis un Québécois de 34 ans qui travaille de 9 à 5 dans un cubicule. Je fais partie de la « rat race ». Mais, j’ai comme objectif d'atteindre l'indépendance financière et retraite précoce (FIRE) à 40 ans!

31 réponses sur « À quoi ressemble une retraite avec un million de dollars? »

Salut R101,
Ton scénario D semble contenir un coquille : « retraite à partir de 2020, retrait initial de 40 000 $ (1 000 000 $ x 4 %) », ne devrait-il pas être plutôt « retrait initial de 20 000 $ (500 000 $ x 4 %) » ?

Je suis tombé hier sur cet article qui parle du créateur de la règle du 4% (Bengen) et qui la revise plutôt à 5% : https://www.marketwatch.com/story/the-inventor-of-the-4-rule-just-changed-it-11603380557. De quoi susciter de vives discussions dans la communauté FIRE! 😉

Je connais les simulateur de retraite gouvernementaux du Canda (https://www.canada.ca/fr/services/prestations/pensionspubliques/rpc/calculatrice-revenu-retraite.html) et du Québec (https://www.rrq.gouv.qc.ca/fr/services/services_en_ligne/planification/Pages/simulation.aspx). Aurais-tu d’autres simulateurs ou calculatrices à recommander?

Merci encore pour cet article.

Bonjour ptsigane,

Effectivement, c’était une coquille. C’est maintenant corrigé. Merci 🙂

Oh… je n’avais pas vu cet article. Je vais aller le lire à l’instant. Je pense que ça va créer beaucoup de discussions/débats.

Pour les simulateurs FIRE, je recommande les suivants :
https://engaging-data.com/fire-calculator/
https://www.firecalc.com/
https://www.firethefamily.com/fire-calculator

Pour un simulateur de retraite spécifique au Québec (incluant PSV et RRQ), je recommande celui-ci :
https://planifretraite.ca/

Au plaisir,
R101

C’est drôle car j’ai moi aussi vu l’article du MarketWatch sur les 25 ans de l’inventeur de la règle du 4% …

… de mon côté, peut-être par paresse, je n’ai pas vu le portefeuille de William Bengen. Était-ce un portefeuille balancé, un portefeuille 100% actions du S&P500 ? Donc je ne prend pas de chance, je vise $1 million en action, $1 million en obligation et $1 million dans un portefeuille équilibré. Je vous en reparlerai dans 30 ans 🙂

Surtout que dans mon cas… je n’ai pas de voiture, pas le câble ni autre abonnement. Je vais travailler à pieds au bureau où les déjeuners et les lunchs sont payés. Je sors de temps à autres avec des clients dans d’excellents restaurants donc rien ne sort de mes poches. Avec un condo payé, je viens de passer l’année avec moins de $4,000 de dépenses (après les dépenses obligatoires du condo, taxes, assurances, etc.). Autrement dit … la retraite va me coûter cher !!! Je viens bien vivre avec la règle du 4%, mais pour celle du 70% on oubli, ce sera du 300% dans mon cas !!!

Bonjour millionnaire invisible,

Le portefeuille initial était 60 % d’actions américaines et 40 % d’obligations américaines. Mais l’étude a été mise à jour avec plusieurs allocations d’actifs (100 % actions, 75/25, 50/50, 25/75 et 100 % obligations) : https://fourpillarfreedom.com/the-trinity-study-updated-for-2018/

Mais, vous ne serez pas dans le trouble avec 3 millions de dollars, peu importe l’allocation d’actifs choisis, surtout avec votre niveau de dépenses très bas 😉

Au plaisir,
R101

Wow! Excellente vulgarisation! Lorsqu’on me demande combien j’ai d’argent pour être libre financièrement depuis 3 ans, je réponds maintenant « un million ». Les questions s’arrêtent là. Je vais partager ton article sur FB, même si seulement 3 personnes vont y porter attention… à moins que je ne mette une photo de plage avec ;o). Sérieux, les gens ne s’intéressent pas à leurs finances et beaucoup pourraient arrêter de courir au travail comme des poules pas de tête mais ils ne le savent même pas car on (exclut la personne qui parle ;o) leur a dit que la retraite, c’est à 65 ans, point barre. Encore hier, un jeune de 25 ans m’a dit qu’il ne savait pas qu’on pouvait retirer ses REER avant 65 ans alors il n’en prend pas… mettons qu’on a eu une longue discussion.

Bonjour Gabrielle,

C’est une bonne réponse (1M$). Les gens arrêtent de poser des questions… 😉

Effectivement, les gens ne s’intéressent pas à leurs finances personnelles. C’est fou! Je ne comprends pas cela. Le pire est qu’il est possible de garder cela tellement simple. Par exemple, optimise les 3 postes de dépenses les plus importants du budget (habitation, transport, alimentation) et investit la différence dans un simple FNB de répartition d’actifs comme XGRO. Juste cela ferait toute une différence dans la vie des gens…

Merci pour le partage,
R101

Non, je ne t’oublie pas 😛
J’ai mentionné les deux autres calculateurs dans le texte parce qu’ils ont des simulations de Monte-Carlo. Par contre, le tien s’applique à la réalité québécoise et canadienne (REER, RREGOP, RRQ, PSV…), ce qui est beaucoup plus pratique pour nous! 😉

Bonjour Michel,

Effectivement, le diable est dans les détails. Je n’ai pas ajouté ces détails dans l’article (comme aucun autre détail d’ailleurs), sinon l’article serait devenu tellement compliqué. Déjà que c’est un article 2 à 3 fois plus long que mes articles habituels…

En passant, la majorité des jeunes retraités (FIRE) vont avoir décaissé tout leur REER avant 71 ans, alors ils n’auront pas à faire face aux contraintes du FERR. Sinon, il est possible de faire le retrait minimum et d’envoyer l’argent dans le CELI, si l’argent n’était pas nécessaire pour couvrir les dépenses…

Pour les intéressés, voici un tableau qui résume les retraits minimums d’un FERR à partir de 71 ans :
https://www.cqff.com/tableaux_utiles/tab_retraitferr.pdf

Au plaisir,
R101

Dans le cas du FERR, le montant minimum à retirer qui est imposé par l’état n’est pas nécessairement un taux de retrait pour le retraité. Il n’y a aucune obligation de le dépenser. La différence entre le retrait FERR et les dépenses réelles peut simplement être réinvestie dans un CELI par exemple, ce qui ramène le taux de retrait effectif selon ce que le retraité souhaite réellement dépenser.
Bien sûr, le retrait Feer est imposable, mais ça demeure minime pour un retraité avec un capital modeste.

Wow! Article vraiment complet! Mes dépenses sont de 30 000$ par année. Mon chiffre FIRE serait donc de 750 000$. Cependant, j’ai toujours rêvé d’être millionnaire depuis que je suis toute petite, alors c’est ce que je vise. De toute façon, en participant au RREGOP, si je veux la partie employeur du fond de pension, je dois travailler jusqu’à 55 ans…j’ai cependant lu que j’avais le droit de travailler minimum 2 jours semaine à partir de 50 ans si je certifie que je prends ma retraite à 55 ans. Je trouve ça chien pour l’employeur par exemple, mais bon si c’est possible… À 49 ans je pourrais prendre une année sabbatique pour voyager avec mes enfants qui seront rendus majeurs. On verra ce que l’avenir nous réserve!

Bonjour Framboise bleue,

Merci pour le feedback 🙂 Moi aussi, mes dépenses annuelles sont de 30k$, alors j’ai le même objectif de 750k$ 😉 Je serai donc millionnaire en actif net, avec un portefeuille net de 750k$.

Où avez-vous lu cela? (« j’ai cependant lu que j’avais le droit de travailler minimum 2 jours semaine à partir de 50 ans si je certifie que je prends ma retraite à 55 ans ») Ça m’intrigue…

Merci et bonne soirée,
R101

Le congé que vous parlez est celui de mi-retraite. Je le trouve peu intéressant car vous avez l’obligation de prendre votre retraite à une date déterminée comme vous dites.
Étant actuellement en pré-retraite, nous sommes sur le programme PVRTT (programme réduction volontaire du temps travail). Vous conservez 100 % de votre ancienneté, expérience, fond de pension et assurances collectives.. en travaillant le % que vous souhaitez ! C’est beaucoup plus intéressant.

@Framboise bleue
Je ne comprends pas votre commentaire sur la portion employeur. En tant que participant au RREGOP, la portion employeur vous est acquise peu importe votre âge. Si vous prenez une retraite par exemple à 45 ans, vous aurez 2 options :
1) Optez pour la valeur de transfert du régime (ce qui inclus votre part employeur.. donc c’est la valeur actualisée de la rente acquise qui sera transférée en CRI)
2) Optez pour une rente différée

Par contre, si vous souhaitez avoir une pleine rente, il faudra atteindre vos facteurs. Par contre, la portion employeur n’est jamais perdu..?

Sauf erreur, pour le rregop, quelqu’un qui démissionne de son travail avant 55 ans aura deux choix à faire.

1-) Attendre jusqu’à 65 ans et obtenir la rente accumulée au moment de la démission sans pénalité et avec indexation jusque-là.

Ou

2-) Transférer le régime dans un CRI. Et c’est là que ça devient intéressant, l’ex-employé obtiendra le plus élevé de ce qui suit:

a-) Le total des cotisations de l’employé seulement avec les intérêts accumulés jusque-là. Donc pas de cotisation de l’employeur.

Ou

b-) La valeur actualisée de la rente qui serait versée à 65 ans. S’il y a une différence avec a-) (et c’est probablement presque tout le temps le cas), on peut considérer la valeur supplémentaire comme étant la cotisation de l’employeur.

C’est complexe et c’est pour cela aussi que beaucoup de gens croient que les employés au gouvernement sont blindés et très chanceux. Ce qu’ils ne comprennent pas sont les inconvénients et ça devient un peu plus évident quand on s’y intéresse dans un contexte de retraite précoce. En fait ils paient une très grosse part de leur fond de pension et s’ils se retirent tôt ils n’obtiennent qu’une fraction de leur due, soit leur cotisation seulement dans le pire scénario. Si on considère la part de l’employeur comme une somme due, ils peuvent la perdre selon l’option choisie et les rendements du marché. Ils ne peuvent laisser d’héritage à leurs enfants avec cette rente puisqu’elle cesse au décès du prestataire ou du conjoint.

Retraite 101, 30 000$ de dépense et ça inclue mon hypothèque et des petites vacances, alors je suis pas mal certaine que je n’aurai pas de problème à ne pas le dépasser à la retraite.
Voici ici l’information que j’ai apprise sur le départ progressif pour les membres du RREGOP : https://www.retraitequebec.gouv.qc.ca/fr/publications/rrsp/rregop/Pages/rregop.aspx#le-depart-progressif
@jean-Philippe Joncas…je devrais appeler directement au RREGOP, mais je croyais que si je partais avant 55 ans ou 35 ans de service, la partie employeur n’était pas versée…moi et mon conjoint avons toujours cru cela! Si vous dites qu’on ne la perd pas, je suis agréablement surprise 🙂 J’appellerai pour avoir l’heure juste à ce sujet. Merci beaucoup!

@Framboise bleue.
L’explication de Frank est plus complète, j’étais trop lâche pour tout taper. Ah ah.
Retraite Québec (anciennement la CARRA) qui administre le régime peut vous calculer la valeur de transfert. En fonction de vos années et tout, vous pourriez être rendu à 150-250 000 de cotisations probablement? Vous pourriez donc avoir une valeur de transfert de 700 à 800k. Mais demandez le calcul, vous serez fixée.. La valeur de la part d’employeur sera la différence entre la valeur de transfert et ce que vous y avez mis + intérêts (disponible sur votre relevé annuel). En fait, vous êtes probablement déjà millionnaire sur papier.

Dans le contexte actuel et pour les prochaines années, je n’ai JAMAIS vu l’application du minimum (cotisations + intérêts), car la valeur de transfert est toujours très importante.. la raison est la baisse des taux d’intérêts qui fait baisser énormément le taux d’actualisation. En fait, cela peut être de très bonnes années pour tirer sur la valeur de transfert avec des taux au plancher. Il suffit de bien calculer le tout.

Simplement pour compléter ce que Jean-Philippe explique, si la valeur de transfert de la rente actualisée est élevée, il est possible qu’il y ait une somme excédentaire aux limites fiscales. Autrement dit, la part de l’employeur pourrait dépasser la valeur des cotisations jugées acceptables par les autorités fiscales par un employeur. Cette limite représente la part théorique de l’employeur comme s’il s’agissait d’un régime à cotisations déterminées au lieu du rregop à prestations déterminées.

Ce faisant, le montant jugé excédentaire serait imposable dans l’année du paiement du transfert vers un CRI. Donc espace Réer suffisant à prévoir ou la facture fiscale pourrait être salée!

En somme beaucoup de facteurs et il ne semble pas y avoir de réponse évidente. Il est donc important de connaître la valeur du transfert avant d’arrêter son choix et encore là, ce ne sera pas clair et limpide. Choisir la rente à 65 ans ou le transfert vers un CRI c’est un peu comme avoir à choisir entre l’œuf ou l’enveloppe…

Merci à Frank, Jean-Philippe Joncas et Framboise bleue pour toutes ces informations à propos de RREGOP. Je dois avouer que j’ai appris beaucoup de choses en lisant vos commentaires. Je croyais moi-aussi que ma femme allait perdre les cotisations de l’employeur étant donné qu’elle va prendre une retraite anticipée avec moi à ~40 ans. Merci!!! 🙂

Salut Le Jeune Retraité,

Effectivement, la fiscalité est l’éléphant dans la pièce. C’est beaucoup plus difficile de planifier la stratégie de décaissement que la stratégie d’accumulation. Mais ça, tu le sais déjà 🙂 Je n’ai pas inclus d’informations détaillées dans cet article (je suis resté dans le « général »), car je pourrais écrire un article complet, voire un blogue complet, juste sur la fiscalité. C’est un sujet tellement vaste. Mais cet article ou ce blogue devra être écrit par quelqu’un d’autre, car la fiscalité n’est pas ma plus grande force 😛

Au plaisir,
R101

Je ne suis pas d’accord que c’est plus difficile de planifier la stratégie de décaissement que d’accumulation. Je vais dire que la stratégie d’accumulation est mieux documentée pour tout ce qui est de base (REER, CELI, etc). Et disons que la stratégie de décaissement est peu documentée. Par contre, il existe des méthodes d’accumulation beaucoup plus.. sophistiquées, en utilisant en grande partie la fiscalité.

Pour ce qui est du RREGOP, comparativement à d’autres régimes, la valeur de transfert accumulée n’est pas inscrite sur le relevé.. Pourquoi? Mystère !

Bon point! Je suis d’accord que les stratégies de décaissement sont beaucoup moins documentées que les stratégies d’accumulation. C’est probablement pour cette raison que je pense que la fiscalité est plus « pointue » (importante) lors du décaissement. J’en connais tellement du point de vue « accumulation » par rapport au point de vue « décaissement » que j’ai l’impression que la stratégie de décaissement est plus difficile…

En effet, le décaissement est pour moi aussi une zone d’ombre. On décaisse du CÉLI ou du REER en premier, ou des deux en même temps? Quand est-ce qu’on devrait commencer les pensions gouvernementales (60, 65 ou 70 ans)? Combien mettre de côté pour éviter le risque de la séquence des rendements au début de la retraite? J’ai plein de questions! 🙂

C’est effectivement beaucoup de questions importantes auxquelles ils font réfléchir. Pour la plupart de ces questions, c’est du cas par cas, ce qui rend l’exercice encore plus difficile.

Voici des réponses rapides à ces questions, qui s’appliquent à ma propre situation bien entendu:
– On décaisse du CÉLI ou du REER en premier, ou des deux en même temps? REER en premier, CELI en dernier.
– Quand est-ce qu’on devrait commencer les pensions gouvernementales (60, 65 ou 70 ans)? Le plus tard possible (70 ans), pour bénéficier de la bonification.
– Combien mettre de côté pour éviter le risque de la séquence des rendements au début de la retraite? 2 ans.

Bonne réflexion.
R101

Vos tableaux sont intéressants, mais optimistes. Est-ce moi qui suis pessimiste ? À vous de juger.

J’ai calculé le rendement du Dow Jones depuis 1900. En date du 2020-09-18, il avait augmenté de 5,56 % par année depuis 120 ans. C’est ce que j’appelle son rendement annuel cumulatif (RAC). Durant la même période, le coût de la vie augmentait, en moyenne, d’à peu près 3 % par année. Grosso modo, on parle d’un enrichissement d’environ 2,5 % par année. C’est normal.

J’ai calculé son RAC sur une période de 35 ans depuis 1950. Le 2020-09-18, son RAC était de 9,13 %. C’est beaucoup plus élevé que le RAC sur 120 ans. Depuis 1985, le coût de la vie a augmenté, en moyenne, d’à peu près 2,2 % par année. Grosso modo, on parle d’un enrichissement de près de 7 % par année. C’est anormalement élevé.

Quand on boursicote prudemment, on devrait s’attendre à des rendements supérieurs de 2 % à 3 % au coût de la vie. À long terme, le coût de la vie tourne autour de 3 %. Au total, des rendements bruts entre 5 % et 6 %. Votre 7 % (brut) me semble optimiste. Les 35 dernières années ont été exceptionnelles. Il est probable que l’inflation augmentera bientôt, que les taux d’intérêts augmenteront et que les rendements boursiers diminueront.

Si je prend votre tableau B, mais avec un RAC de 5 % (au lieu de votre 7 %), j’ai tout dépensé au bout de 34 ans. Si ma rente a commencé à 65 ans, pas de problème… Mais si elle a débuté à 45 ans, le capital a disparu à 80 ans…

Si je prend votre tableau B, mais avec un RAC de 6 % (au lieu de votre 7 %), j’ai tout dépensé au bout de 43 ans. Si ma rente a commencé à 60 ans, pas de problème… Mais si elle a débuté à 45 ans, le capital a disparu à 89 ans…

Évidemment, mes calculs ne tiennent pas compte d’autres revenus : revenus de loyers, revenus de pensions publiques ou privées, hypothèque inversée, héritages, etc.

Bonjour plangloi,

Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire 🙂

En réalité, j’ai voulu expliquer la règle de 4 % avec des exemples concrets. On parle d’une règle générale que l’on peut appliquer par la suite avec sa situation personnelle. On peut ainsi choisir ses propres chiffres (dépenses annuelles, taux de retrait désiré, taux d’indexation de la rente, etc.) et hypothèses (inflation, taux de rendement à la retraite, etc.).

Pour ce qui est de l’hypothèse de rendement, je pense qu’il est préférable d’utiliser un autre indice boursier que le Dow Jones Industrial Average (DJIA). Même si ce dernier est le plus vieil indice boursier du monde, il n’est plus représentatif. L’indice comprend seulement 30 entreprises américaines. Comme la règle de 4 % (Trinity Study) se base sur le rendement aux États-Unis, j’utiliserais plutôt l’indice S&P 500 (500 plus grandes entreprises cotées sur les bourses aux États-Unis) voire l’indice Russell 3000 (indice boursier pondéré en fonction de la capitalisation qui représente l’ensemble du marché boursier américain (98 % du marché américain) avec les 3000 plus grandes entreprises cotées).

Merci pour votre contribution et vos explications.

Au plaisir d’échanger avec vous 🙂
R101

Laissez un commentaire...