Bilan financier des « conservateurs »

ARTICLE INVITÉ – Voici le bilan financier des « conservateurs ». Ce bilan comporte beaucoup d’informations, car le couple a accepté de partager généreusement leurs situations personnelles (âges, enfants, loisirs …) et professionnelles/financières (études, emplois, revenus, taux d’épargne, objectifs financiers …). Si vous êtes seulement intéressé par le bilan financier (actifs / passifs / actif net), ne vous sentez pas coupable de sauter des sections du texte ou d’aller directement au bilan financier. Mais, sincèrement, je pense que tout le texte vaut la peine d’être lu! Sur ce, bonne lecture. 😉

Note : Tous les articles de la série « Parcours FI » sont disponibles dans la section du blogue qui porte ce nom (ici).

*****

Bilan financier des « conservateurs »
Bilan financier des « conservateurs »

Mise en situation

Les conservateurs – Ma conjointe et moi avons 37 ans et nous sommes mariés. Nous avons 2 enfants qui sont âgés de 6 ans et 8 ans et nous habitons dans la région de la Mauricie/Centre-du-Québec. Nous avons tous les deux étudié en administration des affaires. Je travaille dans une grande organisation depuis ma sortie des études. J’ai gravi les échelons depuis mes débuts et je suis gestionnaire depuis quelques mois (télétravail facilite maintenant les promotions sans avoir à être mobile). Ma conjointe a pris la décision de ne pas travailler dans son domaine d’études et elle a travaillé à temps partiel jusqu’en 2020, année où elle a débuté dans le domaine de l’enseignement.

Avant 2020, année où j’ai commencé à lire le blogue de Retraite 101, je n’avais jamais calculé notre valeur nette ou notre taux d’épargne. Je voulais avoir un salaire plus élevé afin de rembourser mon hypothèque le plus rapidement possible (mon seul objectif financier) pour avoir une liberté de choix. Je n’avais pas d’objectif de retraite ou préretraite.

Salaires

J’ai comptabilisé nos salaires nets depuis 2009. J’utilise le salaire net (argent qui est déposé dans notre compte) plutôt que le salaire brut étant donné la fiscalité qui fait en sorte qu’un couple ayant un salaire brut de 60 000 $ chacun recevra moins d’argent qu’un couple avec un salaire brut de 100 000 $ et 20 000 $ à cause des taux d’imposition différents.

J’ai également ajouté les allocations familiales reçues afin de calculer réellement notre coût de vie. En discutant avec plusieurs personnes, la majorité n’incluait pas cette donnée dans leurs calculs, ce qui leur a fait constater qu’ils dépensaient beaucoup plus qu’ils ne le croyaient. À titre informatif, entre 2015 et 2021, nos allocations familiales annuelles maximales ont été de 7207 $ et les allocations minimales ont été de 2873 $.

Le salaire net de ma conjointe a augmenté de 15 000 $ en 2020. Je reçois une bonification annuelle selon mon rendement et celui de mon organisation, ce qui explique différentes variations, dont celle de 2020 où j’ai reçu environ 15 000 $ net de plus que « normalement ». Suite à ma promotion, mon salaire net augmentera d’un peu plus de 10 000 $ en 2022 vs 2021.

Nous cotisons à un fonds de pension et notre employeur cotise également. J’ai ajouté une colonne contributions employé et employeur au tableau puisque le tout fait partie de notre rémunération. Les contributions au fonds de pension sont déjà déduites de notre salaire net.

Tableau des salaires nets combinés et contributions aux fonds de pensions
Année Salaires nets combinés et allocations familiales Contributions fonds de pension
200944 987 $5 033 $
201047 610 $10 373 $
201150 662 $11 872 $
201262 262 $16 583 $
201365 264 $18 766 $
201469 929 $21 634 $
201586 300 $22 187 $
201699 434 $21 791 $
201799 407 $23 078 $
2018116 192 $24 824 $
2019118 118 $28 809 $
2020147 735 $45 868 $
2021132 705 $54 827 $
Tableau des salaires nets combinés et contributions aux fonds de pensions des « conservateurs »
Pourquoi mon salaire brut a triplé en 12 ans

Mon salaire brut a plus que triplé depuis 2009. Il ne s’agit pas d’un hasard ou de chance. C’est le résultat de ce qui suit :

  • Attitude positive dans les bons et les moins bons moments, passion de mon domaine d’activités, formation continue et coaching.
  • Je n’ai pas compté mes heures de travail/formations entre 23 et 30 ans. Nos premières années dans le monde du travail sont très importantes pour notre développement (même principe que le rendement boursier avec le rendement composé selon moi). Depuis le début de la trentaine, je travaille en moyenne 35-40 heures par semaine et j’ai une belle qualité de vie, mais j’ai dû faire mon nom et mes apprentissages à une vitesse « grand V » durant la vingtaine.
  • Efforts à développer mon réseau de contacts. Ce dernier est primordial et il me facilite la vie.
  • Accepter de sortir de ma zone de confort en changeant de postes et de responsabilités. Mes diverses expériences de travail font de moi une personne plus versatile et améliorent mon employabilité.

Coût de vie et budget

J’ai réussi à compiler les données depuis 2015 à partir de relevés de comptes et placements, mais la réalité est que je fais ces calculs depuis 2020 seulement. C’est la lecture de différents blogues, dont principalement celui de Retraite 101, et la lecture du livre Liberté 45 qui m’ont donné le goût de faire cet exercice afin de voir où est-ce que je me situais.

Coût de vie

Avant 2018, les dépenses d’intérêts (pas le capital) de notre prêt hypothécaire se retrouvaient dans notre coût de vie. Depuis 2018, nous n’avons plus d’hypothèque de maison. Les revenus et les dépenses des immeubles locatifs ne se retrouvent pas dans le coût de vie ni dans les économies.

Année Coût de vie réel Économies sans fonds de pension
201552 286 $34 014 $
201658 949 $40 485 $
201759 361 $40 046 $
2018 *** 53 507 $62 685 $
201964 004 $54 114 $
202068 807 $78 928 $
202171 990 $60 715 $
Tableau du coût de vie réel des « conservateurs »

*** Aucun voyage en 2018, mais 2 voyages en 2019 (début et fin d’année)

Budget annuel

Depuis l’arrivée de mon 2e enfant, je fais un budget annuel pour me donner une idée d’où nous allons. La réalité est qu’en cours d’année, nous nous soucions peu du budget et nous n’avons jamais compilé nos dépenses. Il s’agit d’un estimé, mais j’ai tout de même l’impression que le tout a un impact sur nos décisions et c’est pourquoi je continue l’exercice. Par exemple, si nous décidons de payer un voyage plus dispendieux, il est possible que nous mangions moins souvent au restaurant par la suite.

Poste de dépenses Budget type 2021 Budget type 2015
Épicerie11 700 $9 880 $
Assurances auto et maison2 350 $1 870 $
Électricité2 275 $2 275 $
Télécommunication1 800 $1 200 $
École / garderie / activités enfants12 300 $8 320 $
Linge3 000 $2 000 $
Sports3 500 $1 500 $
Taxes (3000 $), entretien maison et ameublement5 800 $5 800 $
Intérêts prêt maison0 $4 500 $
Restaurants et sorties5 200 $3 900 $
Voyages / hôtels / chalet / camping10 000 $5 000 $
Automobile (paiements, essence, etc)13 000 $4 200 $
Autres (ex: cadeaux)2 500 $1 500 $
Total73 425 $51 945 $
Tableau du budget annuel des « conservateurs »

*** Principale différence entre budget et dépenses réelles en 2021 est le coût des voyages qui a été moindre en réalité

Pourquoi faire le comparatif

De faire le comparatif entre notre budget de 2015 et aujourd’hui nous a fait constater que nous dépensons beaucoup. Nous étions conscients que nous avions augmenté nos dépenses par choix (éducation des enfants, voyages, nouvelle voiture, etc.), mais nous ne nous étions jamais arrêtés à faire un comparatif, ce qui nous a amené à avoir des discussions par rapport à notre budget. Il est clair et déjà entendu entre nous que si nous changions d’emploi et réduisions notre salaire, nous devrions réduire certaines dépenses et nous vivons bien avec cela. Nous pourrions facilement couper 30 000 $ de dépenses en remplaçant la voiture neuve par une voiture usagée sans paiement (se terminent dans 18 mois), en envoyant nos enfants à l’école publique, en modifiant nos types de voyages et en coupant des sorties au restaurant.

L’important est d’avoir une marge de manœuvre qui ne nous condamnera pas à avoir des salaires élevés et continuer dans un emploi qui ne nous plairait pas afin de supporter un niveau de vie trop élevé avec d’importantes dépenses fixes.

Placements et investissements

2010 à 2018

Ma plus grande erreur au niveau de la bourse aura été de ne pas avoir fait confiance au marché boursier de 2010 à 2018. Durant ces années, j’étais convaincu qu’en remboursant mon hypothèque (qui avait un taux de plus ou moins 3,75 %) je serais gagnant. Au cours de ces années, j’ai utilisé mes REER afin de maximiser les remboursements d’impôts et les allocations familiales, mais mes REER étaient placés dans des épargnes à terme. 100 % de mes économies (autres que REER) allaient pour le remboursement de mon hypothèque plutôt que dans nos CELI et autres placements. Je me disais que j’allais entrer en bourse lorsque la bulle éclaterait puisque j’avais toujours l’impression que nous revivrions le scénario de 2008-2009.

 J’ai récemment calculé que si je n’avais pas fait de remboursements accélérés et anticipés sur mon hypothèque au cours de ces années et que j’aurais plutôt placé cet argent dans un CELI et en épargne non enregistrée (pour ce qui annuellement dépassait le CELI) avec les rendements annuels moyens 50/50 du TSX et du S&P500, la valeur nette d’impôt de ces placements auraient été de 284 886 $ avec une dette restante de 166 452 $, ce qui vient confirmer que j’ai perdu un rendement de 118 434 $ pour avoir une tranquillité d’esprit de ne pas avoir d’hypothèque (cette tranquillité aura été dispendieuse!).

2019

À partir de 2019, je me suis résigné à « faire confiance » au marché boursier. En 2019, tous mes placements étaient faits avec un planificateur financier qui plaçait le tout dans des fonds.

2020

Au début 2020 après avoir reçu mes relevés de placements et constaté les frais importants qui m’étaient chargés pour les fonds communs de placements, j’ai pris la décision de tout transférer chez Disnat afin de pouvoir gérer mes placements via des FNB. Le manque de temps m’aura vraiment porté chance puisque je n’avais pas eu le temps de réinvestir les sommes qui avaient été transférées dans mon compte avant que le marché financier s’écroule en février et en mars.

Malgré le fait que depuis 10 ans je me disais que lorsque le marché s’écroulerait, je rentrerais « all-in » dans le marché en utilisant l’effet de levier sur ma maison, je n’ai pas eu le courage de le faire à ce moment.

J’ai acheté un FNB (XEQT) et un fonds (FID1298) à différents moments de l’année suite à la correction et j’ai fait d’excellents rendements de 54 % (+35 000 $) pour mes REER et de 65 % (+14 500 $) pour mon CELI. Toutefois, nous n’avions que 22 000 $ dans notre CELI. Je conservais mon encaisse pour un projet immobilier qui devait se concrétiser à l’automne. Comme le projet a été plus petit que prévu, j’ai redéployé en décembre 2020 mes liquidités (80 000 $) dans mon CELI et celui de ma conjointe.

2021

Au début 2021, après avoir fait ma cotisation annuelle à mon CELI, j’ai modifié la pondération de mon portefeuille en remplaçant les placements dans mon fonds (était surpondéré en technologie à ce moment) par un FNB relié au pétrole (XEG). Je voulais rattraper le retard des dernières années et j’avais l’impression que le pétrole avait été « trop pénalisé ». En date du 29-12-2021, le rendement de mon CELI était de 38,6 % (+ 30 024 $) pour l’année.

Pour 2021, mon REER a été principalement investi dans XEQT pour un rendement total de 22,9 % (+ 23 402 $).

Ma conjointe, de nature plus conservatrice que moi, a choisi de placer son CELI avec un planificateur financier dans un fonds plus conservateur qui lui a donné un rendement de 15,2 % (6064 $) en 2021. Au cours du mois de décembre 2021, nous avons remis un montant de 36 500 $ dans son CELI afin qu’il soit maximisé. Ce montant provient de nos économies.

Pour la prochaine année, je modifierai assurément la pondération de mon portefeuille, mais je n’ai pas encore choisi ce que je ferai.

REEE

Nous cotisons le maximum (2500 $/an) par enfant depuis leur naissance. En date d’aujourd’hui, la valeur des REEE était de 62 796 $ pour des cotisations totales de 40 000 $ (+30 % subvention du gouvernement). Tout comme les autres investissements boursiers, nous avons mis du temps investir les REEE à la bourse, ce qui explique le faible rendement depuis le départ.

Investissement immobilier

De prime abord, je n’avais jamais prévu investir dans l’immobilier locatif étant donné les histoires d’horreur que nous entendions par rapport aux locataires. En 2018, après avoir entièrement payé mon hypothèque de maison, mon encaisse avait augmenté considérablement et je me questionnais où investir ce montant (je ne faisais toujours pas confiance à la bourse à ce moment).

Un ami, agent immobilier, m’a présenté un projet (duplex usagé avec terrain excédentaire) pour lequel il était certain que valeur était sous-évaluée. Pour la première fois de ma vie, j’ai donc pris un risque d’investissement (à ce moment, je n’avais pas d’argent à la bourse). Le duplex a été payé 130 725 $ en 2018 et en février 2019, j’ai vendu la partie excédentaire du terrain avec un profit net d’impôt de 10 500 $.

Puis, compte tenu de l’état du duplex pour lequel des rénovations majeures devaient être effectuées à court terme et du fait que je n’étais pas intéressé à faire ou à gérer ces rénovations, j’ai pris la décision de vendre le duplex au début 2020. Au total, ce projet immobilier (incluant le terrain) m’a rapporté un montant de 59 000 $ net d’impôt.

« Rénoviction »

J’aurais certainement pu faire plus d’argent avec cet immeuble en l’optimisant. Le potentiel de revenus était plus élevé, mais je n’ai pas voulu embarquer dans le processus de « rénoviction ». Je ne me voyais pas « mettre dehors » 2 couples de personnes âgées qui restaient dans l’immeuble depuis une vingtaine d’années. Suite à cette expérience, j’ai tiré 2 conclusions par rapport à l’investissement immobilier. 1- Mon prochain achat sera un immeuble récent puisque je déteste les rénovations (manque de temps et d’intérêts). 2- Je ne ferai jamais de « rénoviction » puisque ça ne fait pas partie de mes valeurs.

En novembre 2020, suite à différentes recherches via Kijiji, LesPacs, Marketplace, j’ai trouvé l’opportunité d’acheter un duplex récent (payé 11,5 fois les revenus). Puis, au printemps 2021, j’ai acheté un triplex récent (payé 12,5 fois les revenus). J’ai récemment reçu une offre pour les 2 immeubles qui m’aurait fait encaisser un profit net d’impôt de 101 000 $ (pour une mise de fonds totale de 29 000 $ en novembre 2020 et 26 000 $ en avril 2021). Comme je souhaite continuer à diversifier mes investissements et que j’ai de bons locataires, j’ai décidé de conserver mes immeubles.

Pour la mise de fonds des immeubles, je n’ai pas utilisé la SCHL étant donné le coût. J’ai plutôt opté pour payer les immeubles comptant (avec marge de crédit hypothécaire et liquidités). J’ai financé quelque temps après à mon institution financière grâce à un rapport d’évaluation qui confirmait une valeur marchande plus élevée, donc une mise de fonds moindre.

Compte non enregistré

J’ai signé une promesse d’achat pour un projet immobilier qui aura lieu en 2022. Ce projet me demandera une mise de fonds assez importante (entre 75 000 $ et 100 000 $). Afin de ne pas sortir de placements pour cette mise de fonds et afin d’avoir accès un taux d’intérêt qui m’avait été réservé au printemps 2021, j’ai décidé de débourser immédiatement mon prêt pour lequel je m’étais fait réserver un taux d’intérêt très intéressant (en date d’aujourd’hui, pour le même terme, le taux serait 0,90 % supérieur). Le prêt a été déboursé en utilisant l’hypothèque de ma maison.

Au printemps 2022, je refinancerai mes immeubles locatifs (j’ai un rapport d’évaluation marchande confirmant leur augmentation de valeur, mais mon institution financière exigeait un minimum de 12 mois entre mon financement initial et mon refinancement) afin de remplacer la garantie sur le prêt actuel. Le solde de mon prêt de maison sera de nouveau à 0 $.

Ce placement a été fait dans un fonds très conservateur puisque les liquidités seront assurément utilisées.

Terre agricole

J’aimerais vous dire que nous sommes des génies d’avoir pensé à investir dans une terre agricole, mais ce n’est pas le cas. La réalité est qu’en 2009, nous avons acheté une terre agricole (dont une partie est construisible) au prix de 50 000 $ (toutes nos économies puisque nous n’aimions pas les dettes ni la bourse) dans le but d’y déménager un jour.

Nous avons finalement changé de projet et nous nous sommes construits plus près de notre lieu de travail il y a quelques années puisque ceci était plus pratique pour notre famille. Nous avons conservé cette terre au cas où nous voudrions y déménager un jour et en pensant que ce type de placement est sûr à travers les années (nous n’aurions jamais pensé qu’il aurait augmenté à ce rythme).

En date d’aujourd’hui, grâce à l’explosion des prix, la valeur de cette terre nette d’impôt est de 425 000 $ (nous avons eu des offres d’agriculteurs confirmant cette valeur). Cette terre pourrait nous servir d’effet de levier pour d’autres projets au besoin. Pour l’instant, nous n’avons pas l’intention de la vendre puisqu’il est toujours possible que nous y déménagions lors du départ de nos enfants.

Cette terre est cultivée et entretenue par un agriculteur pour conserver sa valeur. Nous ne tirons pas de revenus pour l’instant puisque nous avons fait un échange de service avec ce dernier (il a nivelé et drainé la terre) en échange d’une gratuité de location durant quelques années pour compenser ces dépenses.

Bilan financier des « conservateurs »

Vous retrouverez ci-dessous notre bilan à la fin 2021.

BILAN CONJOINTDÉCEMBRE 2021EXPLICATIONS
ACTIFS  
Encaisse43 175 $Note 1
Compte non enregistré76 022 $
CELI198 744 $
REEE (cotisation)40 000 $
REER128 075 $
CRCD6 551 $
Valeur rachat fonds pension316 449 $Note 2
Valeur maison310 077 $Note 3
Valeur nette automobile14 000 $Note 4
Immobilier locatif683 637 $Note 5
Terres agricoles425 000 $Note 6
TOTAL ACTIFS2 241 730 $
 PASSIFS 
Cartes de crédit6 331 $
Prêt maison73 681 $
Prêt immobilier locatif582 637 $
TOTAL PASSIFS 662 649 $
ACTIF NET1 579 080 $
Bilan financier des « conservateurs »
Explications du bilan financier des « conservateurs »

Voici les explications de notre bilan financier :

  • Note 1 : Niveau d’encaisse demeure élevé. 17 000 $ conservé pour les REEE et les versements du CELI au début janvier et la différence pour la mise de fonds pour projet immobilier.
  • Note 2 : Valeur de rachat selon rapport 2020 + estimation de l’augmentation pour 2021 (même augmentation que 2020 même si cotisations supérieures).
  • Note 3 : La valeur de notre maison est au coût. La valeur marchande est certainement plus élevée, mais je ne la change pas puisque je ne prévois pas monnayer notre maison dans les 10 prochaines années. Pourrait servir d’effet de levier, mais nous sommes plus ou moins confortables avec cette idée.
  • Note 4 : Concessionnaire nous a offert de racheter notre automobile en location. Comme nous savons sa valeur de rachat vs la location restante, nous avons pu ajuster le prix pour 2021.
  • Note 5 : Valeur nette d’impôt (considéré taux imposition de 25 % (50 % de 50 %) sur gain en capital) selon la dernière offre reçue. Nous avons des rapports d’évaluation marchande avec une valeur marchande légèrement plus élevée qui viennent confirmer que la valeur est réaliste.
  • Note 6 : Valeur nette d’impôt (25 % sur gain en capital) de la terre agricole.

Évolution annuelle de notre actif net conjoint

Voici le tableau de l’évolution annuelle de notre actif net conjoint de décembre 2014 à décembre 2021. La dernière colonne de ce tableau correspond au rendement de nos actifs (augmentations valeur terre agricole, immobilier locatif et placements). Pour arriver à ce résultat, nous avons déduit de la variation de notre valeur nette, le montant de nos économies annuelles (tableau à la section Coût de vie et budget) et des contributions à notre fonds de pension (tableau à la section Salaires). Bref, en 2020 et 2021, les rendements sur nos actifs nous ont rapporté plus que nos salaires combinés, ce qui est de bon augure pour le futur.

Année Valeur nette Variation Variation provenant du rendement de nos actifs
2014372 303 $  
2015459 323 $87 020 $30 819 $
2016552 808 $93 485 $31 209 $
2017638 354 $85 546 $22 422 $
2018780 065 $141 711 $54 202 $
2019930 695 $150 630 $67 707 $
20201 245 160 $314 465 $189 669 $
20211 579 080 $333 920 $218 378 $
Tableau de l’évolution annuelle de l’actif net conjoint des « conservateurs »

Objectifs financiers

Comme je voulais estimer quelle serait notre situation financière lorsque nous aurons 45 ans, j’ai produit ce tableau de calcul.

Mes hypothèses de calculs ont été les suivantes :

  • Nous continuerons à cotiser au même rythme à notre fonds de pension et l’employeur fera de même pour des cotisations totales de 57 629 $ par année.
  • Nous continuerons d’économiser au moins 55 000 $ par année (60 000 $ moins 5 000 $ en REEE que nous laisserons à nos enfants)
  • Notre CELI, REER, fonds de pension et autres placements généreront un rendement de 3 % net d’impôt et net d’inflation annuellement
  • Les valeurs dans ce tableau représentent la valeur future de nos placements (encaisse, non enregistrés, CELI, REER, fonds de pension et immobilier locatif net) dans 8 ans (à nos 45 ans) selon notre contribution annuelle. Pour nos 37 ans, il s’agit de notre valeur en date d’aujourd’hui avec un rendement de 3 % pendant 8 ans. Exemple du calcul pour 38 ans : (55 000 + 57 629) X 1,03^7.
Estimation de nos placements à 45 ans
Âge Valeur placements boursiers, fonds de pension et immobilier locatif
37 1 000 754 $
38 138 519 $
39 134 485 $
40 130 568 $
41 126 765 $
42 123 073 $
43 119 489 $
44 116 008 $
45 112 629 $
Valeur future 2 002 289 $
Tableau de l’estimation de nos placements à 45 ans

Bref, compte tenu de ces hypothèques réalistes, à la fin de nos 45 ans, nous aurons une valeur de placements d’environ 2 000 000 $ (en valeur d’aujourd’hui puisque l’inflation a été soustrait des rendements), ce qui devrait être suffisant afin de maintenir notre rythme de vie. 100 % des REEE seront remis aux enfants. Notre maison et notre terre agricole seront libres de dettes et ils nous donneront une marge de manœuvre. Ma nouvelle augmentation de salaire (+/- 10 000 $ net) et mes contributions supplémentaires à mon fonds de pension (+/-4 000 $ par année pour moi et mon employeur) nous donneront une marge de manœuvre supplémentaire.

Forces et faiblesses

Voici un résumé des forces et des faiblesses de notre parcours selon moi.

Faiblesses
  • Profil d’investisseur très conservateur qui nous a fait perdre beaucoup de rendement au cours des années (rendements boursiers non maximisés, investissement immobilier non optimisé par manque de volonté et pertes de rendement potentielles sur terre agricole puisqu’actif avec forte valeur n’étant pas utilisé pour générer revenus supplémentaires).
  • Augmentation « non nécessaire » de notre coût de vie à travers les années. Même si mathématiquement, il est facile de cibler les endroits où nous pouvons couper, il pourrait être difficile de faire le « deuil » de ces gâteries.
  • Manque de discipline pour le réinvestissement boursier (devrait investir plus régulièrement plutôt que d’investir d’importants montants 1 ou 2 fois par année).
Forces
  • Croissance des revenus d’emploi à travers les années qui nous permettent d’augmenter nos épargnes malgré notre rythme de vie qui croit. Je me réalise dans mon emploi, j’apprécie mes collègues et mon employeur, ce qui me permet de continuer à bien performer. Bien que ma situation financière me permettrait de prendre une préretraite et/ou diminuer mon salaire, il est très possible que je continue de travailler dans la même organisation après mes 45 ans si j’y suis toujours heureux.
  • Diversification des types de placements qui permettent de réduire le risque.
  • Je respecte mon profil d’investisseur conservateur avec un faible niveau d’endettement sur notre maison et notre terre agricole. Nous pouvons donc bien dormir en nous disant que peu importe ce qui arrivera avec les rendements boursiers ou immobiliers locatifs, personne ne pourra nous les enlever.

Conclusion

En conclusion, il y a de nombreuses façons d’atteindre nos objectifs et chacun rencontrera ses propres défis. Notre parcours n’est pas parfait, mais l’important est qu’il nous représente et qu’il a été fait dans le respect de nos valeurs. Je vous encourage à faire le même exercice que je viens de faire. Vous en apprendrez beaucoup sur vous, ce qui vous permettra d’amoindrir votre sentiment de culpabilité sur les erreurs de votre parcours et vous permettra de vous ajuster au besoin.

*****

Note – Retraite101

J’espère que vous avez apprécié la transparence et les informations détaillées des « conservateurs ».

Si vous êtes intéressé à partager (anonymement) votre bilan financier et montrer votre approche pour atteindre l’indépendance financière, n’hésitez pas à me contacter en privé! Je pense qu’il serait intéressant pour la communauté FIRE de montrer toutes ses différentes approches! 😉 Si vous n’avez pas de bilan financier, vous pouvez utiliser mon gabarit Excel (disponible gratuitement ici).

*****

Merci de vous abonner à @retraite101 sur Facebook et Instagram et de partager cet article avec vos amis. De plus, abonnez-vous à mon blogue pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Achat de cryptomonnaie – Ouvrez un compte avec Newton et obtenez une prime en argent de 25 $ lorsque vous déposez et achetez 100 $ ou plus de cryptos (code de référence : CS6WFY).

Gagnez des intérêts avec vos cryptosOuvrez un compte avec Celsius Network et obtenez 50 $ en Bitcoin (BTC) lorsque vous déposez 400 $ ou plus de cryptos (code de référence : 178245049f). (Important : le code de référence doit être entré manuellement sur la version pour ordinateur de Celsius)

Offre Wealthsimple – Ouvrez un compte d’investissement avec Wealthsimple Trade et obtenez une prime en argent d’environ 50 $ (l’équivalent de deux actions gratuites de AC) avec un dépôt initial de seulement 1 $; Obtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Placements Wealthsimple (robot-conseiller).

Au plaisir d’échanger avec vous.

Par Retraite 101

Blogueur québécois qui a atteint CoastFIRE à 35 ans et qui a pris sa retraite du 9@5 pour devenir papa à la maison !

6 commentaires

  1. Bravo !

    Une chose me chicote beaucoup :
    « Nous continuerons à cotiser au même rythme à notre fonds de pension et l’employeur fera de même pour des cotisations totales de 57 629 $ par année. »

    Ça me semble vraiment élevé et supérieur à 18% (max REER), non ?

    1. Bonjour, vous avez une bonne question. Les limites de cotisation aux fonds de pension sont différentes que celles du REER pour le maximum par année. Si nous devions faire transférer notre fonds de pension dans un CRI, nous aurions par contre beaucoup d’impôts à payer (valeur du fonds de pension vs maximum transférable dans le CRI). C’est d’ailleurs pourquoi nous avons arrêté de cotiser à notre REER (surplus des cotisations inutilisées servira pour diminuer l’impôt à payer lors du transfert de notre fonds de pension si nous prenons une retraite précoce). Le montant des cotisations est cumulatif à 2 et notre salaire brut sur lequel les cotisations sont prises est également élevé.

    2. Bonjour Simon,

      « Mr Conservateur » a bien répondu à votre question. Mais, je tiens seulement à préciser que les plafonds pour les régimes de retraite à CD et PD sont déterminés par le gouvernement fédéral et il se trouvent ici : https://www.canada.ca/fr/agence-revenu/services/impot/administrateurs-regimes-enregistres/fesp/plafonds-cd-reer-rpdb-celi-mgap.html

      Ainsi, pour l’année 2021, ce plafond était de 29 210 $. Pour l’année 2022, il est de 30 780 $. Dans le cas des « Conservateurs », ils sont un couple, alors il faut multiplier ce plafond par 2 (i.e. 61 560 $ pour 2022).

      Bonne semaine,
      R101

  2. Félicitations ! Depuis 10 ans, j ai rarement vu des immeubles a logements récents a moins de 16* les revenus sur la rive sud de Montréal. Ça me donne le goût de déménager dans votre région!

    1. Bonjour Rousselet,

      Effectivement, c’est un point qui a été mentionné souvent dans la publication sur Facebook. Je pense qu’on est plusieurs à être « jaloux » du prix (en nombre de fois les revenus) des immeubles locatifs dans sa région… 🙂

      Bonne semaine et au plaisir.
      R101

    2. Et dire que lorsque mes parents avaient acheté leux plex au début des années 70, le ratio recommandé était de 8 fois les revenus (max)! Il faut dire que les taux hypothécaires étaient entre 2 et 3 fois plus élevés…

      C’est tout de même étonnant qu’un ratio à 16 soit considéré comme une aubaine!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.