Pourquoi je ne cotise PAS aux CELI et REEE au début de 2022 ?

Il y a quelques jours, j’ai reçu une excellente question sur ma page Facebook. Je tenais à répondre à cette question publiquement en guise de transparence. Cette question était : « Puisque tu ne travailles plus, où prenez-vous l’argent pour cotiser vos 6k en CELI et 5k en REEE pour 2022? Est-ce que ça vient tout de ta conjointe ou tu penses faire des transferts de ton compte non enregistré ou crypto? »

Pourquoi je ne cotise PAS aux CELI et REEE au début de 2022 ?
Pourquoi je ne cotise PAS aux CELI et REEE au début de 2022 ?

Pour répondre à cette question, je vais faire un bref retour en arrière et expliquer :

  1. Nos « anciennes » habitudes d’épargne;
  2. Notre plan « initial » d’épargne pour 2022;
  3. Notre plan « final » d’épargne pour 2022;
  4. Les éléments qui pourront faire changer notre plan.

Bref retour en arrière

Pour ceux qui ne sont pas au courant, j’ai pris ma retraite du 9@5 en mai 2021 (source). Cette décision faisait partie d’un grand projet familial. Nous avons entre autres décidé de déménager dans le Grand Nord du Québec. Je m’occupe des enfants à temps plein (papa à la maison) et ma femme a trouvé un emploi comme infirmière dans la petite communauté que nous habitons.

Ainsi, je n’ai plus de revenus d’emploi. Ma femme, quant à elle, gagne assez d’argent pour couvrir nos dépenses familiales annuelles (« CoastFIRE ») et continuer d’épargner / d’investir dans certains comptes (notamment les CELI et le REEE).

Avec tous ces changements, nos épargnes pour 2022 et les années futures seront très différente…

Nos habitudes d’épargne

Au cours des dernières années, nous avions l’habitude d’épargner une grosse somme d’argent à l’automne pour ainsi maximiser nos CELI et REEE dès le 1er janvier de l’année suivante. Par exemple, à l’automne 2020, nous avions épargné 11k$ dans notre compte-chèques et cet argent a été utilisé dès le 1er janvier 2021 pour faire une cotisation CELI de 6k$ et une cotisation de 5k$ dans le REEE familial.

L’année 2022 sera donc très différente!

Tout d’abord, nous n’avons pas épargné le montant nécessaire pour faire cette « méga » cotisation du 1er janvier. Ensuite, parce que les revenus de ma femme nous permettent de couvrir nos dépenses familiales, en plus d’un petit surplus. Ce surplus pourrait être utilisé pour faire des cotisations mensuelles à nos CELI et REEE… (« Dollar-Cost Averaging vs Lump Sum Investing »)

Notre plan « initial » d’épargne (CELI / REEE) pour 2022

Initialement, je pensais décaisser 17k$ de mes placements non enregistrés en janvier 2022. Puis, utiliser cette somme pour maximiser les deux CELI (2 x 6k$) et le REEE familial (5k$).

Mais, finalement, je vais attendre un peu…

Je dois réfléchir à nos déclarations d’impôts de l’année 2021, car l’année 2021 a été tellement différente des dernières années. Pour vous donner une idée, j’ai eu un emploi de janvier à mai 2021. Ma femme a eu des revenus du RQAP du janvier à mai 2021, puis des revenus d’emploi de juin à décembre 2021. Ensuite, j’ai eu des revenus de travailleur autonome (pour ce blogue) sans retenues à la source ($$$). Par la suite, j’ai décaissé 10k$ de mes placements non enregistrés en 2021 pour investir plus « agressivement » en cryptomonnaies. Ainsi, je vais devoir payer de l’impôt sur le gain en capital pour la vente de ces placements non enregistrés…

Finalement, on va avoir accès à des crédits d’impôt dont on n’avait jamais eu accès avant (ex. : « déductions pour les habitants de régions éloignées » vu que nous habitons en région nordique). De plus, bien qu’on ne compte pas sur les allocations familiales pour boucler notre budget, ces dernières vont changer en 2022 (augmenter ou diminuer? Je n’ai pas encore fait les calculs…).

Bref, notre situation est tellement différente de ce qu’elle était avant et j’ai « peur » d’avoir une facture fiscale au printemps… 🙁

Notre plan « final » d’épargne (CELI / REEE) pour 2022

Avec cette situation, nous avons finalement décidé d’épargner le surplus des revenus de ma femme dans un compte d’épargne en attendant de faire nos déclarations d’impôts. Eh oui, le « bon vieux compte d’épargne » qui perd de l’argent contre l’inflation! 🙁

Lorsque nos déclarations d’impôts seront complétées et que nous aurons une meilleure idée de notre situation financière/fiscale, nous allons élaborer notre plan final d’épargne pour l’année 2022.

Comme je mentionnais précédemment, nous allons probablement utiliser le surplus des revenus de ma femme pour faire des cotisations mensuelles à nos CELI et REEE (du mois d’avril à décembre).

Autrement, si nous avons droit à un remboursement d’impôt, ce montant ira directement dans les CELI et/ou REEE. Ce n’est pas une surprise… 😛

Les éléments qui pourront faire changer notre plan

Il y a 3 éléments qui pourrait faire changer notre plan pour 2022.

Premièrement, il y a les déclarations d’impôts que je mentionnais précédemment. Par exemple, si nous avons un remboursement de 1000 $, cet argent ira directement en épargne et réduira ainsi notre « effort d’épargne » pour 2022. Mais, si nous avons à rembourser une somme de 2000 $, alors nous devrons utiliser le surplus des revenus de ma femme pour rembourser cette somme aux gouvernements. 🙁

Deuxièmement, je vais peut-être recevoir une somme d’argent de mon ancien employeur. Eh oui! Pour faire une histoire courte, avec mon ancien emploi, j’avais un salaire annuel et un bonus annuel. Bien que mon bonus annuel pouvait varier d’une année à l’autre, ce dernier représentait environ le tier de ma rémunération globale dans les 3-4 dernières années. Bref, je suis en discussion avec les RH (depuis plusieurs mois 😛 ) pour recevoir ce bonus annuel, au prorata des mois que j’ai travaillé en 2021 (5,5 mois sur 12). Ce n’est pas encore confirmé… Si je reçois une somme d’argent, cela nous aidera dans notre plan d’épargne pour 2022.

Troisièmement, j’ai reçu un beau cadeau de Noël de mes parents (Merci papa et maman 🙂 … qui connaissent maintenant l’existence de mon blogue! 🙂 ). Je n’ai rien à acheter, alors je n’ai pas dépensé cet argent. J’hésite encore entre 1) garder la somme d’argent dans un compte d’épargne jusqu’à ce que nos déclarations d’impôts soient complétées ou 2) l’envoyer dans le compte REEE des enfants.

À suivre… 🙂

Voilà! Vous savez maintenant les raisons pour lesquelles je ne cotise PAS aux comptes CELI et REEE en ce début d’année 2022.

Et vous, quel est votre plan d’épargne pour l’année 2022?

Abonnements et réseaux sociaux

Merci de vous abonner à @retraite101 sur les réseaux sociaux et de partager cet article avec vos amis.

Vous pouvez aussi devenir supporteur de Retraite 101 sur Facebook (Fans) ou Buy me a coffee (Membership et dons ponctuels).

Infolettre

Meilleures offres et promotions

KOHO – Récompenses sur les achats, épargne sur le solde (1,20%) et Bonus de 20$
KOHO – Récompenses sur les achats, épargne sur le solde (1,2%) et bonus de 20$Lire mon évaluation ici
   
Qtrade – Offre promotionnelle de 50 transactions gratuites (une valeur d'environ 500$)
Qtrade – Offre promotionnelle de 50 transactions gratuites (une valeur d’environ 500$) ✅ Lire mon évaluation ici
   
Wealthsimple Trade – Courtage sans commissions et bonus de 50$
Wealthsimple Trade – Courtage sans commissions et bonus de 50$ (Code SSMJWA)Lire mon évaluation ici
   
VirgoCX – Achat de 50+ cryptomonnaies, frais de transaction très bas et bonus de 30$
VirgoCX – Achat de 50+ cryptomonnaies, frais de transaction très bas et bonus de 30$Lire mon évaluation ici

Par Retraite 101

Blogueur québécois qui a atteint CoastFIRE à 35 ans et qui a pris sa retraite du 9@5 pour devenir papa à la maison !

19 commentaires

    1. Bonjour Martin,

      Effectivement, la gestion des impôts peut devenir compliqué à gérer, surtout dans une situation de travailleur salarié (quelques mois durant l’année 2021) et travailleur autonome (à temps partiel). C’est « drôle », car Pierre-Yves McSween en parlait justement dans sa chronique de Paul Arcand hier matin (L’anxiété fiscale: « On est responsable de notre impôt comme citoyen » – McSween — 98.5 Montréal).

      Bonne semaine,
      R101

  1. Voici une sous-question d’autant plus intéressante que la question initiale (la question a été posée/répondue sur Facebook (ici), mais je fais un copier-coller pour ceux qui ne suivent pas ma page Facebook).

    Question :

    « Bonjour Retraite 101!
    Je note que vous anticipez une possible facture fiscale pour 2021. J’avais la réflexion suivante : tes déductions à la source effectuées par ton employeur de janvier à mai étaient-elles basées sur ton taux effectif anticipé pour des revenus de 5 mois de travail uniquement? Sinon il y a probablement un bon retour qui s’en vient de ce côté! »

    Réponse :

    Excellent commentaire ! 🙂 En fait, j’anticipe une facture fiscale pour l’ensemble de la famille. Mais, individuellement, voici les détails…

    1- Les déductions à la source de mon ancien emploi (janvier à mai) et de celui de ma femme (juin à décembre) étaient calculées sur l’année complète. Ainsi, nous allons chacun avoir un remboursement de ce côté-là.

    2- Je vais avoir une facture fiscale importante de mon côté… J’anticipe que cette dernière sera supérieure au remboursement d’impôt de mon ancien emploi (point 1). Cette facture fiscale vient de 2 éléments :
    2.1- Les revenus de mon blogue sans retenues à la source (je vais publier un article à ce sujet la semaine prochaine, mais ces revenus totalisent ~17k$ donc possiblement 6-8k$ à payer en impôts).
    2.2- L’impôt à payer sur le gain en capital de la vente de placements non enregistrés pour un montant de 10k$, dont le gain représente environ 45%. Le gain en capital est 4500$, donc 2250$ de gains « imposables » et possiblement 800-1100$ d’impôt à payer.

    Cependant, j’ai une perte en capital reportée de l’année 2020 d’un montant de 2000$, alors le gain en capital (point 2.2) devrait s’annuler (en majeure partie). 🙂

    C’est vraiment l’impôt sur les revenus de mon blogue (point 2.1) qui me fait « peur »… 🙁

    1. Bonjour à vous,
      Pour la facture d’impôt, je suggère de faire une simulation et/ou valider avec un comptable ou regarder les courbes de Claude Laferrière (CQFF). Pourquoi ne pas prendre des REER pour diminuer ou effacer cette facture d’impôt et en même temps augmenter vos crédits d’impôts, allocations pour enfants etc. ? Une simulation pourrait en dire beaucoup!
      Bon succès.

      1. Bonjour Dow Jones,

        C’est une excellente suggestion. Je n’ai pas (encore) procédé ainsi, par manque de temps… 🙁

        Certains diront que j’aurais pu faire cela (faire une simulation ou consulter un professionnel) au lieu d’écrire des articles sur mon blogue… Et ils ont raisons! 😛

        Pour le REER, c’est une bonne idée pour ceux qui sont toujours en phase d’accumulation.
        Dans notre cas (« CoastFIRE »), c’est différent… Si on ne génère pas assez de revenus pour maximiser les CELI/REEE, on en a encore moins pour le REER. Mais, après tout, c’est ça l’objectif du « CoastFIRE » 🙂 (avoir juste assez de revenus pour couvrir ses dépenses annuels). Ceci étant dit, on a quand même pour objectif de générer un peu plus de revenus pour être capable de continuer d’investir dans les CELI et le REEE des enfants. 🙂

        Au plaisir,
        R101

  2. Bon plan. Moi aussi je suis en région éloignée (Nunavik). Chaque année je priorise le REER à cause des bénéfices taxables qui viennent avec mon emploi (ex: taxes sur les billets d’avion pour se rendre à Montréal).

    J’ai une petite question. Quel est votre opinion sur la REEGOP? Je me demande s’il est plus avantageux de garder ce régime de pension et de l’utiliser à l’âge normal de la retraite ou bien de demander le montant quand on quitte la fonction publique et de le transférer dans l’épargne personnelle.

    Merci!

    1. Bonjour Marc,

      Dans notre cas, c’est l’employeur qui paie pour les billets d’avion. Pour être honnête, je pensais que c’était de même pour les autres employeurs du Nord-du-Québec (Eeyou Istchee Baie-James, Nunavik …). Ça doit vous coûter TRÈS cher… 🙁

      Pour répondre à la question sur le RREGOP, je pense que ça dépend de chaque personne. J’en parlais récemment avec un autre abonné du blogue. C’était intéressant, car on avait des opinions différentes et des stratégies différentes pour l’utilisation du RREGOP dans la planification de la retraite. Je vais retrouver le lien pour éviter de me répéter et je vous reviens.

      Edit : C’était dans la zone « commentaire » de cet article : https://retraite101.com/bilan-2021-notre-actif-net-a-augmente-de-223k/ (discussion entre moi (Retraite101) et Retraite911 🙂 ).

      Au plaisir.
      R101

  3. Chez nous aussi, ma conjointe et moi jouons plus prudemment nos cartes en ce début d’année, en attendant de voir les déclarations et ce qui arrivera en 2022.

    L’année dernière fut très variée en sources de revenus (la majorité sans déductions à la source), donc nous sommes très timides sur les nouveaux investissements, avant le verdict du fisc.

    De plus, ce sera ma première année (2022), sans T4. Donc il y aura cette autocotisation, ou provision, à faire en plus, en anticipation à la déclaration d’avril 2023.

    1. Bonjour Antoine,

      C’est bien de jouer de prudence avec tous ces changements (salarié vs travailleur autonome). 🙂 Encore plus dans un cas avec des revenus sans retenues à la source!

      Pour les acomptes provisionnels, je ne suis pas (encore) certain s’ils seront obligatoires pour moi, considérant le niveau de revenus du blogue. À suivre…

      Au plaisir,
      R101

  4. Pour notre part, nous avons un enfant handicapé et je veux aller chercher la grosse subvention en REEI alors nous nous efforçons d’abaisser nos revenus imposable fédéral sous le seuil de l’année en cours. On parle d’environ 103 000$ de salaire du ménage. Ainsi, on effectue une cotisation de 1500$, et il y a une subvention 3500$). Ma stratégie d’épargne hebdomadaire est basée sur ce principe. Nous avons donc un bon montant d’argent en retour d’impôt et nous le réinjectons en REEE et CELI. La roue fût difficile à démarrer mais maintenant elle a son élan. Nous avons un prêt levier (Marge atout de la maison) qui nous a permis de cotiser au maximum à nos CELI en 2020, nos dettes se résument à cet emprunt. Ce fut un très bon mouvement car cet emprunt me coûtera 3000$ en intérêt me rapportera dans le CELI plus de 10 000$. Nous avons reçus certains montants du gouvernement pour notre enfant en 2020 et c’est allé aussi dans le CELI. Pour l’instant, on cotise systématiquement à seulement un CELI par an et selon nos liquidités dans l’autre. Nous avons cette stratégie sur 3 ans. En 2024, je pourrai réemprunter pour rattraper mon arriérage de CELI, s’il y en a un, à suivre!

    1. Bonjour Simone,

      Bienvenue sur mon blogue et merci de briser la glace avec ce premier commentaire! 🙂

      Je pense que vous avez une très bonne stratégie. Dans votre situation (enfant handicapé), le REEI est effectivement le compte le plus important à maximiser (à mon avis). Mais, pour maximiser la subvention, il faut effectivement baisser vos revenus imposables. Le REER est un bon outil.

      Pour le prêt levier en 2020, disons que c’était difficile d’avoir un meilleur « timing » que celui-là! Bien joué 🙂

      Au plaisir d’échanger avec vous.
      R101

  5. Bonjour R101. Je suis impressionnée par la transparence. Honnêtement chapeau. Je veux te poser deux questions, et si elles sont indiscrètes, juste fais « IGNORE »:)
    1-Pour la question de Bonus et négociation avec HR. Comment tu te prends? Je risque de me trouver dans une situation semblable. Nos bonus sont donnés en avril et HR a mis dans le contrat que la personne pour en bénéficier doit être encore à l’emploi de la compagnie. As-tu des tuyaux pour la négociation surtout que départ était volontaire de ma part?
    2-Pour la question deux. Ma compréhension si on démissionne et notre conjoint part travailler à l’emploi, on a droit à une assurance emploi complète. Je crois c’est votre cas. Pourquoi ne l’avoir pas demandée?
    Encore une fois, j’apprécie ta franchise

    1. Bonjour Noor,

      Ce sont deux excellentes questions et je n’y vois pas de problèmes d’y répondre. 🙂

      1- À mon ancien emploi, les bonus annuels étaient donnés au mois de janvier (fin janvier). Le bonus représente entre autre la performance individuelle de l’année précédente, mais ce dernier n’est (n’était) jamais garantie ET il est (était) à la discrétion du directeur du département. Cependant, il y a une règle qui dit que la rémunération globale (salaire de base + bonus) ne peut jamais être inférieure une année comparativement à l’année précédente. C’est sur cette règle précise que je « joue mes cartes ». Certes, j’ai quitté volontairement mon emploi, mais j’avais une « attente de rémunération » globale (« justifiée »?) au prorata du nombre de mois travaillés selon cette règle. Certains diront que je suis avare. Peut-être… Mais, si mon bonus annuel représentait (exemple) 1000-5000 $, je n’aurais pas fait de demande aux R.H. Car, au prorata du nombre de mois travaillés et le temps perdu au téléphone/courriel, est-ce que ça vaut vraiment la peine? Mais, dans mon cas, mon bonus annuel représentait le tiers de ma rémunération globale. Ainsi, je pense que ça vaut la peine (d’essayer) de négocier. Les R.H. n’ont pas refusés ma demande. Ça prouve qu’il y a place à négociation. De plus, il y a peut-être des aspects légaux que je ne comprends pas… Est-ce qu’ils ont « peur » que je les poursuive? Sinon, j’imagine qu’ils auraient refusés ma demande sur le champs… Bref, je pense que ça va se régler d’ici la fin du mois. À suivre… 🙂

      2- Je ne l’ai pas demandé, car… Je n’étais pas au courant !!! 🙁 Je vais faire quelques recherches…

      Edit : Est-ce que tu parles de la clause « 6.5.3 Nécessité d’accompagner un conjoint, un conjoint de fait ou un enfant à charge vers un autre lieu de résidence » dans le « Guide de la détermination de l’admissibilité Chapitre 6 – Section 5 » de L’assurance-emploi? (source : https://www.canada.ca/fr/emploi-developpement-social/programmes/assurance-emploi/ae-liste/rapports/guide/ch-6/circonstances-mentionnees-dans-la-loi.html#a6_5_3 )

      Au plaisir,
      R101

      1. Merci R101 pour tes réponses. Pour le bonus, indépendamment du montant, je suis du principe à essayer de l’avoir. J’avais quitté en Janvier, les bonus se donnaient en Mars…
        Oui pour l’assurance emploi, n’a compréhension on a droit si on démissionne parce que notre conjoint déménage pour une raison de travail. Si j’étais toi, je les appellerai, on côtise pendant des années, moi je pense que c’est notre droit..
        Merci d’avoir pris le temps de répondre

        1. Je suis d’accord avec ce principe! 🙂

          PS – Je pense que tu as plus de chances que moi, compte tenu du nombre de mois travaillés (dans les 12 mois précédent la distribution du bonus annuel) 🙂

          On se tient au courant!

  6. Bonjour,

    Petite question parallèle sans être directement en lien avec l’article, avez-vous déjà évalué la possibilité d’augmenter vos cotisations REEE au delà du 2500$ annuel afin de profiter du rendement à l’abri de l’impôt et d’un certain « fractionnement » de revenu lors des retraits et de l’imposition dans les mains des enfants? Bref je parle de cotiser au REEE dans une année, plus que le 2 500$, afin de combler la différence entre le 37 500 (15*2500$) et le 50 000$ max de cotisation permis au REEE. On répète ça jusqu’à ce que le 12 500$ (50 000-37500) soit atteint.

    Je parle évidemment de cette stratégie lorsque tous les comptes enregistrés sont maximisés (REER, CELI, REEE). Au moment du retrait on reprend le capital investi, l’impôt sur les rendements va dans le rapport d’impôt de l’enfant et ensuite on utilise le reste un peu comme on veut…

    Merci!

    1. Bonjour Jeff,

      Oui, j’y ai déjà pensé… mais je n’ai jamais procédé à des calculs ! 🙁

      Effectivement, quand tous les comptes enregistrés sont maximisés et qu’on a encore une marge de manœuvre pour épargner, on fait face à un « beau » dilemme. 🙂

      Quel véhicule d’épargne / d’investissement est le plus avantageux à LONG TERME selon ses besoins / objectifs financiers. Par exemple, à court terme, il y a plusieurs options intéressantes : CRCD, FTQ hors-REER, Fondaction hors-REER, actions accréditives, etc. Ces derniers donnent droits à des crédits d’impôts importants à l’année #1. Sinon, il y a aussi le compte personnel non enregistré, les cryptomonnaies, la terre (terrains, terres à bois, terres agricoles etc.). Mais, quant est-il à long terme, lorsqu’on inclus rendement et fiscalité?

      Maximiser le REEE au delà des subventions gouvernementales (i.e. jusqu’au plafond à vie de 50k$/enfant) est certainement une option intéressante à long terme pour le rendement à l’abris de l’impôt (jusqu’au décaissement) et la fiscalité (impôts à payer sur le rendement et les subventions, au nom de l’enfant et selon les retraits/PAE).

      Mais, bon… Je n’en n’ai aucune idée. Je n’ai pas fait de calculs… Et je ne suis plus dans cette situation. 🙂
      Mais, c’est définitivement une bonne réflexion à avoir! 🙂

      Tenez-moi au courant si vous poursuivez cette réflexion. Je suis intéressé à connaître la suite ! 🙂

      Bon weekend,
      R101

  7. Est-ce que vous aller dans le grand nord pour sauvé de l’argent (très payant d’y travailler: loyer payé / allocation de subsistances / prime d’éloignement, etc…)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.