Catégories
Divers Indépendance financière

Quoi faire avec sa liberté?

Après deux années de réflexion, j’ai décidé de parler à quelques personnes de mon entourage de mon objectif d’indépendance financière et de retraite précoce. À l’exception de ma femme, je n’avais pas parlé de ce projet à personne d’autre. J’en avais vaguement parlé avec mon père une fois, mais sans aller dans les détails.

J’ai donc décidé de parler de retraite précoce avec quelques amis et membres de ma famille. J’ai aussi parlé du mouvement FIRE (Financial Independence, Retire Early) à ceux qui ne le connaissaient pas. Certains ont été sous le choc! Ils étaient faciles à identifier… ce sont ceux qui sont restés bouche bée et n’ont pas dit grand-chose par la suite. D’autres étaient perplexes et ont posé plusieurs questions intéressantes. D’autres ont trouvé que c’était une idée « complètement stupide ». Et ils ne sont pas passés par quatre chemins pour me le dire. Mais, le but d’en parler n’était pas de les convaincre… Le mouvement FIRE n’est pas une secte après tout. Je voulais seulement échanger avec eux sur un sujet qui me passionne et pour lequel je m’implique dans plusieurs communautés en ligne (blogues et forums) depuis quelques années.

Cela dit, j’ai remarqué que ceux qui ont dit que le mouvement FIRE était stupide sont ceux qui sont le plus « esclave » de la société de consommation et de la routine « métro, boulot, dodo ». Mais bon, qui suis-je pour juger? J’ai moi aussi fait partie de cette « prison de la surconsommation » dans le passé.

Parmi toutes les discussions que j’ai eues, il y a des questions qui sont revenues à plusieurs reprises. Par exemple, plusieurs personnes m’ont demandé comment c’est possible d’atteindre l’indépendance financière si jeune. D’autres m’ont demandé s’il y a des « placements qui sont plus payants que le CELI » (comme si le CELI était un produit 🙂 ). D’autres m’ont dit que c’était difficile d’épargner, car les impôts et taxes sont trop élevés. Certains ont un revenu familial de 150 000 $ par année, mais avec une grosse maison, deux autos neuves, des sorties (spectacles, évènements sportifs, restaurants) régulièrement, oui c’est normal que ce soit difficile d’épargner. Mais, ce n’est pas nécessairement à cause des impôts…

Mais la question qui est revenue le plus souvent est : « C’est bien beau prendre ta retraite à 40-45 ans, mais tu vas faire quoi? Les autres seront encore au travail… »

Il y a beaucoup de choses que j’ai envie de faire. Et ma liste est assez longue… Mais ce n’est pas seulement une question de ce que je vais faire. Je veux avoir la liberté de faire des choix. C’est la chose la plus importante à mon avis!

En ce moment, je fais partie de la « Rat race ». Je dois aller travailler tous les jours. Je n’ai PAS le choix, si je veux payer mes comptes à la fin du mois et rembourser mon hypothèque. Comme 99 % de la population, j’ai été élevé dans le « moule » de notre société, soit : aller à l’école, trouver un emploi stable, acheter une maison, acheter une voiture, fonder une famille, travailler jusqu’à 65 ans, prendre une retraite passive, etc. Sans oublier de consommer, s’endetter, travailler pour enrichir une autre personne, manquer de temps pour faire les choses qu’on aime…

Lorsque j’ai terminé mes études universitaires, j’ai trouvé un emploi valorisant et payant. J’ai voulu démontrer mon nouveau statut social. J’ai dépensé beaucoup d’argent et j’ai malheureusement déjà vécu d’une paie à l’autre. Mais, j’ai réalisé que ce mode de vie n’était pas pour moi. J’ai lu plusieurs livres et discuté avec plusieurs personnes sur des blogues et forums et j’ai finalement découvert le mouvement FIRE. Je me souviens que c’était une grande révélation et un grand soulagement. Oui… c’est possible de s’en sortir et de quitter la « Rat race ». Mais, il faut beaucoup de détermination!

Depuis environ 3-4 ans, je travaille fort pour acheter ma liberté. J’ai adopté de saines habitudes financières, remboursé mes dettes, réduit mes dépenses récurrentes, etc. Cela m’a permis d’augmenter mon taux d’épargne considérablement (51 % en 2018) et d’acheter peu à peu mon billet vers la liberté. Le contrôle des dépenses est vraiment la clé! C’est beaucoup plus facile de diminuer ses dépenses que d’augmenter ses revenus.

Cela dit, il faut dire que je ne partais pas de zéro non plus. J’épargnais un peu dans le REER collectif offert par mon employeur avant de découvrir le mouvement FIRE. Mais, en quelques années à peine, ma valeur nette a monté en flèche! Je devrais atteindre l’indépendance financière dans environ 9 ans. J’aurais 42 ans à ce moment. Mais au rythme où mon portefeuille net et ma valeur nette augmentent, il est possible que j’atteigne mon objectif plus tôt…

La retraite que je veux vivre n’est pas celle que les gens s’imaginent. Je n’ai pas l’intention d’avoir une retraite passive, comme l’ont connue les générations précédentes. Je vais continuer d’être actif, bien entendu. Et je le serai plus qu’actuellement, sans surprise… Je vais peut-être continuer de travail, par exemple à temps partiel. Qui sait? Mais, si je continue de travailler, c’est parce que j’en aurai envie… et non pas par obligation (comme ce l’est actuellement!).

Depuis plusieurs années, je suis déjà impliqué dans des activités de bénévolat et collectes de fonds. J’aimerais en faire plus, mais je dois quand même être fier de mes actions. Lorsque je serai jeune retraité, je veux m’impliquer davantage dans le bénévolat. Il y a tellement de besoins criants. Je me suis fait dire que je serai un parasite et que je ne participerai plus au développement de notre société si j’arrête de travailler jeune. Comme si le travail était la seule façon de participer à la société… Le bénévolat sera ma façon de participer à la société.

Je comprends que plusieurs personnes de mon entourage vont travailler jusqu’à 60-65 ans, mais en règle générale, je vais avoir plus de temps à passer avec ma famille et mes amis. Je n’aurai plus à courir d’un côté comme de l’autre durant les week-ends, alors je serai disponible pour aller les voir selon leur horaire. De plus, je vais pouvoir m’occuper de mes parents en cas de besoin (ils auront plus de 70 ans lorsque j’atteindrai l’indépendance financière).

Une autre chose que je vais pouvoir faire est de consacrer plus de temps à mes passe-temps, comme la lecture et l’écriture. J’écris régulièrement sur mon blogue et je lis environ 2 livres par mois. Mais, je vais avoir le champ libre pour lire et écrire davantage. De plus, je vais pouvoir consacrer du temps pour apprendre sur des sujets qui m’ont toujours intéressé, mais que j’ai remis à plus tard, faute de temps.

Un autre de mes passe-temps préférés est le vélo. Je dis « passe-temps » et non « sport », car j’aime beaucoup faire de longues randonnées à vélo pour le plaisir, sans me soucier de ma vitesse, de mon rythme cardiaque ou d’autres informations qu’un bidule électronique pourrait me donner. Je vais pouvoir aller me promener plus souvent, que ce soit sur le long du fleuve Saint-Laurent, en campagne ou en forêt. Si jamais je continue à travailler à temps partiel après avoir atteint l’indépendance financière, je vais trouver un emploi à proximité de la maison où je pourrai me rendre à vélo, été comme hiver.

Aussi, je vais pouvoir partir pendant plusieurs semaines en voyage avec ma femme et mon enfant, sans avoir à faire une demande de vacances à mon employeur 6 mois en avance. Fini le temps de demander la permission de prendre deux semaines de vacances, devoir faire approuver ma demande de vacances, trouver une personne pour me « couvrir » au bureau, etc.

Voilà pourquoi je veux atteindre l’indépendance financière dans la quarantaine. Voilà ce que je ferai de ma liberté!

Pour conclure cet article, je vous laisse avec une de mes citations favorites concernant la « Rat race » :

« Souvent, les gens travaillent de longues et dures heures dans des jobs qu’ils détestent, pour gagner de l’argent pour s’acheter des choses dont ils n’ont pas besoin, pour impressionner des gens qu’ils n’aiment pas. » – Nigel Marsh

*****

Merci de vous abonner à ma page Facebook et de partager cet article avec vos amis.

Êtes-vous à la recherche d’un conseiller financier compétent? Voici un guide qui vous explique comment choisir un bon conseiller financier. De plus, vous pouvez remplir le formulaire à la fin de ce guide et je vous mettrai en contact avec un conseiller financier de mon réseau.

Abonnez-vous à mon blog pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Par retraite101

Je suis un Québécois de 33 ans, et comme la plupart d'entre vous, je travaille de 8 h à 17 h, enfermé dans un « cubicule » comme un rat de laboratoire. Moi aussi, je fais partie de la « rat race »! Mais, j’ai comme objectif de prendre ma retraite à 40 ans (anciennement 45 ans). Je partage sur mon blogue mon plan pour atteindre l’indépendance financière. Je publie aussi des articles sur les saines habitudes en matière de finances personnelles, les informations cruciales concernant la retraite, la surconsommation et plus encore. Bref, ce blogue se veut un cours de « retraite 101 ».

20 réponses sur « Quoi faire avec sa liberté? »

Je suis bien placé pour répondre à la question 🙂

Je peux aussi mettre en perspective la différence entre ce que je pensais que je ferais de mon temps, versus la réalité. Quelques éléments:

– je pensais que je lirais plus. En réalité, un peu, mais pas beaucoup. Peut-être 20% plus.
– je pensais que je ferais plus d’exercice. C’est vrai. Surtout de la marche et du vélo, des choses que je peux faire seul et sans trop de planification.
– je pensais que je jouerais plus de musique. Le contraire est arrivé.
– je voulais faire du bénévolat. C’est pas fait encore.
– je voulais réaliser des projets personnels. J’en ai réalisé un seul « d’envergure » (une serre intérieure hydroponique semi-automatisée)
– je voulais travailler / générer de nouveaux revenus pour pouvoir augmenter au besoin mes dépenses. C’est fait. Je travaille à temps paritel, comme ça me tente, surtout l’hiver.
– je pensais aussi consacrer + de temps à apprendre. Plus ou moins, en réalité. J’ai eu de petites vagues ici et là, mais rien sur lequel je me suis donné à fond.
– voir plus ma famille et mes amis.. pas vraiment. Je suis entré en contact avec des connaissances qui, eux aussi, travaillent de la maison ou sont à leur compte. Ça compense en partie pour la perte de contacts avec mes anciens collègues, mais pas complètement. Sinon, ma famille, mes amis, travaillent dans le jour comme tu le mentionnes. Je suis plus disponible en général qu’avant. Mais ça ne fait pas une différence majeure.
– voyager: on l’a fait pas mal, quand ma conjointe était en sabbatique, mais on ne pense pas devenir des globe-trotters… on est plus de type « road-trippers ». On a un petit motorisé. Avant je n’aurais pas pu prendre 3 ou 4 semaines de congé de suite, ma conjointe, elle, peut. C’est un changement positif pour prendre son temps en vacances. Son employeur a toute sorte de plans de congés et elle a droit au total à 7-8 semaines par année avec une réduction de salaire minime. On en profite pour faire plein d’excursions de 3-4 jours.
– moins l’impression évidemment de courir, d’être « overwhelmed », de manquer de temps: pour les commissions, acheter un cadeau, préparer une fête, aller porter l’auto au garage, s’occuper du terrain, jardin, etc.
– si tu feels pas une journée, tu peux juste… rien faire. Tsé un bon rhume d’homme? Bon, j’ai 0 ou 1 rhume par année. Quand ça arrive, je m’enroule dans une doudou, je mets Netflix, je me fais 3 litres de café, et j’attends que ça passe.
– pouvoir faire ce qu’on veut quand on veut, c’est vraiment chouette, même si ça inclut du travail
– autres: il faut un peu lutter contre l’inertie. Ne rien faire ou faire quelque chose de passif (exemple: browser sur Internet) est plus facile que faire quelque chose d’actif, surtout quand y’a pu d’urgence. Vous avez peut-être déjà observé des retraités et vous être dit: crime, s’ils pouvaient me vendre leur temps libre plutôt que le perdre comme ils le font à écouter des reprises du Temps d’une Paix. La valeur du temps libre semble diminuer quand il est abondant 🙂
– on écrit des commentaires de 3 pages sur des blogues parce qu’on a le temps 😉

Bonjour Mr Jack,

Merci pour ton commentaire. Tu es effectivement très bien placé pour expliquer ce qu’on peut faire avec sa liberté lorsqu’on a atteint l’indépendance financière. J’aime beaucoup que tu aies mis en perspective ce que tu pensais faire de ton temps versus la réalité.

Pour les choses que tu n’as pas faites encore (musique, bénévolat, apprentissage), comment penses-tu y arriver? As-tu défini un objectif du genre « Je dois commencer ABC d’ici XYZ »?

PS : Ça ne me dérange pas que tu écrives des commentaires de 3 pages de longs 🙂

Merci et au plaisir,
R101

Je participe à des Pub Quiz toutes les semaines. C’est une belle motivation pour apprendre des choses. Pour la musique, je suis des cours dans une école de musique. Je cherche à joindre un quatuor. Un peu de motivation extrinsèque m’aide. Ça dépend du monde, j’imagine, moi j’ai un peu de misère à me motiver à faire des choses si y’a rien qui m’y pousse. Ça me prend pas grand chose, mais quelque chose. Je me donne souvent des défis. L’an passé, c’était de faire 10,000 pas en moyenne par jour. J’ai fini l’année avec 9961! Là comme défi je me suis donné celui d’apprendre à localiser, reconnaître leurs drapeaux et connaître leurs capitales des 150 plus gros pays du monde. C’est plus tough que ça peut paraître, surtout que j’ai une mémoire de moineau, mais je vais y arriver 🙂 Capitale du Kazhakstan? Mais non, ce n’est plus Astana, c’est rendu Noursoultan, peux-tu croire qu’un pays a eu le temps de changer le nom de sa capitale PENDANT que j’essayais de l’apprendre 🙂 Littéralement, j’étais sur Seterra, j’ai fait refresh pour me tester sur un quiz d’Asie, et ça a changé IN MY FACE.

Pour le bénévolat, j’ai décidé d’approcher la chose différemment pour le moment. Quand j’ai décidé de prendre des contrats, j’ai déterminé comment j’allais splitté les $ après impôts: 10% en dons, 30% pour moi (dépenses additionnelles non récurrentes), 30% pour augmenter mon fond liberté, et 30% pour accélérer ma blonde en payant plus de dépenses communes.

Donc mon bénévolat, je le fais en travaillant en quelque sorte et en retournant une partie en dons. Je le fais beaucoup via des micro-prêts (sans intérêts) sur Kiva, et un % s’en va en don à chaque prêt. J’aime bcp faire ça, même si la mécanique de la plateforme n’est pas tout à fait ce qu’on pourrait penser et l’efficacité réelle, je ne la connais pas. En attendant, quand je prête 50$ à une femme du Nicaragua qui veut s’acheter 2 cochons, j’ai l’impression de l’aider à voler de ses propres ailes et j’aime suivre les stats de mes prêts et remboursements 🙂 C’est une façon détournée un peu d’utiliser mon temps et donc, pas vraiment du bénévolat, mais ça me convient présentement. Ça me permet aussi de garder ma liberté sans m’engager à être présent à telle ou telle date comme bénévole.

Je comprends… Je suis comme cela moi-aussi. J’ai souvent besoin d’un défi ou d’un objectif précis pour me pousser à faire quelque chose. Ça doit être assez difficile de connaître la localisation, la capitale et le drapeau des 150 plus gros pays du monde. Juste être capable de nommer 150 pays n’est pas facile… 😉 C’est une drôle de coïncidence le changement de capitale pendant le quiz 🙂

Le « split » pour tes contrats de travail est très intéressant. Bravo pour ta générosité! C’est 40 % de ton revenu après impôts qui va pour aider les autres (10 % en don et 30 % pour le fonds de liberté de ta conjointe). Le gouvernement doit aussi être content de recevoir « sa part » sur le revenu brut! 🙁

Pour être honnête, je ne connaissais pas la plateforme Kiva. Je vais aller faire un tour… Ça semble très intéressant comme principe et ça doit être assez valorisant de voir ce qui peut être fait avec un prêt sans intérêts.

Bonjour R101,

Nous avons la même conception des choses que l’on fera une fois à la retraite 🙂
Ma famille et mes amis ont eu les mêmes types de réaction, du « tu vas faire quoi toute seule ? tu vas t’ennuyer! » au « ah, les jeunes d’aujourd’hui ne veulent plus rien faire. »

Du coup, maintenant, avant de parler de cela, j’attends de voir un peu quel type de personnalité qui est en face de moi.
Il y a des personnes complètement fermées qui me demandent ce que je fais, je leur réponds uniquement que j’ai plusieurs jobs. Ce qui leur suffit en général.
Et il y en a d’autres, plus réceptifs, qui me demandent immédiatement l’adresse de mon blog pour pouvoir faire pareil 🙂

Il faut dire que j’ai de la chance, car je suis freelancer et ne dépend donc plus de personne quand il s’agit de demander des congés ou autres.

Et puis j’ai une vision très claire de mes projets une fois la liberté financière atteinte. Je trouve que les journées ne sont pas assez longues pour apprendre et lire. Du coup, il me tarde d’avoir du temps à 100% pour le faire 🙂

Au plaisir,
Sandra

Bonjour Sandra,

C’est effectivement un bon truc que tu as. Pour ceux qui sont plus réceptifs et qui te demandent l’adresse de ton blogue, est-ce qu’ils reviennent te parler d’indépendance financière ou retraite précoce par la suite?

De ce que j’ai pu voir sur Instagram, vous êtes actuellement à Vancouver. C’est bien ça? 🙂

Au plaisir,
R101

Oui, je suis sur Vancouver, ville plutôt agréable, surtout quand l’été arrive 🙂

Effectivement, ceux qui me demandent mon blog reviennent souvent vers moi, soit par email, soit de vive voix. Et j’ai même des amis d’amis qui me contactent maintenant !
Sinon, ça m’arrive aussi de leur demander s’ils ont pu aller faire un tour sur mon blog.
En effet, c’est très intéressant pour moi d’entendre leur retour pour savoir ce qu’ils attendent. D’ailleurs, ils me donnent même des idées d’articles à écrire 🙂

De ce que je vois on a pas mal tous eu une mauvais expériences a en parlant a nos proche. J’en avait parlé a ma mère qui m’a répondu : t’aime ça rien faire? Depuis ce jour je garde tout pour moi.

Bonjour Benoit,

Bienvenue sur mon blogue et merci de briser la glace avec ce premier commentaire.

Malheureusement, je crois que c’est un passage obligé pour les personnes comme nous qui visent l’indépendance financière et la retraite précoce. Ça peut parfois être difficile d’aller à contre-courant de la société…

Au plaisir d’échanger avec vous!
R101

Je trouve ça intéressant de voir les pourquoi de l’indépendance financière de chacun. Je pense qu’essentiellement on se ressemble tous, on veut avoir la liberté de choix. Juste savoir qu’on a des options fait une différence. Dommage que ça soit si pas mal perçu par notre société en général. Faut dire qu’on a été driller depuis notre jeunesse qu’il faut constamment travailler sinon on est lâche. J’espère que cette mentalité changera avec les années! Merci de partager ton histoire avec nous R101 😉

Le travail rémunéré n’est pas la seule façon de participer à la société et de se sentir valorisé. C’est dommage, mais c’est le genre de réactions/commentaires auquel je m’attendais pour être honnête avec vous. C’est difficile pour certains de comprendre les bienfaits de la consommation responsable, de la saine gestion des finances personnelles ou de l’indépendance financière en général. On a été élevé dans un système où on doit tous passer par les mêmes étapes : garderie, école, emploi stable, surconsommation, retraite à 65 ans, etc. On a été conditionné à ce système…

Bravo pour ton « coming out »!

Les réactions sont toujours les mêmes. Pour moi, elles ont d’ailleurs été une source de motivation. Quoi de mieux que quelqu’un qui te dis que c’est impossible pour que tu t’acharnes deux fois plus.

Par ailleurs, j’ai la même relation avec le temps que Mr. Jack. Tu peux faire des listes, te donner des objectifs et des résolutions, tu n’auras jamais assez de temps pour les réaliser. L’horaire se rempli tellement rapidement. Un rendez-vous chez le dentiste, l’épicerie, une rencontre avec un lecteur, le déménagement d’un ami, etc.

Retraité ou non, il faut apprendre à vivre avec l’insatisfaction de manquer de temps.

Bonne suite!

Bonjour le jeune retraité,

Merci beaucoup pour ton commentaire. Je suis d’accord avec toi… ça devient une source de motivation 🙂

Concernant l’insatisfaction de manquer de temps, je pense que ce serait un de mes plus gros défis lorsque je serai jeune retraité.

Au plaisir,
R101

J’aime vraiment lire ces discussions, ce soir, alors que cette belle journée s’achève avec un coucher de soleil. Mes propos rejoignent ceux de l’autre animal dans la pièce. 🙂

De mon côté, j’en parle ici et là, d’indépendance financière, avec mes amis et ma famille. Pas toujours du projet complet, du sérieux de la chose, avec les montants, les dates et tout, mais quand même juste assez pour qu’ils sachent que je fais partie du mouvement FIRE, et que je suis rendu au quart du projet. Après tout, on veut peut-être pas se donner d’étiquette, mais c’est quand même plus facile parfois de s’en accoler une, pour faire simple…

Ces temps-ci, je cherche à me concentrer sur l’essentiel. Je me suis désabonné d’un paquet d’infolettres. Là, je viens de supprimer Twitter de mon cellulaire et de ma tablette. Le ROI n’y était plus. À suivre pour les autres médias sociaux?

Après, ça me donne plus de temps pour le vélo, la marche, la course, l’écriture, et les 5-7 improvisés.

À la prochaine!

Bonjour Renard Futé,

Moi-aussi! C’est le genre de discussion que j’aime lire sur les blogues d’IF.

Je n’aime pas me donner d’étiquettes moi non plus: FI/RE, végétarien (sauf poisson), minimaliste (ou presque), etc. Mais, comme tu mentionnes, c’est souvent plus simple de se donner une étiquette. Ça permet aux autres de comprendre…

L’été arrive enfin, alors tu fais bien de te désabonner de plusieurs infolettres et réseaux sociaux… ça permet de passer plus de temps dehors 🙂

Au plaisir,
R101

Salut R101. J’en ai eu pour mon compte depuis lors que j’ai parlé de me libérer de mon emploi. Parents, amis et alliés se sont rués sur moi à coup de commentaires désobligeants, courtois pour chercher à me faire entendre raison. Sincèrement, ce fut la croix et la bannière pour moi surtout dans un contexte où il est difficile de trouver un emploi avec un bac plus cinq. Mais ma passion était dans le service aux autres et non pas le métro-boulot-dodo. J’ai finalement pris ma décision en sollicitant une mutation pour changer de ville et être loin de mes connaissances. Ceci m’a aidé à réfléchir à ma situation. J’ai donc demandé une mise à disponibilité pour une durée de 2 ans pour vraiment me consacrer aux oeuvres caritatives en étant bénévoles 3 jours sur 7 et le reste de ma journée je lis des ouvrages de développement personnel, d’indépendance financière notamment celle-ci http://bit.ly/2Zj4mVY . Il faut rappeler que j’ai dû tourner le dos à certaines habitudes voraces d’argent pour me concentrer sur le nécessaire ce qui me permet de vivre ma vie pleinement et d’être à l’abri de devoir solliciter mes proches pour un quelconque besoin. Je suis FIRE

Laissez un commentaire...