Le CELI, un paradis fiscal légal !

Le CELI, un paradis fiscal légal !
(Source de l'image : Shutterstock)

ARTICLE INVITÉ – En cette « saison des REER », j’avais envie de vous parler… Du CELI ! Saviez-vous que vous pourriez gagner des centaines de milliers de dollars en utilisant judicieusement votre CELI plutôt que de cotiser aveuglément votre REER ? Dans cet article, « Le CELI, un paradis fiscal légal », je voudrais vous démontrer que le CELI est un outil puissant qui peut, selon les circonstances, permettre des stratégies très payantes pour planifier votre retraite.

Si, au détour, je réussis à vous convaincre que ça vaut vraiment la peine de bien planifier sa retraite, et ce, même si celle-ci est encore bien loin, mon article aura rempli son objectif.

Et oui, on parle beaucoup du REER. Il a même une « saison » à lui !

Le REER et ses avantages fiscaux

C’est que le REER c’est beau. Ça nous donne un remboursement d’impôt, et en diminuant notre revenu imposable, ça augmente les allocations familiales et parfois d’autres avantages fiscaux; on l’aime le REER !

Pourquoi ? Parce que les cotisations REER apportent une gratification immédiate et que nous autres, humains, on aime ça, la gratification immédiate.

OK, OK, je relativise. Ceux qui épargnent (en REER ou autre) ont déjà renoncé à une certaine gratification immédiate. En effet, le principe même d’épargner consiste à renoncer à une dépense immédiate pour nous permettre de faire une dépense future…  Bon, la première étape est faite… bravo !

Pour en savoir plus :

Et le CELI alors ?

La puissance du CELI

Oui, on sait que le CELI permet de voir notre épargne croitre à l’abri de l’impôt. Effectivement, ça semble être une bonne idée… qui aime payer des impôts dans la vie ? Mais vous rendez-vous compte VRAIMENT de l’importance que peut avoir le CELI sur vos finances ?

Pour la majorité du monde, le CELI sert juste à mettre de l’argent de côté pour des objectifs à court terme : voyage, rénovation… et même fond d’urgence. C’est bien et tant qu’on a « en masse de place » dans nos CELI… pourquoi pas ? C’est toujours mieux de laisser notre argent à l’abri de l’impôt quand on a le choix.

J’entends malheureusement aussi souvent l’idée que le CELI « rapporte » moins que le REER.

Alors, c’est sûr que si vous vous servez juste du CELI pour un fond d’urgence ou pour ramasser de l’argent pour partir à Cuba l’année prochaine, il serait étonnant que votre conseiller ait mis votre épargne dans des placements très rentables, mais aussi plus risqués. Quand on a besoin de l’argent dans 2 mois, on ne veut pas risquer que cet argent soit réduit brutalement par un aléa de la bourse !

Au contraire, les sommes que vous avez dans vos REER, qui ont 10, 15, 20 ans pour croitre, vont certainement être placées de sorte à avoir un meilleur rendement sur le long terme (donc plus de risques sur le court terme, mais ce n’est pas grave, puisqu’on n’en a pas besoin demain matin).

Pour en savoir plus :

Types de placement

Mais ATTENTION ! REER et CELI ne sont que des types de comptes dans lesquels vous pouvez choisir presque tous les types de placement :

  • Certificats de placement garanti (CPG)
  • Dépôts à terme
  • Actions
  • Obligations de gouvernement ou d’entreprises
  • Fonds communs de placement
  • Fonds négociés en bourse
  • Etc.

Un million de dollars en CELI

La vraie puissance du CELI arrive quand on y investit pour le long terme en visant un bon rendement. Si la loi sur le CELI continue telle qu’elle est actuellement, il sera éventuellement possible d’avoir plus de 1 million de dollars en CELI (voir tableau ci-dessous) si on l’utilise avec un objectif de croissance.

Valeur du CELI à 65 ans selon l'âge auquel les cotisations débutent

Paradis fiscal

Selon la définition du Larousse :

Un paradis fiscal est un pays qui fait bénéficier d’avantages fiscaux les non-résidents qui y placent des capitaux.

Quand vous entendez aux nouvelles qu’on a découvert que tel ou tel milliardaire a placé des capitaux dans un paradis fiscal, soit vous criez à l’injustice, soit vous l’enviez… Soit un peu des deux! 😉

Mais tous les Canadiens ont accès à leur propre paradis fiscal, c’est légal et encouragé par le gouvernement en plus !

J’ai nommé… le CELI !

Imaginez avoir plus de 1 million de dollars que vous pourrez décaisser à votre retraite de la façon que vous voulez sans que les impôts le « voient »!

C’est là qu’on peut commencer à voir les avantages du CELI. Enfin, pas besoin d’avoir 1 million, juste avoir du CELI, c’est déjà bien.

Exemples d’optimisation fiscale grâce au CELI

Donnons quelques exemples d’optimisation fiscale à la retraite grâce au CELI.

Exemple no 1 pour la « classe moyenne »

→ Objectif : réduction des impôts

Le CELI peut aussi tout simplement permettre d’optimiser la fiscalité lors des décaissements.

  • Âge : 38 ans
  • Capital initial : 200 000 $
  • Salaire de 80 000 $
  • L’objectif de retraite à 60 ans : obtenir un revenu net de 60 000 $ (indexé annuellement).
  • Pension du RREGOP (Régime de retraite du personnel employé du gouvernement et des organismes publics) de 55 000 $

Cette personne a 6 000 $ à placer d’ici à sa retraite.

La fameuse question : REER ou CELI ?

Quand on fait la vérification avec ces chiffres dans l’outil de planifretraite.ca, on remarque que dans ce cas l’épargne en CELI est beaucoup plus intéressante.

On voit qu’au lieu d’épuiser son capital à 91 ans, il lui reste encore 242 000 $ à son âge présumé de décès à 94 ans.

Sachant en plus que ce résultat suppose que dans le cas où il aurait choisi de placer son épargne en REER, nous avons supposé qu’il aurait réinvesti son remboursement d’impôt chaque année !

Résultat de l’exemple no 1

Payer 400 000 $ d’impôt de moins pendant sa retraite et avoir assez d’argent jusqu’à sa mort (et même laisser près de 250 000 $ à sa succession)… Je pense que ça vaut la peine de vérifier si le CELI ne serait pas plus intéressant que le REER !

Attention, je ne suis pas en train de dire que le CELI est toujours le bon choix, loin de là ! Je dis juste que ça vaut la peine de vérifier !

Exemple no 2 pour une personne à faibles revenus

→ Objectif : Optimisation du SRG (Supplément de revenu garanti)

  • Âge : 65 ans
  • Capital initial REER : 80 000 $
  • Capital initial CELI : 90 000 $
  • L’objectif de retraite : obtenir un revenu net de 30 000 $.

Mettons tout ça dans la machine de planifretraite.ca !

Voici une stratégie efficace :

  • Demander la RRQ dès 65 ans,
  • Reporter la sécurité de la vieillesse (SV) à 70 ans
  • Vider ses REER pour combler le manque entre 65 ans et 70 ans.
  • Compléter les montants reçus à partir de 70 ans uniquement avec du CELI

Supplément de Revenu Garanti

Le SRG (Supplément de Revenu Garanti) est un montant non imposable ajouté à la sécurité de vieillesse des personnes qui ont un faible revenu imposable. Le maximum pouvant être reçu pour une personne célibataire est de 12 300 $ par année. Ce montant est réduit en fonction des revenus imposables. À partir de revenus de 20 800 $, il n’y a plus de SRG.

Pourquoi utiliser cette stratégie ?

Donc dans notre cas, le REER et le RRQ sont bien sûr considérés comme des revenus imposables. Cependant, la petite « twist », c’est que les montants de Sécurité Vieillesse (SV), même s’ils sont imposables, ne seront pas pris en compte pour le calcul du revenu imposable dans le calcul du SRG !

C’est pourquoi on peut repousser la SV jusqu’à 70 ans, et donc en bonifier les montants, sans impacter négativement le SRG.

À l’inverse, on prend la RRQ dès 65 ans. C’est peut-être contre-intuitif, car si on l’avait repoussé, on aurait pu profiter de sa bonification. MAIS, on aurait aussi réduit la SRG chaque année.

Et enfin, on vide les REER tout de suite entre 67 et 70 ans. Donc, avant de commencer à recevoir le SV et le SRG afin, encore une fois, de ne pas impacter négativement le SRG.

Toute cette stratégie n’est possible que parce que nous avons du CELI que nous pourrons décaisser (sans augmenter notre revenu imposable) dès que nous commençons à recevoir la SV et le SRG. Ces montants de CELI, non imposables, n’auront aucun impact sur le SRG reçu.

Avec cette stratégie, cette personne recevra environ 200 000 $ de SRG jusqu’à son décès prévu à 96 ans. De plus, elle aura encore 230 000 $ de CELI à léguer à ses héritiers !

Au contraire, si cette personne n’avait eu que des REER, elle aurait pu en avoir assez pour sa retraite, à la condition de repousser la RRQ et la SV à 70 ans. Sinon, elle aurait manqué de fonds à 84 ans… Cependant, même dans cette situation, il ne lui resterait que 10 000 $ à son décès et elle n’aurait eu qu’un faible coussin de sécurité d’environ 40 000 $ tout le long de sa retraite.

Résultat de l’exemple no 2

Donc, recevoir 200 000 $ de plus du gouvernement… Ça vaut la peine de prendre le temps d’optimiser son décaissement à la retraite et de profiter du CELI. N’est-ce pas ?

Exemple no 3 pour les « riches »

→ Objectif : l’optimisation du décaissement et de l’héritage

Sans rentrer dans les détails, supposons un couple de retraités dont le conjoint le plus âgé a beaucoup plus d’actifs que l’autre. L’objectif est de s’assurer que le conjoint survivant ait assez pour vivre après le décès du premier, et idéalement, de donner un héritage conséquent pour les enfants.

Sans aucune optimisation et en décaissant le REER en premier, le capital sera suffisant. Mais, l’héritage final ne sera que de 25 000 $!

Si, par contre, on fait quelques optimisations de la situation en profitant (entre autres) du CELI :

  • Fractionnement de revenu entre les conjoints
  • Transfert de non enregistré dans le CELI et le CELI du conjoint chaque année pour le maximiser
  • Report au maximum de la RRQ et de la SV
  • FERR selon l’âge du conjoint
  • Choix du meilleur ordre de décaissement

Nous obtenons une différence énorme !

On passe d’un capital final de 25 000 $ à 1 868 000 $, sans changer aucun chiffre dans les hypothèses de base! C’est possible juste en utilisant de bonnes stratégies fiscales… Et en profitant du CELI !

Avec cette stratégie, le capital final est optimisé !

Mais ce qui intéresse notre couple c’est d’optimiser l’héritage de leur enfant. Ainsi, en modifiant légèrement leur stratégie de décaissement pour décaisser plus de REER avant leur décès, ils en laisseront encore plus au net entre les mains de leurs héritiers.

Capital final optimal :

Héritage optimal :

Résultat de l’exemple no 3

Ça vaut la peine de prendre le temps d’utiliser au maximum les stratégies à la retraite pour passer d’un héritage (après impôt) à nos enfants de 25 000 $ à 1,8 million. N’est-ce pas ?

Conclusion : Le CELI, un paradis fiscal légal

Est-ce que ces exemples vous ont donné envie d’optimiser votre propre situation ?

Je vous encourage à en parler avec votre conseiller financier, et, pourquoi pas, à essayer mon outil de planification de la retraite (planifretraite.ca) pour pouvoir « jouer » avec vos propres chiffres.

Une réduction de 5 % avec le code promo « R101 » est offerte à l’achat du fichier Excel de planifretraite.ca.

Le CELI c’est bien, le REER aussi. L’important c’est de bien comprendre leur fonctionnement ainsi que leurs avantages et inconvénients et d’optimiser sa propre situation.

Alors, en cette saison des REER… n’oubliez pas le CELI ! 😉

Julie Trottier

Présidente de PlanifRetraite inc. et Représentante en épargne collective

Le mot de la fin …

Je (Vincent) ne reçois aucune rémunération en échange de la publication de cet article sur mon blogue. Habituellement, je n’accepte pas des « articles invités » avec un produit à vendre. Mais, ici, c’est différent (et c’est moi qui fais les règles, de toute façon 😉 ).

Julie est une personne que je connais depuis plusieurs années. Son outil de planification de retraite est un excellent outil que je recommande depuis de plusieurs années dans ma page « Ressources et outils ». Plusieurs d’entre vous se souviendront peut-être qu’elle avait publié un premier article invité sur mon blogue il y a 4 ans déjà : « Devenez votre propre planificateur financier ». De plus, vous avez peut-être déjà rencontré Julie aux deux journées« Liberté financière » organisées par Youcef Ghellache de EducFinance.

Bref, c’est une personne que j’apprécie, qui est très compétente dans le domaine des finances personnelles et qui offre un excellent outil de planification de retraite. Ce dernier mérite d’être partagé avec ma communauté. J’espère que vous essayerez l’outil et que vous partagerez, le cas échéant, votre appréciation. 🙂

Pour en savoir plus …

Suivez-moi sur :

Les finances pour tous

Devenez membre de mon groupe « Les finances pour tous » sur BuymeaCoffee pour soutenir le blogue et obtenir plusieurs exclusivités :

  • Accès aux publications secrètes/exclusives BuymeaCoffee
  • Accès gratuit aux outils et calculateurs (fichiers Excel)
  • Mes achats de FNB et ma stratégie d’investissement en bourse

Abonnez-vous à l’infolettre

Abonnez-vous gratuitement à mon infolettre pour recevoir les nouveaux articles par courriel. Je publie un article par semaine sur les finances personnelles, la planification de retraite, l’investissement, l’indépendance financière, les cartes de crédit et plus encore.

Vous pouvez annuler votre abonnement à l’infolettre à n’importe quel moment. Il y a un lien au bas de chaque courriel pour annuler l’abonnement.

Par Retraite 101

Je m’appelle Vincent (BSc, MBA) et je suis le fondateur de Retraite 101. En 2017, j’ai lancé le blogue Retraite101.com pour inspirer et motiver les Québécoises et Québécois à prendre leurs finances personnelles en main et atteindre l’indépendance financière.Aujourd’hui, Retraite 101 rejoint plus de 250 000 visiteurs uniques par année! Sans oublier les 25 000 abonnés sur mes réseaux sociaux et les 3 500 abonnés à mon infolettre. De plus, Retraite 101 a été cité dans plusieurs articles de médias, blogues, balados et livres de finances personnelles.Mes principaux outils d'investissement incluent Disnat et Wealthsimple Trade*. Je gagne des intérêts sur mon épargne avec Achieva Financial et je reçois des récompenses sur mes achats en utilisant ma Carte Cobalt American Express*. Finalement, je surveille ma cote de crédit gratuitement en utilisant Borrowell*.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *