Comment choisir un bon conseiller financier?

Connaissez-vous des personnes qui s’informent sur le Web et en magasin pendant plusieurs semaines avant d’acheter une nouvelle télévision 4K, mais qui signent une hypothèque sans s’informer ni négocier? Certains peuvent s’endetter pour une télévision. Mais en règle générale, l’achat d’une télévision a peu d’impact sur les finances personnelles à comparer de l’achat d’une maison, car cette dernière sera l’achat le plus important de leur vie.

C’est un peu la même chose avec vos placements… Le choix d’un conseiller financier a un impact capital sur vos finances personnelles et sur votre parcours vers l’indépendance financière. Votre retraite est elle aussi en jeu!

Ne laissez pas dormir vos économies sous votre matelas

Ce n’est pas grave si vous n’êtes pas intéressé ou si vous n’avez pas les compétences pour gérer vous-même vos placements et investissements. Par contre, ne laissez pas vos économies dans un compte d’épargne traditionnel ou sous votre matelas. Vous n’atteindrez certainement pas vos objectifs financiers et vous ne pourrez pas prendre votre retraite. L’inflation ne fera qu’une bouchée de vos économies.

Mais, d’un autre côté, ne laissez pas n’importe qui s’occuper de vos économies. Le conseiller de votre institution financière peut être très sympathique, mais il n’est pas nécessairement la meilleure personne pour s’occuper de vos placements.

Chercher de l’aide auprès d’un professionnel

La gestion des placements peut s’avérer très compliquée. Un conseiller financier ou un planificateur financier peut certainement vous aider. Il n’y a pas de mal à chercher de l’aide d’un professionnel de la finance. Mais, où trouver un bon conseiller financier? Comment choisir un bon conseiller financier?

Il y a plusieurs professionnels : planificateur financier, conseiller en placements, conseiller en sécurité financière, représentant en épargne collective, etc. De plus, il y a plusieurs modes de rémunération : honoraires, commissions, frais de gestion, frais d’entrée ou de sortie, etc.

Doit-on choisir un conseiller financier à son institution financière ou un conseiller indépendant? Comment s’assurer que le conseiller a les qualifications requises?

Choisir un conseiller financier de confiance et compétent n’est pas une tâche facile, mais c’est essentiel à l’atteinte de vos objectifs financiers.

Il n’est jamais trop tard pour prendre en main ses finances personnelles. Dans cette perspective, il n’est donc jamais trop tard pour chercher un conseiller financier.

Voici quelques informations qui pourront vous aider dans vos démarches de recherche d’un conseiller financier.

Conseiller financier ou planificateur financier?

Avant d’aller plus loin dans vos démarches, doit-on faire affaire avec un conseiller financier ou un planificateur financier? Ça dépend bien entendu de vos besoins.

Personnellement, j’utilise seulement l’expression «conseiller financier » sur mon blogue dans le but de simplifier mes articles.

Mais, lorsque je parle de « conseiller financier », est-ce que je parle de conseiller en sécurité financière, de représentant en épargne collective ou de conseiller en placement? À moins que je parle de planificateur financier? Il y a une différence entre tous ces professionnels…

La plupart des gens mélangent ces titres professionnels (je me mélange moi aussi). D’autres pensent que ce n’est qu’un seul métier.

Le conseiller financier

Un conseiller financier est une personne qui peut vous aider à gérer vos finances personnelles. Par exemple, il peut s’agir d’un conseiller à votre institution financière. Mais, l’expression « conseiller financier » ne représente pas un professionnel (c.-à-d. que ce n’est pas un « vrai » titre). C’est plutôt un titre « générique » que l’on utilise pour les 3 professionnels suivants :

  • Le représentant en épargne collective est un professionnel qui représente le courtier (ex. : l’institution financière) en épargne collective. Il fait la promotion et la distribution de produit de placement collectif, soit les fonds mutuels (fonds communs de placement). Le représentant en épargne collective n’a pas de formation universitaire (il peut en avoir une, mais ce n’est pas obligatoire). Il doit plutôt suivre une formation de quelques heures et passer un examen.
  • Le conseiller en sécurité financière ou représentant en assurance de personne est un professionnel qui conseille et effectue la distribution des produits d’assurances (vie, maladie, invalidité) et de produit d’épargne comme les fonds distincts. Le conseiller en sécurité financière n’a pas de formation universitaire (il peut en avoir une, mais ce n’est pas obligatoire). Il doit plutôt suivre une formation et passer un examen.
  • Le conseiller en placement est un professionnel qui effectue des opérations sur l’achat ou la vente de valeurs mobilières comme les actions et les obligations. Il peut aussi, comme le représentant en épargne collective, distribuer des fonds mutuels (fonds communs de placement). Le conseiller en placement n’a pas de formation universitaire (il peut en avoir une, mais ce n’est pas obligatoire). Il doit plutôt suivre une formation et passer deux examens.

Le planificateur financier

Le planificateur financier (PF) est une personne qui peut vous aider à faire un plan financier personnalisé : évaluer votre situation financière actuelle, déterminer vos besoins et objectifs financiers, conseiller des produits financiers, Il peut aussi vous aider à faire un budget et à planifier votre retraite. Bref, il a des connaissances dans beaucoup de domaines.

Contrairement aux autres professionnels mentionnés précédemment, le planificateur financier (PL) doit obligatoirement avoir une formation de niveau universitaire (Certificat en planification financière – 30 crédits).

Les planificateurs financiers au Québec sont membres d’une association professionnelle (IQPF – L’Institut québécois de planification financière) et ont un certificat de l’Autorité des marchés financiers (AMF).

Il peut ainsi vous conseiller dans les domaines suivant : finance, fiscalité, placements, retraite, assurances, aspects légaux et succession.

Maintenant que le rôle de ces professionnels a été expliqué, permettez-moi de revenir à mon expression « conseiller financier » dans le but de simplifier le texte.

Quoi faire avant de chercher un conseiller financier?

Avant de commencer à chercher un conseiller financier, vous devez déterminer quels sont vos besoins. Avez-vous besoin de l’aide pour un problème spécifique ou pour l’ensemble de votre situation? Si vous avez besoin de conseils spécialisés, vous pouvez trouver un conseil qui a de l’expertise dans ce domaine. Avez-vous besoin de conseils sur une base régulière ou occasionnelle? Est-ce que vous cherchez un conseiller financier pour gérer l’ensemble de vos finances personnelles ou seulement pour gérer vos placements? Avez-vous besoin de conseils en assurance?

Les conseillers ne peuvent pas s’occuper de l’ensemble de vos finances personnelles (placements, dette, assurance, retraite, etc.).

Les réponses à ces questions vont vous aidez dans vos démarches pour trouver le professionnel de la finance qui répond à vos besoins (conseiller en sécurité financière, représentant en épargne collective, conseiller en placement, planificateur financier).

Où trouver un conseiller financier?

Il y a des employés dans toutes les institutions financières (banques, Caisses populaires, etc.) qui peuvent vous aider à ouvrir un compte (CELI, REER, etc.) et à acheter des produits d’investissements (CPG, fonds mutuels, etc.).

Il y a aussi des employés dans les compagnies d’assurance qui sont autorisées à vendre des produits d’investissements, comme des fonds mutuels et des fonds distincts, en plus des produits d’assurance.

Finalement, il y a des conseillers financiers indépendants et des compagnies indépendantes de planification financière qui sont autorisées à vendre des produits d’investissements.

Je vous laisse deviner lesquels d’entre eux sont contraints de vendre les produits financiers de leur société et ceux qui ont la liberté de vous offrir tous les produits disponibles sur le marché…

Vous pouvez demander aux membres de votre famille ou à vos amis s’ils peuvent vous recommander un conseiller financier. Sinon, le site de l’Institut québécois de planification financière (IQPF) vous permet de rechercher un planificateur financier (PF) selon votre région.

Comment choisir un conseiller financier?

Je suggère de rencontrer plusieurs conseillers financiers et de choisir celui qui pourra le mieux répondre à vos besoins et objectifs financiers. Pour tous les conseillers financiers potentiels, vous pouvez vérifier s’il est bien inscrit sur le site de l’Autorité des marchés financiers (AMF). Vous pouvez aussi voir s’il y a des plaintes, sanctions ou suspensions, le cas échéant.

Les conseillers doivent suivre une formation et être inscrits auprès d’un organisme de réglementation des valeurs mobilières provincial ou territorial. Vous pouvez utiliser le Moteur de recherche national de renseignements sur l’inscription des Autorités canadiennes en valeurs mobilières pour vérifier si le conseiller est inscrit.

Prendre rendez-vous et poser des questions

Ensuite, je vous suggère de planifier un premier rendez-vous avec chacun des candidats. Ce rendez-vous initial peut servir non seulement à vérifier son expérience et son expertise, mais aussi à voir s’il y a une bonne connexion entre vous deux. Vous devez trouver le meilleur conseiller financier possible pour vous aider à atteindre vos objectifs financiers. C’est donc important d’avoir une bonne chimie dans cette relation à long terme…

Vous pouvez poser des questions à chacun des conseillers que vous rencontrez sur son expérience et son expertise. Vous pouvez lui demander ses études, son expérience, ses accréditations, depuis combien de temps il est en affaires, quels sont les produits et services qu’il offre, comment il vous aidera à atteindre vos objectifs, est-il payé par un salaire, une commission ou d’autres frais, etc. N’hésitez pas à demander des références.

Finalement, vous pourrez comparer les réponses des conseillers que vous avez rencontrés et prendre une décision. Ce n’est pas une course. Prenez le temps nécessaire pour choisir votre conseiller financier!

*****

Merci de vous abonner à @retraite101 sur Facebook et Instagram et de partager cet article avec vos amis. De plus, abonnez-vous à mon blog pour recevoir gratuitement les nouveaux articles par courriel.

Achat de cryptomonnaie – Ouvrez un compte avec Shakepay et obtenez une prime en argent de 30 $ (lorsque vous déposez et achetez 100 $ de crypto).

Offre Wealthsimple – Ouvrez un compte d’investissement avec Wealthsimple Trade et obtenez une prime en argent de 10 $ (lorsque vous déposez et échangez au moins 100 $); Obtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Placements Wealthsimple.

Offre Questrade – Ouvrez un compte d’investissement avec Questrade et obtenez 50 $ en transactions gratuites; Obtenez la gestion gratuite de 10 000 $ pendant un an avec Questwealth Portfolios.

Au plaisir d’échanger avec vous.

Par retraite101

Blogueur québécois qui a atteint CoastFIRE à 35 ans et qui a pris sa retraite du 9@5!

22 commentaires

  1. Je trouve qu’il manque quand même plusieurs informations.

    Au niveau de la formation un planificateur financier a généralement un BAC universitaire alors qu’un conseiller peut avoir un secondaire 5 avec une formation de quelque mois, mais la formation est très variée. Des conseillers en gestion de patrimoine qui est l’équivalent d’un conseiller financier, mais pour des gens plus fortunés (généralement 250k$ et plus à investir) ont généralement des formations plus poussées et le conseiller en sécurité financière a obligatoirement un BAC universitaire et connait bien les produits d’assurance.

    Les frais n’ont pas été abordés alors que c’est un point majeur. Ces frais ne sont pas toujours évidents à comprendre, la majorité des gens sont incapables de lire « la facture de frais » d’un conseiller/planificateur. Certains conseillers (au sens large) peuvent charger 2.5% du montant investi dans leur fonds ce qui est astronomique en cumulant les différents frais.

    De plus en plus, les conseillers financiers peuvent vendre des assurances « simples » et de plus en plus les institutions encouragent les conseillers à avoir une base d’assurance. L’assurance est une branche de la finance. Quelqu’un avec une formation décente en finance peut facilement comprendre les produits d’assurance « simples ». Un conseiller financier peut gérer une retraite de quelqu’un même s’il n’est pas planificateur financier tout dépend de la formation de celui-ci et de la situation du client. Un conseiller financier pourrait avoir une maîtrise avec un titre professionnel CFA sans autant être planificateur financier et celui-ci serait capable aisément de gérer budget, dette, placement et retraite d’un individu « classique ».

    La grande distinction du planificateur financier est au niveau de la planification fiscale, des enjeux légaux et de l’assurance qui fait partie intégrante de leur formation. Par exemple, un entrepreneur qui désire planifier sa sortie de son entreprise tout en voulant laisser un héritage à ses enfants serait mieux avec un planificateur financier.

    Un petit dernier mot sur les conseillers financiers indépendants. Généralement, ils sont affiliés à une institution financière pour vendre des fonds. Peu de gens ont la formation pour gérer un fonds par eux-même et vendre ce même fonds à des clients.

    1. merci pour les détails Anthony! Pour ma part, je crois qu’on devrait tous s’éduquer un minimum avant de faire affaire avec un conseiller financier. Autrement on doit le croire sur parole sans vraiment comprendre ce qu’il nous dit ou recommande. Je suis d’avis que personne n’aura autant à coeur notre argent que nous-même. D’un autre côté je comprends que ce n’est pas tout le monde qui souhaite gérer ses propre affaires.

      1. Bonjour The Rich Dog,

        Je suis d’accord avec vous. On devrait s’informer du mieux qu’on peut avant de faire affaire avec un conseiller financier ou autre professionnel de la finance. On ne doit pas confier toute nos épargnes à n’importe qui les yeux fermés. Un minimum de connaissances est donc nécessaire.

        Je suis en train de lire « L’investisseur zen : Comment rester rationnel quand les marchés financiers de le sont pas » de Sébastien Trudel et je pense que c’est un excellent livre pour apprendre les bases de la finance et de l’investissement. Il y a justement un chapitre qui explique comment trouver un bon conseiller financier, mais c’est encore plus court que cet article. Comme je disais précédemment, on pourrait écrire un livre complet sur ce sujet.

        Merci et au plaisir,
        R101

    2. Bonjour Anthony,

      Merci pour ces informations supplémentaires. Effectivement, l’article n’est pas complet. On pourrait publier un livre complet juste à propos de ce sujet. Je voulais donc résumer les grandes lignes…

      Comme je discutais avec Mylène sur ma page Facebook (https://www.facebook.com/retraite101/), ce n’est pas le sujet que je maitrise le mieux. C’est pourquoi j’avais demandé à plusieurs conseillers et planificateurs financiers de m’aider à la rédaction de cet article. Mais, aussi surprenant que ça puisse paraître, j’ai essuyé plusieurs refus. J’ai donc rédigé cet article du mieux que j’ai pu, en utilisant des sources comme l’Autorité des marchés financiers et le site Web du gouvernement du Canada. Cette personne (Mylène) est conseillère en sécurité financière et représentante en épargne collective indépendante. Elle m’a offert de m’aider à corriger certains aspects de cet article et à l’améliorer. J’espère donc publier une mise à jour de cet article au cours des prochains jours ou prochaines semaines.

      Merci et au plaisir,
      R101

      1. Ce n’est pas un sujet facile même si ça pourrait sembler l’être. Les titres sont variés et parfois les différences sont minimes. J’ai parfois l’impression qu’uniquenent les gens dans le milieu comprennent réellement la différence et que pour le public tout le monde est un conseiller financier (ce qui est une approche pas totalement faux non plus) Vous avez donné tout de meme le meilleur conseil. Parlez-lui et demandez lui sa formation, c’est généralement le plus simple à faire.

  2. Il y a un problème dans la définition de conseiller financier vs planificateur financier. Le titre de conseiller financier en effet, n’Est pas reconnu comme un titre auprès de l’AMF, mais il y a le conseiller en sécurité financière qui peut s’apparenter voire se confondre au Planificateur financier dans la tête des gens. Sur plusieurs mêmes points ils peuvent aider un même client

  3. Je ne trouve pas le formulaire qui me permettrais
    I peut-être de rentre en contact avec un conseiller.est il encore disponibles?

    1. Bonjour Bernard,

      Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire.

      Malheureusement, je ne recommande plus de conseiller/planificateur financier.

      Au plaisir d’échanger avec vous!
      R101

    1. Bonjour Pierre,

      Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire 🙂

      Malheureusement (ou heureusement?), ces conseillers/planificateurs financiers indépendants se trouvent habituellement par le bouche-à-oreille. Lorsque vous vous faites recommander un conseiller, s.v.p. vérifier que c’est un conseiller accrédité/autorisé par l’AMF. Vous pouvez vérifier cela dans le registre de l’AMF (Registre des entreprises et des individus autorisés à exercer : https://lautorite.qc.ca/grand-public/registres/registre-des-entreprises-et-des-individus-autorises-a-exercer/ ).

      Au plaisir d’échanger avec vous 🙂

      R101

  4. Oh.. quel sujet sensible. Je pourrais t’en parler des heures en privé. Je vais juste résumer la chose suivante : un bon conseiller aura les 3 choses suivantes :
    1) une personne de confiance
    2) une personne qui met les intérêts du client au centre des préoccupations
    3) une personne qui s’est s’entourer

    Le reste est futile et inutile. Mais il y a en toujours un pour « connaître la recette ».

    Au plaisir,

  5. Bonjour,
    Est-ce qu’un courtier affilié peut me faire une planification financière sans avoir pour objectif de me vendre des produits. Comment est-il payé sinon ?

    1. Bonjour Pierre,

      Oui, c’est possible. Il faut que le planificateur financier soit payé à « honoraires » au lieu d’être payé à « commissions ». Dans le doute, demandez lui 🙂

      Au plaisir,
      R101

  6. Bonjour,
    Dans les dernières semaines j’ai dévoré vos articles de blogue et ceux du Jeune Retraité. J’en suis rendue au point où je pense investir dans des FNB de répartition d’actif ESG, probablement via Wealthsimple Trade ou Questrade, mais je veux m’assurer de prendre les bonnes décisions.
    Si je comprends bien votre article, je devrais chercher à confirmer mes décisions auprès d’un conseiller en placements ou d’un planificateur financier? Comme ces produits sont assez nouveaux, j’imagine qu’ils ne sont pas forcément connus de tous…
    Merci!

    1. Bonjour Ericka,

      Bienvenue sur mon blogue et merci pour ce premier commentaire 🙂

      Je suis bien heureux que vous ayez lu nos blogues et que vous soyez prêt à investir. Je suis encore plus heureux que ce soit dans les fonds ESG 😉 Ces fonds seront de plus en plus populaires dans les prochaines années!

      Pour répondre à votre question, non, ce n’est pas ce que je veux dire. C’est soit que vous laissez vos finances personnelles entre les mains d’un conseiller un planificateur financier, ou soit que vous prenez en mains vos finances et commencer à investir par vous-même. Je pense que vous penchez pour la deuxième option 😉

      Personnellement, je pense qu’avec l’arrivée des plateformes de courtage sans frais et des FNB d’allocation d’actifs, je vois mal pourquoi quelqu’un voudrait laisser son avenir financier entre les mains de quelqu’un d’autre. Mais ça, c’est mon avis 😛 Cependant, pour le conseiller financier ou le PF, c’est vraiment la partie « conseil » qui est intéressante (pas la partie « vente » ou « investissement »). Donc, libre à vous si vous voulez confirmer votre stratégie avec un PF. Mais, je pense que ça va être difficile de trouver quelqu’un pour confirmer votre stratégie, mais sans passer par ce dernier pour investir…

      Au plaisir d’échanger avec vous.
      R101

      1. Merci de votre réponse! C’est bien ma crainte aussi, j’aurais aimé pouvoir discuter de tout ça avec un.e expert.e qui soit neutre et dont le but serait réellement de m’aider à faire les bons choix, mais à mon niveau relativement bas de salaire pour le moment je ne crois pas que ce soit une option. Il va falloir que je continue d’enfiler les blogues, les livres et les vidéos!
        Merci,
        EM

        1. Vous pourriez essayer de trouver un planificateur financier qui travaille à honoraires et qui voudrait regarder le plan avec vous. Je pense que ça vaut la peine d’essayer… Mais, entre-temps, continuer de vous éduquer avec des livres et les divers blogues québécois (la fiscalité et les stratégies sont différentes d’un pays à l’autre…)

  7. //— Commentaire reçu par courriel —///

    Bonjour,

    Étant un conseiller financier, j’aimerais apporter quelques nuances ou précisions au sujet de votre article qui est très bien dans son ensemble et qui permet de démystifier les différents titres dans le domaine des services financiers.

    Je suis conseiller en sécurité financière, représentant de courtier en épargne collective, courtier en valeurs mobilières(Conseiller en placements) et je détiens un baccalauréat en administration des affaires, option finance. J’ai 55 ans, je suis encore très passionné par mon travail. De la finance j’en mange depuis que je suis adolescent. Un peux comme Obélix je crois que je suis tombé dedans quand j’étais petit. Je peux donc offrir presque tous les produits financiers que ce soit en assurances ou en placements. J’accompagne donc les gens et les entreprises, dans les sept champs de la planification financiere. Pas seulement en silo dans un des sept champs comme c’est parfois le cas malheureusement. On vas à la caisse ou à la banque pour notre prêt hypothécaire et cela se limite parfois uniquement à ce service. Surtout si le client ou le couple n’a pas beaucoup de revenu. Il serait bien de mentionné ces sept champs dans votre article. Donc entre autre à gérer leurs dettes, trouver le meilleur taux pour leur pret hypothécaire, assurer leur pret hypothécaire à moindre coût, faire un budget, etc. Mon Bacc est la première chose que j’ai obtenu il y a un peux plus de trente ans, probablement l’année ou vous êtes né. J’étudie encore et j’apprend à tous les jours.

    Donc un c.s.f. ou un représentant en épargne collective peux aussi avoir une formation universitaire, contrairement à ce que vous mentionné. Mais je comprend ce que vous voulez dire. Il serait bien de simplement nuancer ou clarifier ce point dans votre article.

    Le titre de Planificateur financier est un certificat en administration, donc 10 cours donnant 30 crédit. (J’ai 90 crédits universitaire) Ce titre permet uniquement de faire de la planification financière. Il ne permet pas de vendre des produits financiers, aucun! Un Pl. Fin. doit donc avoir en plus une des trois formations que vous mentionné pour pouvoir offrir des produits financiers. La plupart cependant ont fait un Baccalauréat en administration et ont ensuite passé leur examen auprès de l’IQPF. Mais il y a des Pl. Fin., qui ont un secondaire 5 et qui ont fait leur cours avec téluq ou avec leur employeur qui est une institution financière (Desjardins pour ne pas la nommer). C’est bizarre mais c’est seulement chez Desjardins ou ceci se voit. Attention, il y a des P.F. chez Desjardins qui sont bardés de diplômes et qui sont extrêmement compétent. Lequel des deux choisiriez vous? Ou préfèreriez vous avoir, si vous étiez un commun des mortels…

    Donc un Pl. Fin., n’est pas nécessairement le bon dieu de la finance ou nécessairement supérieur à un autre conseiller financier qui peux avoir beaucoup d’expérience et de connaissances. C’est souvent ce qui est sous entendu dans les publicités ou dans des articles comme celui que vous avez écrit. Par exemple, un c.s.f. qui a un bacc en admin et une maitrise en finance ou en fiscalité. Oui, ceci existe. Encore une fois lequel des deux conseiller choisiriez vous?

    Concernant les FNB et les frais. Ce que je trouve important c’est le rendement net des frais. Il y a des fonds communs et même des fonds distincts qui ont de meilleur rendement que leur indice de référence ou que le meilleur FNB. Pas beaucoup mais il y en. On en a pas besoin de beaucoup de toute façon, tel que vous le mentionné.

    En terminant pourquoi dites vous « qu’un conseiller financier ne peux pas s’occuper de l’ensemble de vos finances »? Je trouve que ceci porte à confusion et est inexacte. Encore une fois une simple correction ou ajout dans votre texte permettrait de clarifier ce point, selon les formations et titres du conseiller.

    Cyrano et les statistiques le démontre bien, une personne qui a eu un bon conseiller financier durant toute sa vie active a 4 à 6 fois plus d’actifs que celui qui n’en a pas. Bon d’accord certaine personne, comme vous ou P.Y. M., se débrouille pas mal bien sans conseiller.

    Je propose toujours un REEE familial. Un seul régime dans lequel il peux y avoir un ou le nombre d’enfant que vous aurez. C’est plus simple et si jamais un des enfants ne réussi pas à terminer son secondaire et faire une formation et bien les subventions gouvernementales ne seront pas perdu et pourrons être utilisés par ses frères ou sœurs. Le solde du REEE, s’il y a lieu apres la fin des études, j’ouvre un céli à l’enfant et je l’envoie la si le parent est en accord avec cela. Ça fonctionne très bien. Ceci permet au parent et au conseiller d’expliquer à l’enfant, devenu adulte, l’importance d’épargner.

    P.s. Vous avez obtenu en moyenne un rendement de 20% par année en ayant un portefeuille 60% en actions et 40% en obligations ou revenu fixe? Surtout que vous avez un FNB du marché canadien et celui ci n’a pas fait de miracle au cours des cinq dernières années.

    Bravo pour votre excellent travail et vos publications. Vous nous aidez beaucoup à éduquer les gens et défaire les préjugés.

    C’est ma mission; créer de la richesse chez mes clients et faire en sorte que les gens soient plus à l’aise avec les finances et cesse d’avoir peur d’investir ou ca rapporte d’avantage. En comprenant mieux la notion de risque et bien dormir malgré tout.

    Malheureusement nous manquons de relève et la plupart d’entre nous ne prenons plus ou peux de nouveaux clients. J’ai confiance que plusieurs choisirons cette merveilleuse profession en vous lisant.

    Vive le V.E.I.! Que Pierre-Yves explique dans son dernier livre, Liberté 45.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *