Pleins feux sur mon CELI – Ma réaction

Pleins feux sur mon CELI – Ma réaction

Depuis la publication de l’article « Le CELI de Vincent Morin : pour lever le pied » dans le journal Les Affaires et de mon article « Je me dévoile » sur mon blogue, j’ai été inondé de messages! De plus, j’ai reçu des offres de collaborations/partenariats et même une offre d’emploi! 🙂 Mais, j’ai aussi reçu des questions à propos du choix de placements dans mon CELI et des commentaires du professionnel de la finance qui a analysé mon CELI. Dans cet article, je partage ma réaction face à la publication de l’article « Pleins feux sur mon CELI » et ma réaction / mon opinion de l’analyse qui a été faite de mon CELI.

Ma réaction à la publication de l’article « Pleins feux sur mon CELI »

L’article « Le CELI de Vincent Morin : pour lever le pied » (Pleins feux sur mon CELI) a été publié le mercredi 26 octobre 2022 sur le site Internet du journal Les Affaires. Même si la parution écrite et le partage de l’article sur les médias sociaux étaient pour le samedi 29 octobre 2022, j’ai commencé à recevoir des courriels le jeudi.

Pour ceux qui ne connaissent pas « Pleins feux sur mon CELI », c’est une série d’articles où des investisseurs individuels partagent leurs bons et leurs mauvais coups en investissement en plus de soumettre leur portefeuille à l’analyse d’un professionnel de la finance.

Mais, c’est vraiment à partir du samedi 29 octobre 2022 (publication et partage conjoint de l’article du journal Les Affaires et de l’article « Je me dévoile » sur mon blogue) que j’ai reçu une vague de messages positifs, d’encouragements, de félicitations, de témoignages, etc. Et ce, autant en privé qu’en public (voir section suivante).

J’étais surexcité pendant tout le week-end. De plus, je sentais que je m’étais libéré d’un secret que je gardais pour moi depuis longtemps.

Finalement, j’étais surtout fier de moi. Tout d’abord, fier du chemin parcouru comme blogueur anonyme et de ma « marque », mais aussi du chemin parcouru comme individu. Non seulement j’ai partagé et enseigné mes connaissances en finances personnelles, mais j’ai aussi beaucoup appris. Bien entendu, j’ai appris en faisant des recherches pour écrire mes articles, mais j’ai aussi appris de vous. Merci! 🙂 🙂 🙂

Messages de mes idoles

Parmi les nombreux messages que j’ai reçus, j’ai été particulièrement fier de recevoir des messages de mes idoles (de mes « modèles »).

Premièrement, j’ai reçu un message de félicitations de Jean-Sébastien Pilotte (le Jeune retraité) sur mon blogue (voir capture d’écran ci-dessous).

Message de félicitations de Jean-Sébastien Pilotte (le Jeune retraité) sur mon blogue
Message de félicitations de Jean-Sébastien Pilotte (le Jeune retraité) sur mon blogue

Deuxièmement, j’ai reçu un courriel de félicitations de Nicolas Bérubé (journaliste et auteur de deux « Best Seller » de finances personnelles). Comme il s’agit d’un courriel personnel, je ne le partage pas ici. 😉

Troisièmement, Pierre-Yves McSween a publié un message touchant à mon égard sur sa page Facebook.

Message touchant de Pierre-Yves McSween à mon égard (« Un homme inspirant et qui a une réflexion différente sur l’argent, la famille et la gestion optimale des flux monétaires. Il a compris les règles du « jeu fiscal » au Québec »)
Message touchant de Pierre-Yves McSween à mon égard (« Un homme inspirant et qui a une réflexion différente sur l’argent, la famille et la gestion optimale des flux monétaires. Il a compris les règles du « jeu fiscal » au Québec »)

Je suis heureux et honoré d’avoir reçu des messages de ces 3 personnes « influentes » en finances personnelles au Québec. Comme je l’ai mentionné précédent, ces 3 personnes sont des véritables modèles pour moi! 🙂

Philosophie de vie et d’investissement

D’ailleurs, voici un commentaire que j’avais publié sur ma page Facebook au mois d’octobre :

« Ma philosophie de vie et d’investissement est une combinaison des 3 livres québécois suivants :
1) « Liberté 45 » de Pierre-Yves McSween : se créer une valeur et investir massivement en début de carrière, pour pouvoir lever le pied de l’accélérateur à 40-45 ans (dans mon cas, 35 ans).
2) « La retraite à 40 ans » de Jean-Sébastien Pilotte : déjouer le « système » avec un mélange de sous-consommation et consommation intelligente, ce qui permet de dégager une marge de manœuvre plus importante pour épargner/investir.
3) « De zéro à millionnaire » de Nicolas Bérubé : stratégie d’investissement passive et indicielle (via un FNB d’allocation d’actif) qui permet d’obtenir le rendement (moyen) des marchés, en limitant les frais, en limitant le temps à gérer son portefeuille… et en « battant » 95% des investisseurs actifs. »

Messages et témoignages reçus de mes abonnés

Suite à la publication de ces deux articles, j’ai reçu une vague de messages positifs, d’encouragements, de félicitations, de témoignages, etc. de VOUS, mes chers abonnés(es).

Pour vous remercier, j’ai décidé d’en partager quelques-uns avec toute la communauté. Les voici :

Message de Pierre Bélanger
Message de Pierre Bélanger
Message de Erick Viaud
Message de Erick Viaud
Message de Mel du blogue Modest Millionaire
Message de Mel du blogue Modest Millionaire
Message de Js Lec
Message de Js Lec
Message de Valérie Grenier
Message de Valérie Grenier
Message de Francois Champagne
Message de Francois Champagne
Message de Seha Sok
Message de Seha Sok

Encore une fois, MERCI BEAUCOUP pour votre soutien, vos encouragements, vos témoignages, etc. 🙂

Devenez supporteur de Retraite 101

Vous pouvez devenir supporteur du blogue Retraite 101 sur BuymeaCoffee … pour le prix d’un café ! ☕

Devenir supporteur du blogue Retraite 101 sur BuymeaCoffee

Les abonnés(ées) obtiennent plusieurs exclusivités :

✅ Supporter le blogue pour le prix d’un café ☕
✅ Remerciement sur les réseaux sociaux (Facebook et Twitter)

Merci aux 26 supportrices et supporteurs. Cliquez-ici pour vous joindre à nous.

Ma réaction et mon opinion de l’analyse de mon CELI

Comme j’ai mentionné dans mon article « Je me dévoile », j’ai accepté de partager mon CELI autogéré entre autres pour qu’il soit analysé par un professionnel de la finance. Le professionnel de la finance qui a été choisi pour l’analyse de mon CELI était nul autre que Ian Gascon, président de Placements Idema (gestionnaire de portefeuille qui propose des solutions de placements personnalisées, à faible coût et utilisant des fonds négociés en bourse (FNB)).

J’étais conscient que ce « pro » de la finance ne connaissait pas ma situation personnelle et financière globale (ex. : REER, autres placements, RRPD oui/non, maison payée oui/non, etc.) ni mon profil d’investisseur. Alors, je savais que son analyse et ses recommandations seraient somme toute limitées par les données auxquelles il avait accès (c.-à-d. mon CELI).

Ainsi, je lui lève mon chapeau, car je suis conscient que c’est difficile d’évaluer un portefeuille de placements les yeux fermés (sans connaître toutes les autres données).

Ceci étant dit, j’aimerais revenir sur certains points qu’il a mentionnés dans « mon » article « Pleins feux sur mon CELI ».

1. Contrôler le coût des placements

Premièrement, le professionnel de la finance mentionne le contrôle des coûts des placements :

« Il a fait le choix des FNB pour contrôler le coût de ses placements et c’est positif », observe d’emblée Ian Gascon, président de Placements Idema, qui salue aussi la propension à l’épargne et à l’investissement du jeune investisseur.

Je suis tout à fait d’accord. Les fonds négociés en bourse (FNB indiciel / passif, FNB d’allocation d’actifs, etc.) permettent de limiter les frais de gestion, comparativement aux fonds communs de placements et autres fonds à gestion active.

À lire : Qu’est-ce qu’un FNB d’allocation d’actifs?

Cependant, il ne faut pas seulement regarder les frais… Il faut notamment regarder le rendement net de frais! Notez que les FNB ont beaucoup d’autres avantages que le contrôle des coûts (frais), mais c’est quand même important de le noter.

Personnellement, les FNB d’allocation d’actifs et la gestion passive sont au cœur de ma stratégie d’investissement.

À lire : Ma stratégie d’investissement en 2022

2. Niveau de risque du CELI

Deuxièmement, le professionnel de la finance mentionne le niveau de risque du CELI :

Le gestionnaire lève toutefois un drapeau rouge quant au niveau de risque du CELI et potentiellement du portefeuille dans son ensemble. « Je n’ai pas le détail de ses autres comptes, mais XEQT est un fonds 100% en actions. Est-il à l’aise avec les baisses de marché ? » Pour réduire la volatilité globale du portefeuille, il est avantageux, selon lui, de détenir plusieurs catégories d’actifs, pas juste des actions, et ce, peu importe l’âge de la personne.

Il a raison sur l’allocation en actions de 100 % du FNB « XEQT ». Je pense que c’est un bon commentaire « général », considérant qu’il n’avait pas accès à l’ensemble de mon portefeuille ni mon profil d’investisseur…

À lire : Qu’est-ce qu’un profil d’investisseur?

Cependant, ce commentaire ne s’appliquait pas à ma situation personnelle. Le FNB « XEQT » correspond à mon profil d’investisseur et je suis à l’aise avec les baisses de marché (même celle de 2022 😉 ).

Pour ce qui est des catégories d’actifs dans le CELI, je ne suis pas d’accord avec M. Gascon. L’allocation d’actifs doit être déterminée pour l’ensemble du portefeuille (l’ensemble des comptes de placements). Ensuite, pour chaque compte de placement (ex. : CELI, REER, etc.), il faut « jouer avec les règles du jeu ».

Par exemple, dans le CELI, il est préférable de choisir les placements de croissance, car les rendements ne sont pas imposables. Pour les classes d’actifs moins volatiles, on peut les placer en REER, considérant que l’ensemble des retraits REER seront imposés au taux marginal d’imposition.

Bref, une allocation de 100 % en actions dans mon CELI est appropriée (pour moi).

3. Allocation d’actifs

Troisièmement, le professionnel de la finance mentionne le contrôle de l’allocation d’actifs :

Au sujet de XEQT, un FNB qui est en fait un fonds de fonds, Ian Gascon mentionne que l’investisseur ne contrôle pas son allocation d’actifs. « Il faut voir dans le temps s’il sera encore à l’aise avec ce choix. »

Je ne suis pas certain s’il mentionne que c’est un point positif ou négatif. Mais, personnellement, je pense que le contrôle de l’allocation d’actifs et le rééquilibrage automatique sont parmi les avantages les plus importants des FNB d’allocation d’actifs.

De plus, le FNB d’allocation d’actifs doit être choisi en fonction du profil d’investisseur. Alors, je ne vois pas pourquoi une personne ne serait pas à l’aise avec l’allocation d’actifs choisie conformément à son profil…

À lire : Tableau comparatif des FNB d’allocation d’actifs

Finalement, j’aimerais ajouter que personne n’a de boule de cristal, ni moi, ni vous, ni les gestionnaires de portefeuilles. Ainsi, je pense qu’il est préférable de laisser les marchés « faire leur travail », à court terme comme à long terme.

4. Exposition géographique

Quatrièmement, le professionnel de la finance aborde l’exposition géographique du FNB « XEQT » :

Il rappelle l’exposition géographique du fonds iShares de BlackRock, qui se décline ainsi : 46 % en actions américaines, 25 % en actions canadiennes, 23 % en actions internationales (Japon, Grande-Bretagne, France, etc.) et 5 % dans les actions des marchés émergents. « La pondération américaine m’apparaît élevée. J’aurais préféré une pondération plus grande pour les marchés canadiens et des pays émergents. »

Je suis partiellement en désaccord pour ce point. « La pondération américaine m’apparaît élevée. J’aurais préféré une pondération plus grande pour les marchés canadiens et des pays émergents. » Selon qui? Selon quoi? Personnellement, je n’en ai aucune idée… Mais, considérant que 95 % des gestionnaires de fonds sous-performent comparativement aux indices boursiers, je préfère choisir un FNB d’allocation d’actifs qui investit en pilote automatique dans les principaux indices boursiers, selon une allocation d’actifs et une diversification géographique et sectorielle prédéterminée.

À lire : Pourquoi j’ai choisi le FNB « XEQT »

5. Rééquilibrage du portefeuille

Cinquièmement, le professionnel de la finance aborde le rééquilibrage du portefeuille :

Il souligne que l’investisseur ne contrôle pas non plus le rééquilibrage du portefeuille. « Est-il à l’aise avec les politiques en vigueur dans le fond ? Est-ce optimal de rééquilibrer aussi souvent (soit 1/10 de leur pondération) ? On préfère laisser les marchés évoluer davantage. »

Effectivement, l’investisseur ne contrôle pas le rééquilibrage du portefeuille. Et c’est une excellente nouvelle! Cela permet d’investir sur le pilote automatique et d’éviter de faire des erreurs coûteuses. Comme je mentionnais précédemment, je pense que le contrôle de l’allocation d’actifs et le rééquilibrage automatique sont parmi les avantages les plus importants des FNB d’allocation d’actifs.

À lire : Qu’est-ce qu’un FNB d’allocation d’actifs?

6. Efficience fiscale

Sixièmement, le professionnel de la finance aborde l’efficience fiscale du FNB « XEQT » dans le CELI :

Ian Gascon soulève aussi la question de l’efficience fiscale, car dans un CELI, les retenues à la source sur les dividendes étrangers ne sont pas récupérables. « Cela représentait environ 0,05 $ en 2021 pour un FNB de 25 $, soit environ 15-20 points de base de taxes, environ le même montant qu’il paie en frais de gestion pour ce fonds. Ce n’est pas énorme, mais c’est le montant qu’il laisse sur la table. »

M. Gascon a tout à fait raison sur ce point. Cependant, j’aurais aimé qu’il partage une solution. À mon avis, il n’a pas partagé de solution, car il n’y en a pas. Je m’explique…

Pour éviter cette retenue d’impôt étrangère, est-ce préférable d’investir uniquement en actions canadiennes dans le CELI? Non, car il n’y aurait pas de diversification géographique (voir un manque de diversification sectorielle, considérant les principaux secteurs d’activité au Canada).

Autrement, est-ce préférable d’investir en revenus fixes canadiens dans le CELI? Surtout pas! Considérant l’objectif ultime du CELI est d’avoir des placements de croissance qui ne seront jamais imposés.

Bref, le point soulevé est vrai et important. Mais, je ne pense pas qu’il y ait une solution. Peut-être, choisir le FNB « VEQT » considérant que l’exposition canadienne est un peu plus élevée que celle du FNB « XEQT » ?

Notez qu’un fiscaliste m’a expliqué que cette retenue d’impôt étrangère est de 0,22 %, pas 0,15-0,20 %.

Messages d’abonnés concernant l’analyse de mon CELI

Comme j’ai mentionné précédemment, j’ai été inondé de messages en public comme en privé.

Parmi ceux-ci, j’ai reçu deux messages en privé de deux fiscalistes (dont un qui est bien connu 😉 ). Dans les deux cas, il était d’accord avec mon choix de placement en CELI.

Les deux ont soulevé le manque de solutions concernant l’efficience fiscale mentionné dans l’analyse de mon CELI. Mais, que les FNB « XEQT » et « VEQT » font partie des meilleures solutions, malgré la retenue d’impôt étrangère. Une autre solution pourrait être d’ajouter une action étrangère (ex. : américaine) qui ne verse pas de dividende, comme Berkshire Hathaway (BRK.B).

Bref, je ne peux pas partager ces messages privés. Mais, je tiens à partager des messages publics que j’ai reçus à propos de l’analyse de mon CELI.

Message de Daniel sur l’allocation d’actifs
Message de Daniel sur l’allocation d’actifs
Message de Louis-Antoine sur la gestion active vs gestion passive et les frais de gestion
Message de Louis-Antoine sur la gestion active vs gestion passive et les frais de gestion

Conclusion : Ma réaction à l’article « Pleins feux sur mon CELI »

Voilà! C’était ma réaction face à la publication de l’article « Pleins feux sur mon CELI » et mon opinion de l’analyse qui a été faite de mon CELI.

Somme toute, j’ai bien aimé de participer à cette série d’articles. C’était un « exercice » très agréable et cela a permis de m’ouvrir avec vous… et de me dévoiler.

Je suis encore tout excité et je n’ai toujours pas eu le temps de réponse à tous les messages que j’ai reçus. Patience s.v.p. … 🙂 🙂 🙂

Finalement, je termine en mentionnant que je suis fier de moi. J’ai parcouru beaucoup de chemin comme blogueur anonyme au cours des 5 dernières années. Mais, je suis convaincu que cette étape me permettra d’aller plus loin dans ma mission d’éducation financière.

Offres exclusives

Qtrade
Obtenez jusqu’à 2 000 $ de remise en argent plus un bonus de 50 $ à l’inscription.
Questrade
Obtenez 50 $ en transactions gratuites.
Wealthsimple Trade – Courtage sans commissions et Bonus de 25$
Obtenez un bonus en argent de 25 $ après avoir déposé un montant initial de 150 $.

Infolettre GRATUITE

Réseaux Sociaux

Vous pouvez me suivre sur les réseaux sociaux (plus de 18 000 abonnés) :

Page BuymeaCoffee

BuymeaCoffee

Vous pouvez devenir supporteur de Retraite 101 sur BuymeaCoffee … pour le prix d’un café ! ☕ Les abonnés obtiennent plusieurs exclusivités.

Par Retraite 101

Je m'appelle Vincent et je suis le fondateur de Retraite101.com. Je détiens un baccalauréat en informatique de gestion (B.Sc.) et une maîtrise en administration des affaires (MBA). De plus, j’ai 12 ans d’expérience professionnelle en technologie financière et je suis passionné par les finances personnelles et l'investissement. J’ai créé le blogue Retraite101 en 2017 pour inspirer et motiver les Québécois.es à prendre leurs finances personnelles en main et atteindre l’indépendance financière. Je publie des articles sur les finances personnelles, la planification de retraite, l’investissement, l’indépendance financière, les cartes de crédit et plus encore. Aujourd'hui, Retraite101 rejoint plus de 150 000 visiteurs uniques par année! De plus, je compte plus de 18 000 abonnés sur les réseaux sociaux et 1600 abonnés à mon infolettre. Finalement, le blogue Retraite101 a été cité dans plusieurs médias, blogues et livres comme « Liberté 45 » (*) de Pierre-Yves McSween, « De zéro à millionnaire » (*) de Nicolas Bérubé et « La retraite à 40 ans » (*) de Jean-Sébastien Pilotte. Vous pouvez en savoir plus sur moi dans la page « À propos ». Mes principaux outils d'investissement incluent Disnat et Wealthsimple Trade (*). Je gagne des intérêts sur mon épargne avec Achieva Financial et je gagne des récompenses en argent sur mes achats en utilisant KOHO (*). Finalement, je surveille ma cote de crédit gratuitement en utilisant Borrowell (*).

4 commentaires

  1. Félicitation Vincent!
    Ça serait drôle de voir le CELI personnel d’experts se faire évaluer par d’autres experts. 😉

  2. Bonjour Vincent,

    J’attendais de pied ferme la fameuse « critique de la critique » tout en étant très constructif bien sûr. Très bel exercice que tu as fait et les questions soulevées sont très pertinentes. On a souvent l’impression que ces gens essaient de profiter de la tribune pour mettre de l’avant leurs services.

    Toutefois j’ai une question en lien avec l’efficience fiscale (point 6). En fait, en partant du principe que les dividendes pour entités extérieures au Canada sont imposées et qu’on désir tout de même diversifier son risque géographique et sectoriel (donc ne pas si limiter au Canada), est-ce qu’on devrait partir à la recherche du FNB avec le moins de dividende possible? Dans mon cas cette recherche m’a amené à choisir HGRO que je sais que tu détiens ou détenait à un certain moment. Mais clairement comme tu as cette information et a fait un autre choix, il y a une information qui m’échappe… Merci de nous éclairer sur ce qui a amené ton choix sur XEGT, je suis certain que d’autres lecteurs ont la même réflexion.

    Au plaisir de lire la suite!

    1. Bonjour DC,

      C’est une excellente question!
      Dans ce cas-ci, on ne parle pas des dividendes versés par le FNB à l’investisseur (ex. : dividendes trimestriels du FNB « XEQT »). On parle plutôt des dividendes qui sont versés par les entreprises étrangères (ex. : Apple) au fournisseur de FNB canadien (ex. : FNB « XEQT » sur le TSX). Indirectement, l’investisseur qui choisit le FNB « XEQT » va payer cette retenue d’impôt étrangère sur les dividendes d’Apple (c.-à-d. que le dividende d’Apple versé à iShares/Blackrock sera amputé de 0,22 %, ainsi le rendement du FNB sera moins élevé d’une proportion équivalente). Ça revient en quelques sortes au même que si l’investisseur possédait directement tous les titres du FNB « XEQT » dans son CELI (pour ce qui est de la retenue d’impôt étrangère sur les dividendes).

      Dans le cas du FNB « HGRO » (Horizons), l’optimisation fiscale est au niveau de la distribution de revenus (dividendes vs gains en capital), entre le FNB et l’investisseur (https://retraite101.com/pourquoi-j-ai-choisi-le-fnb-hgro-dans-mon-compte-non-enregistre/).

      Je ne suis pas fiscaliste, mais c’est ma compréhension. 🙂

      Bonne soirée,
      R101

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *