Qu’est-ce que la « saison REER » représente pour une personne qui vise l’indépendance financière?

Qu'est-ce que la « saison REER » représente pour une personne qui vise l'indépendance financière?

Dernière mise à jour le 16 février 2024

Dans cet article, je vais expliquer ce que représente la « saison REER » pour une personne comme moi qui vise à atteindre l’indépendance financière jeune. Je vous rappelle que ma femme et moi avions comme objectif d’atteindre l’indépendance financière à 45 ans (plus d’informations ici). Finalement, nous avons atteint l’indépendance financière beaucoup plus tôt… Dans cet article, je fais d’abord un rappel sur ce qu’est le REER et la « saison REER ». Ensuite, j’explique ce que représente la « saison REER » lorsqu’on a comme objectif l’indépendance financière ou FIRE (Financial Independence, Retire Early).

Abonnez-vous à l’infolettre

Abonnez-vous gratuitement à mon infolettre pour recevoir les nouveaux articles par courriel. Je publie un article par semaine sur les finances personnelles, la planification de retraite, l’investissement, l’indépendance financière, les cartes de crédit et plus encore.

Vous pouvez annuler votre abonnement à l’infolettre à n’importe quel moment. Il y a un lien au bas de chaque courriel pour annuler l’abonnement.

Qu’est-ce qu’est le REER?

Le Régime enregistré d’épargne-retraite (REER) est un fond utilisé au Canada pour épargner au cours de sa vie professionnelle dans le but de compléter les revenus de retraite reçu par l’état (RRQ/RPC).

À LIRE : Quelles sont les sources de revenus à la retraite?

Les cotisations versées au REER sont utilisées pour réduire votre impôt. De plus, tous les revenus accumulés dans le REER sont exempts d’impôts tant et aussi longtemps que ces fonds demeurent dans le REER. Cela dit, vous devez payer de l’impôt lorsque ces fonds sont retirés du REER à la retraite. C’est ce qu’on appelle un compte « différé d’impôt », par opposition à un compte « libre d’impôt ».

Généralement, le taux d’imposition à la retraite est inférieur au taux d’imposition lors de la vie active, ce qui est donc c’est très avantageux pour celui qui cotise au REER.

Pour en savoir plus :

Types de placements dans le REER

Le REER n’est pas un investissement, mais plutôt un compte dans lequel vous achetez des placements. Il est possible d’y investir presque tous les types de placement :

À LIRE : Guide des classes d’actifs financiers pour investir avec succès

Wealthsimple : Prime de 1%

Wealthsimple

Obtenez une prime en argent de 1% lorsque vous transférez ou déposez au moins 15 000 $. Il n’y a pas de maximum, alors le montant de la prime est illimité. C’est la meilleure promotion de Wealthsimple à date. De plus, en utilisant mon code «SSMJWA», vous obtenez un bonus supplémentaire de 25$.

Avantages de Wealthsimple Trade :

  • Pas de frais d’administration, pas de frais de négociation, pas de solde minimum requis.
  • Fractions d’actions
  • Prêt d’actions (pour générer des revenus passifs)
  • Dépôts instantanés jusqu’à 50 000 $ (clientèle «Essentiel»)
  • Investissements automatiques à la fréquence de votre choix
  • Opérations boursières en dollar américain sans commission (clientèle «Avantage» et «Génération»)

Si vous n’avez pas 15 000 $, mais que vous voulez commencer à investir en bourse, vous pouvez quand même utiliser mon code «SSMJWA» et obtenir un bonus de 25$.

Droits de cotisations REER

La limite de cotisation annuelle au REER équivaut à 18 % du revenu l’année précédente, jusqu’à un maximum de 30 780 $ (pour 2023).

Si vous n’utilisez pas la totalité de vos droits de cotisations, ceux-ci sont reportables dans les années suivantes.

Prenons l’exemple d’une personne qui a des droits de cotisation pour l’année courante de 5 000 $. Si cette personne verse seulement 1 000 $ en cotisation REER, elle lui reste donc 4 000 $ de droits inutilisés. Cette personne pourra cotiser ce 4 000 $ de droits inutilisés dans le futur.

Pour connaître vos droits de cotisations au REER, vous pouvez regarder l’avis de cotisation envoyé par l’Agence de revenu du Canada (ARC).

Il est possible de cotiser toute l’année au REER. De plus, les cotisations versées dans les 60 premiers jours de l’année suivante peuvent être utilisées dans la déclaration de revenus de l’année précédente.

Par exemple, les cotisations versées entre le 1er janvier 2024 et le 29 février 2024 peuvent être utilisées dans la déclaration de revenus de l’année 2023, en plus des cotisations versées durant l’année 2023.

Avantages du REER

Il y a beaucoup d’autres avantages à cotiser au REER.

Comme mentionné précédemment, les cotisations versées au REER diminuent le revenu imposable. En diminuant votre revenu imposable, vos crédits et allocations des deux paliers de gouvernement seront bonifiés.

Vous pourriez même avoir accès à des programmes sociaux dont vous n’aviez pas accès auparavant. Je pense notamment au crédit pour la solidarité (Québec), au crédit de TPS (Canada), à l’allocation canadienne pour enfants (ACE), à l’allocation famille du Québec.

À LIRE : Cotiser au REER pour augmenter les allocations familiales

Le REER peut aussi être utilisé sans impact fiscal pour l’achat d’une première maison (RAP) ou pour financer un retour aux études (REEP), pourvu que les fonds soient remboursés dans le REER dans les années suivantes (15 ans pour le RAP et 10 ans pour le REEP).

Mais, n’oubliez pas que le but ultime du REER est d’avoir des revenus à la retraite! 😉

Qu’est-ce que la « saison REER »?

Vous avez probablement entendu cette expression ou vu une publicité à cet effet. Bien que je déteste cette expression, je l’utilise moi-même dans plusieurs de mes articles. Mais, qu’est-ce que la « saison REER » signifie?

Comme expliqué précédemment, les cotisations versées dans les 60 premiers jours de l’année peuvent être utilisées dans la déclaration de revenus de l’année précédente.

Par exemple, les cotisations versées entre le 1er janvier 2024 et le 29 février 2024 peuvent être utilisées dans la déclaration de revenus de l’année 2023, en plus des cotisations versées durant l’année 2023. Ces cotisations de « dernière minute » sont utilisées entre autres pour réduire l’impôt sur le revenu.

La « saison REER » est donc associée au mois de février, car la date limite pour cotiser au REER pour l’année d’imposition précédente est la fin du mois de février (si c’est une année bissextile) ou début mars.

Cette année, la date limite de cotisation au REER est le 29 février 2024.

Compte à rebours…

La « saison REER » est donc un compte à rebours pour verser une cotisation REER qui sera utilisée dans la déclaration de revenus de l’année précédente et ainsi pour réduire l’impôt sur le revenu.

C’est une période chaotique autant pour les épargnants que pour les employés des institutions financières.

La majorité des personnes prendront un rendez-vous de dernière minute avec leur conseiller financier de leur institution financière. Ce dernier choisira hâtivement des fonds communs de placement pour vous…

Vous vous retrouverez peut-être avec un REER investi dans un certificat de placement garanti (à lire « certificat de pauvreté garantie »)…

Cotisations ponctuelles ou cotisations périodiques

Mais, pourquoi attendre à la date limite pour verser une cotisation REER? Pourquoi ne pas cotiser toute l’année?

Étant donné que la moitié des Québécois ne cotisent pas au REER ni au CELI (source), je recommande de mettre en place un prélèvement automatique le jour de la paie pour faire une cotisation REER. Vous allez vous assurer de ne pas vous retrouver à la fin du mois sans argent pour faire une cotisation. C’est ce qu’on appelle « se payer en premier ».

À LIRE : Se payer en premier

De cette façon, vous pourrez effectuer une cotisation périodique dans le REER (selon la période désirée). C’est simple et c’est moins risqué que de faire une cotisation majeure de dernière minute pendant la « saison REER ».

En règle générale, les études prouvent qu’il est généralement plus avantageux d’effectuer une cotisation ponctuelle (« Lump Sum ») qu’une cotisation périodique (« Dollar-Cost Averaging » ou DCA). Mais ça, c’est si vous avez l’argent d’avance… Dans le cas présent (saison REER), non seulement vous n’avez pas l’argent d’avance, mais en plus, vous faites une cotisation de rattrapage!

À LIRE : Qu’est-ce qu’une stratégie d’achats périodiques par sommes fixes

N’oublions pas… Si vous faites une cotisation REER pendant la « saison REER », c’est que vous êtes en retard… Vous êtes en mode rattrapage! En effet, vos cotisations REER en janvier ou février 2024 sont pour l’année 2023. Ainsi, vous auriez été avantagé de cotiser au REER toute l’année 2023 au lieu d’attendre au début de l’année 2024 (le temps dans le marché est une des principales variables dans le rendement).

Qu’est-ce que la « saison REER » pour une personne qui vise l’indépendance financière?

Pour une personne comme moi qui vise à atteindre l’indépendance financière jeune, les comptes libres d’impôt (CELI) et les comptes différés d’impôt (REER) sont au cœur de la stratégie.

Personnellement, je cotise (cotisais) toute l’année à ces comptes et mon but est (était) de les maximiser. En d’autres mots, mon but est d’utiliser tous mes droits de cotisation.

Note : Cet article est toujours d’actualité, bien que j’aie atteint l’indépendance financière, que j’ai quitté mon emploi à temps plein (9 à 5) et que je ne cotise plus au REER. C’est ce qui explique les verbes au passé composé ou à l’imparfait entre parenthèses. 🙂

Cotisations au REER vs Droits de cotisations

Étant donné que je cotise (cotisais) toute l’année au REER, qu’est-ce que la « saison REER » représente pour moi? La « saison REER » est (était) quand même utile. Mais, elle n’est pas (n’était pas) une période chaotique comme pour ceux qui attendent à la dernière minute pour cotiser au REER.

La « saison REER » pour moi est (était) de vérifier que j’ai utilisé TOUS mes droits de cotisation de l’année précédente. Dans le cas contraire, je verse (versais) une cotisation ponctuelle à mon REER.

J’attends (j’attendais) donc de recevoir mes relevés de cotisations de l’institution financière dans laquelle je détiens (détenais) un compte REER. Ces relevés arrivent généralement au début de février. De plus, j’estime (j’estimais) les versements qui seront effectués automatiquement dans mon REER au cours des 60 premiers jours de l’année (versements automatiques). J’additionne (j’additionnais) les cotisations sur mes relevés avec mon estimation des versements des 60 premiers jours de l’année et je compare (comparais) ce montant avec la limite de cotisation annuelle envoyée par l’ARC.

L’écart entre les deux (le cas échéant) sera (serait) le montant de la cotisation ponctuelle que je vais effectuer (j’effectuais) au REER pendant la soi-disant « saison REER ».

Exemple – Cotisation ponctuelle au REER

Par exemple, pour l’année d’imposition 2017, j’avais un écart de 4 000 $ entre mes cotisations et ma limite de cotisation annuelle. J’ai » (j’avais) donc programmé une cotisation ponctuelle de 4 000 $ qui a été versée à mon compte REER avant la date limite du 1er mars 2018. Cet écart est (était) dû à deux raisons.

Premièrement, je ne cotise (cotisais) pas 18 % de mes paies à mon REER, car je me garde (gardais) une marge de manœuvre à ce moment-là.

Deuxièmement, mon bonus annuel a (avait) été beaucoup plus élevé qu’à l’habitude. Ce qui a (avait) comme impact d’augmenter mon revenu imposable et ainsi ma limite de cotisation annuelle au REER.

Pour plusieurs personnes, faire une cotisation « supplémentaire » de 4 000 $ semble difficile, voire impossible. D’autant plus qu’en début d’année, plusieurs personnes ont de la difficulté à rembourser leurs dépenses du temps des Fêtes.

Mais, d’où vient ce 4 000 $? Tout est dans la planification! Je sais (savais) d’avance qu’il y aura (aurait) un écart… Pourquoi? Comme mentionné précédemment, mon bonus annuel est (était) variable et je ne cotise (cotisais) pas 18 % de mes paies à mon REER. Je planifie (planifiais) mon budget en conséquence.

De plus, lorsque je reçois (recevais) mon bonus annuel, je ne vais pas (n’allais pas) m’acheter une nouvelle télévision 4K ou un nouveau iPhone X. Je ne vais pas (n’allais pas) non plus passer une semaine dans un tout-inclus à Punta Cana. Au lieu de consommer, j’épargne (j’épargnais) ce montant. Je peux (pouvais) donc l’utiliser pour faire une cotisation « supplémentaire » au REER ou pour maximiser mon CELI.

Conclusion

En résumé, la « saison REER » pour ceux et celles qui visent l’indépendance financière est une opportunité en or! Elle ne sert pas à faire une cotisation de dernière minute à la banque du coin. La « saison REER » est une opportunité de vous assurer que tous vos droits de cotisation REER ont été utilisés… Pour ainsi réduire votre revenu imposable! Avec un revenu imposable réduit, certains de vos allocations et subventions de gouvernement seront bonifiés. Par exemple, si vous avez des enfants, vos cotisations REER permettront d’augmenter vos allocations familiales non imposables

Pour vous, que représente la « saison REER »? Cotisez-vous à votre REER toute l’année ou attendez-vous à la dernière minute pour effectuer une cotisation?

Meilleures Offres

Placements autonomes Wealthsimple (Wealthsimple Trade)
Obtenez une prime en argent de 1% sur vos transferts et dépôts (pas de maximum/prime illimitée). De plus, utilisez mon code «SSMJWA» et obtenez un bonus supplémentaire de 25$.
Qtrade Investissement direct
Obtenez jusqu’à 150 $ de remise en argent! (code promotionnel «PROMO2024»)
Questrade Placements autogérés
Obtenez 50 $ en transactions gratuites.

Suivez-moi sur :

Les finances pour tous

Devenez membre de mon groupe « Les finances pour tous » sur BuymeaCoffee pour soutenir le blogue et obtenir plusieurs exclusivités :

  • Accès aux publications secrètes/exclusives BuymeaCoffee
  • Accès gratuit aux outils et calculateurs (fichiers Excel)
  • Mes achats de FNB et ma stratégie d’investissement en bourse

Déjà plus de 90 membres ! Merci !

Abonnez-vous à l’infolettre

Abonnez-vous gratuitement à mon infolettre pour recevoir les nouveaux articles par courriel. Je publie un article par semaine sur les finances personnelles, la planification de retraite, l’investissement, l’indépendance financière, les cartes de crédit et plus encore.

Vous pouvez annuler votre abonnement à l’infolettre à n’importe quel moment. Il y a un lien au bas de chaque courriel pour annuler l’abonnement.

Par Retraite 101

Je m’appelle Vincent (BSc, MBA) et je suis le fondateur de Retraite 101. En 2017, j’ai lancé le blogue Retraite101.com pour inspirer et motiver les Québécoises et Québécois à prendre leurs finances personnelles en main et atteindre l’indépendance financière.Aujourd’hui, Retraite 101 rejoint plus de 250 000 visiteurs uniques par année! Sans oublier les 25 000 abonnés sur mes réseaux sociaux et les 3 500 abonnés à mon infolettre. De plus, Retraite 101 a été cité dans plusieurs articles de médias, blogues, balados et livres de finances personnelles.Mes principaux outils d'investissement incluent Disnat et Wealthsimple Trade*. Je gagne des intérêts sur mon épargne avec Achieva Financial et je reçois des récompenses sur mes achats en utilisant ma Carte Cobalt American Express*. Finalement, je surveille ma cote de crédit gratuitement en utilisant Borrowell*.

10 commentaires

  1. Salut,

    Je parlais avec un gars dans la trentaine à propos de l’importance des REER au niveau fiscal. Il me disait qu’il préfèrait investir dans les fonds commun car « ça donne un meilleur rendement que les REER ». Il semble que certains pensent encore que le REER est un véhicule d’investissement. 🙂

    Merci! Au plaisir!

    1. Bonjour le Jeune retraité,

      Moi aussi j’entends souvent cela, mais surtout pour le CELI. J’entends des phrases telle que « C’est tellement pas payant de mettre de l’argent dans un CELI, ça me rapporte même pas 1 % d’intérêts. Je suis aussi bien le dépenser tant qu’à ça… ». J’espère que nos blogs pourront venir en aide à ces personnes et que ceux-ci pourront un jour prendre en main (et améliorer!) leurs finances personnelles …

      Merci d’avoir commenté. Au plaisir.
      Retraite101

  2. JR,
    J’entends ça tout le temps « il est a quel taux votre reer vous? »
    Je ne sais pas si je dois en rire ou pleurer mais l’ignorance en matiere de finance est terrible… or nous vivons en regime capitaliste…. c’est quand meme paradoxal.

    1. Bonjour FCLR,

      Désolé pour le délai de réponse/publication. Bizarrement, ton commentaire avait été classé comme « indésirable ». Il ne l’est plus maintenant 🙂

      J’entends souvent cela moi-aussi et je trouve que c’est malheureux. Comme je disais précédemment, j’espère que nos blogs permettront d’aider plusieurs personnes à améliorer leurs connaissances et leurs habitudes en termes de finances personnelles… C’est ça la « paye » de mon blog.

      Au plaisir.
      R101

  3. Salut,
    Tu dis dans l’article que c’est préférable de faire des cotisations périodiques au lieu d’une seule grosse cotisation:
    « C’est simple et c’est moins risqué que de faire une cotisation majeure ». Pourtant, le 17 janvier dernier, tu écrivais sur Facebook par rapport à ton CELI: « J’ai (déjà) maximisé mon CELI en 2024 ». Ce n’est pas contradictoire?

    À mon avis, une cotisation majeure n’est pas si dramatique, considérant que les REER (et même les CELI pour certain) sont pour le long terme. Les fluctuations à court terme du marché sont moins préoccupantes. Si quelqu’un réussi à maximiser ses REER en une seule grosse cotisation en début d’année, c’est parce qu’il a déjà économisé de l’argent dans l’année précédente.

    1. Bonjour Francis,

      Non, ce n’est pas contradictoire. Mais, ce n’est peut-être pas clair et pas bien expliqué dans l’article. Je vais ajouter un petit paragraphe pour bien nuancer mes propos…

      Dans le cas du CELI, une cotisation effectuée en janvier 2024 correspond aux droits de cotisation de l’année 2024 (en assumant que le CELI était maximisé jusqu’à l’année 2023). Effectivement, il est préférable d’effectuer une cotisation unique le plus rapidement possible dans l’année, si vous avez l’argent d’avance…
      Les études prouvent qu’il est généralement (pas toujours) plus avantageux d’effectuer une cotisation ponctuelle (« Lump Sum ») qu’une cotisation périodique (« Dollar-Cost Averaging » ou DCA). https://retraite101.com/strategie-achats-periodiques-par-sommes-fixes-dca/
      Comme vous le savez probablement, le temps dans le marché est une des variables les plus importantes dans le rendement…

      Dans le cas présent (« saison REER »), non seulement les gens n’ont pas l’argent d’avance, mais en plus, ils font une cotisation de rattrapage! En effet, les cotisations REER en janvier ou février 2024 sont pour l’année 2023. Ainsi, il aurait été préférable d’effectuer des cotisations périodiques dans le REER toute l’année 2023 au lieu d’attendre au début de l’année 2024 pour faire une cotisation ponctuelle dans le REER (en mode rattrapage, pour l’année 2023). Bien entendu, il aurait été encore mieux (pas toujours) d’effectuer une cotisation ponctuelle en avril 2023 (à la réception de l’avis de cotisation de l’ARC) pour maximiser les contributions REER pour l’année 2023, au lieu d’effectuer des cotisations périodiques jusqu’au 31 décembre. Mais, ce n’est pas toutes les personnes qui ont la capacité de le faire…

      Bonne journée et au plaisir,
      R101

  4. Bonjour

    Avez-vous converti Votre REER en FEER pour pouvoir avoir accès a vos fonds vu que vous avez prit votre retraite?

    Merci

    1. Bonjour Samuel,

      J’ai pris ma retraite (FIRE), mais je ne suis pas encore en phase de décaissement. Pour le moment, ma femme et moi générons assez de revenus avec nos emplois à temps partiel (pour le plaisir et pour être utile à la société dans une certaine mesure) pour couvrir nos dépenses familiales annuelles et même continuer d’épargner un peu (ex. : dans le REEE de nos enfants). Ainsi, nous n’avons pas encore besoin de décaisser nos placements. Ceci étant dit, j’ai commencé à décaisser graduellement mes REER en 2023 (article à ce sujet : https://retraite101.com/mon-premier-retrait-reer-37-ans/). Mais, je n’ai pas converti mon REER en FEER. Je fais simplement une demande à Disnat… Je paie 25 $ en frais administratif (frais fixes) et l’impôt est prélevé à la source. Puis, je reçois le retrait dans mon compte-chèques en quelques jours à peine…

      Au plaisir,
      R101

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *